Observatoire Géostratégique

numéro 284 / 25 mai 2020

AU SAHEL, RIEN DE NOUVEAU !

Décidément, tout change pour que rien ne change ! Surtout dans la diplomatie française en « état de mort cérébrale »1. Ce serait plutôt du genre « Errare humanum est, perseverare diabolicum » (locution latine qui signifie « L’erreur est humaine, persévérer [dans son erreur] est diabolique ». Elle est parfois attribuée à Sénèque, mais elle existait antérieurement). Alors que la planète, en général et la France, en particulier, n’en finissent pas de se débattre avec la crise sans fin du Covid-19, le chef de la diplomatie française, Jean-Yves Le Chouchen/Daladier trouve un os à ronger pour montrer qu’il existe encore en dépit des apparences contraires (« Pendant ce temps-là au Quai d’Orsay, Le Drian ronge son frein »2). De quoi s’agit-il ? D’un gadget, d’un vulgaire pétard diplomatique pourri jusqu’à l’os qui a pour nom G5 Sahel3. Après la lecture des Saintes Écritures, passons à leur exégèse diplomatique ! La répétition des dogmes selon une liturgie bien rôdée est toujours utile.

LA LECTURE DES SAINTES ÉCRITURES : MORCEAU DE BRAVOURE 

Voici ce que l’on découvre dans la pravda du Quai d’Orsay qui a pour nom www.diplomatie.gouv.fr , une sorte de site humoristique sans les talents d’un Raymond Devos, d’un Pierre Dac ou d’un Coluche !

Début de citation

« Les ministres des Affaires étrangères et de la Défense des pays du G5 Sahel et de la France ainsi que le secrétaire exécutif du G5 Sahel se sont réunis par visioconférence le 27 avril 2020 en vue d’examiner l’évolution de la situation dans le Sahel.

Les ministres ont souligné l’urgence d’une solidarité agissante face à cette pandémie du COVID 19 et réaffirmé leur ferme volonté de tout mettre en œuvre pour limiter l’impact sanitaire et économique de cette crise sans précédent. Ils ont affirmé leur plein attachement et leur implication dans la conduite de l’Initiative de réponse à l’échelle de l’Afrique, basée sur un soutien fort aux systèmes de santé, et une réponse robuste à ses conséquences économiques, financières et sociales à travers un moratoire immédiat sur le service de toutes les dettes extérieures, la mise en place d’un pont humanitaire entre l’Europe et l’Afrique, ainsi qu’un soutien à la recherche. Dans ce contexte, les ministres ont insisté sur l’importance de pouvoir examiner la question des annulations de dettes en Afrique et ont lancé un appel à l’ensemble des créanciers afin que tous s’engagent dans l’examen rapide de cette question.

Ils ont ensuite réaffirmé leur engagement à la pleine mise en œuvre des décisions adoptées lors du Sommet de Pau, le 13 janvier 2020 et lors du sommet du G5 Sahel de Nouakchott, le 25 février 2020, et sont convenus de se retrouver avant le Sommet prévu en Mauritanie les 29-30 juin prochains. Les ministres des Affaires étrangères et de la Défense des pays du G5 Sahel et de la République française ont examiné et convenu des indicateurs locaux permettant d’évaluer l’impact territorial précis des engagements pris ensemble dont ils présenteront conjointement les résultats lors du Sommet des 29-30 juin.

Les ministres se sont félicités des progrès enregistrés dans la lutte contre le terrorisme, que ce soit l’activation d’un mécanisme conjoint de commandement entre la Force Barkhane et la Force conjointe du G5 Sahel ou le lancement de l’opération SAMA de la Force conjointe du G5 Sahel et la conduite de nombreuses opérations multipartites. Ils ont félicité les forces armées tchadiennes pour leurs résultats opérationnels contre Boko Haram, désormais délogé de toutes les îles tchadiennes du Lac-Tchad, et appelé à un soutien international à la consolidation des résultats de cette opération. Ils ont en outre souligné l’importance de l’envoi dès que possible d’un bataillon tchadien dans la zone des 3 Frontières. Ils ont salué l’engagement de partenaires internationaux au Sahel et ont appelé à un renforcement de leur appui à l’action des forces armées des pays du G5 Sahel, ainsi qu’aux opérations militaires conjointes au Sahel, y compris au sein de la TF Takuba dont le lancement a été annoncé le 27 mars dernier.

Les ministres ont appelé à une pleine mise en œuvre dès que possible de l’Initiative P3S annoncée au Sommet du G7 de Biarritz en 2019 en vue de soutenir les efforts des pays du G5 Sahel dans l’appui au retour des services régaliens sur l’ensemble de leur territoire.

Les ministres ont invité tous les partenaires du G5 Sahel, en particulier dans le cadre de l’Alliance Sahel, à favoriser une approche territoriale intégrée du développement, ainsi qu’en matière d’appui humanitaire et de stabilisation, afin notamment de faciliter le rétablissement des services de l’Etat, au bénéfice de l’ensemble des populations sahéliennes. A cet égard, les ministres expriment leur appui à la CEDEAO pour le soutien financier apporté aux pays du Sahel en lutte contre le terrorisme et demandent la pleine mobilisation des ressources annoncées.

Enfin, les ministres se sont félicités de l’établissement de la Coalition pour le Sahel et appellent les autres partenaires bilatéraux et multilatéraux des pays du G5 Sahel partageant les mêmes valeurs et les mêmes objectifs à rejoindre cette Coalition et à contribuer aux efforts conjoints dans le cadre de ses différents piliers »4.

Fin de citation

Comment comprendre ce chef d’œuvre de la diplomatie du creux et du vide ?

L’EXÉGÈSE DES SAINTES ÉCRITURES : MORCEAU D’HYPOCRISIE

Le moins que l’on soit autorisé à dire est, qu’après une longue absence, les branquignols5 sont de retour au Quai des Brumes. Car, il y a deux manières de décrypter pareil communiqué officiel : le lire pour ce qu’il dit ou, surtout, le comprendre pour ce qu’il ne nous dit pas. Nous privilégierons la seconde branche de l’alternative tant la pratique diplomatique nous apprend à nous méfier comme de la peste des mâles pétitions de principe qui n’ont qu’un rapport lointain avec le réel, la vérité objective. Si nous procédons de cette manière, nous pouvons en déduire ce qui suit.

Comme le système sanitaire africain est en état de déliquescence avancé, disons qu’il se porte bien. C’est pourquoi, l’on crée un nouveau bidule destiné à faire comme si tout allait très bien et on envisage d’annuler la dette abyssale du continent en faisant appel à des pays comme la France qui ont les poches vides. Ainsi, l’on est certain de ne résoudre ni les problèmes sanitaires, ni les problèmes financiers d’une Afrique qui est toujours aussi mal partie. Quoi de neuf ? Rien si ce n’est quelques formules creuses ciselées par des communicants qui n’en ont rien à faire des maux de l’Afrique.

Comme il ne s’est rien passé lors du sommet du G5 Sahel de Pau6, empressons-nous de mettre en œuvre les décisions qui n’y ont pas été adoptées ! Cela donne chaud au cœur et ne peut pas faire de mal à l’ego des chefs d’État et leurs idiots utiles de ministres qui sont étrangers aux affaires. Pour donner l’impression de mouvement, on se réunira pour une nouvelle représentation du comédien Jupiter, au sommet qui se tiendra en Mauritanie à la fin du mois de juin 2020. Pour amuser la galerie des gogos blancs et noirs, on demande aux ministres de la Défense de définir des « indicateurs locaux permettant d’évaluer l’impact territorial précis des engagements pris ensemble ». Bravo à la diplomatie du gadget !

Comme la lutte contre le terrorisme est un échec sur toute la ligne, qu’il s’agisse de l’opération « Barkhane » ou du G5 Sahel, félicitons-nous de tous les gadgets que nous mettons en place au fil des mois pour masquer la Berezina dans la région. La méthode du bon Docteur Coué – conjuguée à celle de l’inventaire à la Prévert – est le meilleur antidote contre la morosité ambiante. Mais, on omet de signaler que le président malien négocie en douce avec les terroristes que nos militaires combattent, que nos troupes sont de plus en plus considérées comme des troupes d’occupation par la population locale, que les Tchadiens ont pris une déculottée en perdant plus de 50 de leurs militaires, que les islamistes évoluent de plus en plus comme des poissons dans l’eau, que l’Union africaine semble vouloir reprendre la main7… En un mot que tous les indicateurs de la lutte contre le terrorisme sont au rouge.

Comme les États concernés par cette vaste mascarade sont pratiquement tous des États faillis, administrons-leur une potion magique, sorte de placébo qui porte le nom savant « d’Initiative P3S annoncée au Sommet du G7 de Biarritz en 2019 en vue de soutenir les efforts des pays du G5 Sahel dans l’appui au retour des services régaliens sur l’ensemble de leur territoire ». C’est pas demain la veille que ce bidule résoudra les problèmes de népotisme, de clientélisme, de corruption, de mauvaise gouvernance… qui minent la stabilité de tous ces pays depuis la vague d’indépendance des années 1960. Au passage, on donne un coup de chapeau à la CEDEAO qui n’en peut mais, mais qui appréciera à son juste prix cet élégant clin d’œil diplomatique. Une fois encore, le dire n’est pas le faire mais cela donne du baume au cœur des diplomates qui ont passé des nuits blanches à rédiger ce bibelot d’inanité sonore.

Comme nous n’avions pas encore atteint le sommet de l’hypocrisie, manquait une cerise sur le gâteau, sorte de kouign amann breton, revu à la mode sahélienne. Les signataires de ce morceau de bravoure concluent sur une note forte : « les ministres se sont félicités de l’établissement de la Coalition pour le Sahel et appellent les autres partenaires bilatéraux et multilatéraux des pays du G5 Sahel partageant les mêmes valeurs et les mêmes objectifs à rejoindre cette Coalition et à contribuer aux efforts conjoints dans le cadre de ses différents piliers ». Une sorte de charabia incompréhensible tant il ne veut rien dire si les mots ont encore un sens. Et, tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil.

 
Si cet article vous a plu, aidez-nous et faites un don !





Comme dirait Michel Audiard : « c’est pas parce qu’on a rien à dire qu’il faut fermer sa gueule ». Confinée dans la crise, la présidence Macron vire à la tragi-comédie comme l’écrit Valeurs Actuelles ! Dans le second rôle de cette piteuse comédie de boulevard, un César devrait être attribué à l’unanimité à notre diplomate hors catégorie, le Lorientais désorienté, Jean-Yves Le Drian. En un mot comme un cent, rien de neuf sous le soleil accablant du Sahel si ce n’est un pet de Pangolin pour amuser la mauvaise troupe. Tout ceci serait comique si le sujet n’était pas sérieux. Qu’on le veuille ou non, au regard de l’expérience passée, le G5 Sahel est une aimable feuille de vigne. On transforme un tas en tout. La charrue mise avant les bœufs n’a pas creusé de sillon dans le désert. Désert, celui dans lequel prêchent tous ces bons apôtres sans foi ni loi. Le mou ne survit jamais au dur. On tricote, on détricote, on retricote. Cela occupe des diplomates oisifs et fait plaisir aux princes qui nous gouvernent. Au Sahel, comme à l’Ouest, rien de nouveau !

Ali Baba
4 mai 2020

1 Guillaume Berlat, Vie et mort de la diplomatie française, www.prochetmoyen-orient.ch , 27 avril 2020.
2 Marc Endeweld, Le grand manipulateur, Stock, 2019, p. 234.
3 Guillaume Berlat, Lutte contre le terrorisme dans le Sahel : G5 Sahel ou CEDEAO ?, www.prochetmoyen-orient.ch , 23 septembre 2019.
4 https://www.diplomatie.gouv.fr/fr/politique-etrangere-de-la-france/securite-desarmement-et-non-proliferation/actualites/actualites-et-evenements-lies-a-la-defense-et-la-securite/2020/article/declaration-conjointe-a-l-issue-de-la-reunion-ministerielle-affaires-etrangeres , 27 avril 2020.
5 Les Branquignols, spectacle de Robert Dhéry donné au Théâtre La Bruyère en 1948, repris l’année d’après dans un film.
6 Guillaume Berlat, Manque de Pau : Jupiter se plante !, www.prochetmoyen-orient.ch , 20 janvier 2020.
7 Guillaume Berlat, Dakar : un nouveau Forum pour la paix en Afrique…, www.prochetmoyen-orient.ch , 25 novembre 2019.

Print Friendly, PDF & Email