Observatoire Géostratégique

numéro 267 / 27 janvier 2020

Editorient

JERUSALEM : N’EST PAS CHIRAC QUI VEUT !

La semaine prochaine, nous reviendrons sur la formation du nouveau gouvernement libanais, sur les conséquences, réactions et commentaires qui accompagnent ce processus.

La rédaction

JERUSALEM : N’EST PAS CHIRAC QUI VEUT !

« Keep cool… you know the rules… » avant un « so » frenchie accent qui tranche singulièrement avec son anglais habituel plus proche de Davos que de celui des docks de la Tamise ! Le Président Macron nous l’a joué mauvais remake de Jacques Chirac, lorsque ce dernier interpellait vivement les flics israéliens qui l’empêchaient de serrer les mains des Palestiniens de Jérusalem-Est en 1996.

Sans jurer que la réaction d’Emmanuel Macron ait été soigneusement fabriquée, les services de l’Elysée ne pouvaient pourtant ignorer que l’intrusion des flics israéliens dans le protocole des visites françaises en terre palestinienne est un classique du genre. L’auteur de ces lignes en a vécu quelques-unes.

En novembre 1997, la sécurité israélienne perd volontairement, sur une petite route de campagne, le cortège officiel d’Hubert Védrine qui se rend à Ramallah pour y rencontrer Yasser Arafat. Trois heures de retard sur le programme ! En mai 2003, les mêmes flics veulent entrer de force dans le consulat général de France, avant le ministre Dominique de Villepin. Des coups de poing sont échangés avec les gendarmes français des voyages officiels.

A chaque visite ministérielle ou présidentielle française, ces incidents se répètent, de même que les humiliations quotidiennes des Palestiniens aux check-points de l’armée israélienne : nous y avons vu des femmes accoucher dans des taxis, des agriculteurs de Bethléem… Continuer la lecture

MANQUE DE PAU : JUPITER SE PLANTE !

« L’action diplomatique est rarement cohérente. Mais la cohérence est souvent gage de son succès » (Grégoire Mallard, 2007). Et c’est bien là que le bât blesse dans ce que l’on pourrait qualifier de diplomatie jupitérienne. Celle qui confond allégrement diplomatie active avec diplomatie agitée et brouillonne. Malheureusement, les exemples d’incohérence, d’agitation brouillonne ne manquent pas tant elles sont consubstantielles à la personnalité du gamin que les Français ont choisi pour occuper le palais de l’Élysée en mai 2017. Succès rares, échecs nombreux1. Quatre mots qui résument parfaitement la pratique extérieure d’Emmanuel Macron avec un recul de plus de deux années. Le Monde diplomatique propose à la une de son édition du début d’année : « 2020. On s’arrête, on réfléchit ». Quelle meilleure résolution à prendre et à suivre pour l’année nouvelle et pour le nouveau monde décrété par le chef de l’État ! Comme toujours dans l’analyse des relations internationales, il importe d’aller du général – sans faire de mauvais jeu de mots dans le cas d’espèce – au particulier pour prendre toute la mesure d’un phénomène aussi complexe que celui des interventions militaires françaises sur les théâtres d’opérations extérieures. La perte de treize de nos héros dans le Sahel le 25 novembre 2019 au Mali (elle faisait suite à celle de l’un de nos soldats le 2 novembre 20192) est venue nous le remémorer, nous faire une utile piqûre de rappel contre le mal du déni. S’interroger sur les résultats de la réunion du… Continuer la lecture

DE QUELQUES LEÇONS DE L’ASSASSINAT DE QASSEM SOLEIMANI !

« Les vrais artistes ne méprisent rien : ils s’obligent à comprendre au lieu de juger »1. Dans les relations internationales comme dans la diplomatie, une saine retenue s’impose avant de porter des jugements définitifs à chaud sur une situation paroxystique comme nous en connaissons pas mal en ce début du XXIe siècle.

L’élimination du général iranien Qassem Soleimani2 par un missile américain tiré depuis un drone3 près de l’aéroport de Bagdad donne lieu à une débauche d’élucubrations de nos ventriloques du pouvoir, perroquets à carte de presse et de nos pseudo-experts – ceux que Régis Debray qualifient de « toutologues » – de tout mais surtout de rien sur les chaînes d’abrutissement en continu, n’échappe pas à la règle4. Dans une débauche d’émotions à quatre sous, nos grands penseurs se dépensent sans compter au lieu de penser sans répit5.

Les mêmes poncifs tournent en boucle sur les réseaux prétendument sociaux. Au-delà des balivernes et autres commentaires biaisés dont nous sommes abreuvés6, il importe de revenir au réel, à la vérité des faits, au contenu des règles universelles du droit international en s’attachant à quelques axes de réflexion incontournables. Pour la commodité et la simplicité de l’exposé, nous en retiendrons trois portant sur les prestations des États-Unis, de l’Union européenne et de la France.

UNE AMÉRIQUE INSOLENTE : UN ÉTAT VOYOU

Après le rappel de quelques principes de droit qui régissent le fonctionnement de la société internationale, il est utile de… Continuer la lecture

DE LA DIPLOMATIE DU DROIT ET DU TORDU !

« Le droit est la plus puissante des écoles de l’imagination » (Hector dans La guerre de Troie n’aura pas lieu de Jean Giraudoux). Qu’est-il arrivé à la France, mère des arts, des armes et des lois, à la France des Lumières, à la France patrie des droits de l’homme au cours des dernières semaines de l’année 2019 sous le règne empli de magnificence et de munificence de Jupiter 1er ? Que sont devenus les droits de l’hommiste d’antan ? Où sont donc passés les Zola avec leur J’accuse (Cf. le dernier film de Roman Polanski) ? Telles sont les questions légitimes que nous devons nous poser alors que l’on cesse de nous abreuver de morale, de moralisation, d’exemplarité, d’éthique, de déontologie… À géométrie très variable, faut-il le préciser pour nos lecteurs qui ne le sauraient pas encore. Une fois encore, rien ne vaut de se pencher quelques instants sur la pratique récente de nos donneurs de leçons professionnels. Une fois encore, le fossé entre la théorie et la pratique est abyssal sur le plan diplomatique. Nous nous en tiendrons à l’épilogue de l’affaire Khashoggi en Arabie saoudite et au dernier épisode de l’affaire Ghosn entre Tokyo et Beyrouth. Le moins que l’on puisse dire est que la diplomatie de la République qui marche sur la tête ne manque pas d’hypocrisie. Elle fait preuve de la plus grande duplicité.

LES SUITES DE L’AFFAIRE KHASHOGGI

Elles sont parfaitement résumées dans le madrigal de René Backmann qui maîtrise parfaitement son sujet1.… Continuer la lecture

AMBIANCE FIN DU MONDE

La semaine prochaine, nous reviendrons sur les trois grands dossiers du début d’année : l’annonce d’une intervention militaire turque en Libye, les manœuvres maritimes conjointes Iran/Russie/Chine dans le détroit d’Ormuz et la reconquête de la province d’Idlib par l’armée gouvernementale syrienne. En attendant, l’ensemble des collaborateurs de prochetmoyen-orient.ch vous souhaitent une bonne et heureuse année 2020.

La rédaction

AMBIANCE FIN DU MONDE

Annemasse, 30 décembre 2019.

Désolation tous azimuts. Casino remplace ses caissières par des machines et des vigiles. Certains clients trouvent cela formidable ! C’est dire l’état ces consciences… La SNCF – qui n’est plus la SNCF – aussi, ferme ses accueils humains les uns après les autres. En son temps, les syndicats ont été incapables d’expliquer et de dénoncer la privatisation de ce grand service public, démantelé à la demande expresse de Bruxelles. Désormais, c’est le règne, là-aussi, de la double punition : l’usager paie et fait le travail, que son imprimante fonctionne ou non ! Comme partout désormais : le service, c’est le client lui-même qui l’assure, selon l’un des fondamentaux de l’ultra-libéralisme : plus d’accueil, plus de secrétariat, plus d’intermédiaire humain salarié, plus de salariat du tout, mais des consommateurs qui financent et actionnent eux-mêmes les services auxquels ils croient avoir accès.

Dans cette perspective, il faut privatiser : pri-va-ti-ser à tout prix ! Glissement de terrain : de la « main invisible » du libéralisme de papa (Adam Smith, Ricardo), on est passé – depuis la fin des années 1970 avec Thatcher et Reagan – au « néo-libéralisme », en réaction aux politiques keynésiennes de l’Etat-providence.… Continuer la lecture