Observatoire Géostratégique

numéro 231 / 20 mai 2019

Editorient

PARIS-BERLIN : LA MÉSENTENTE CORDIALE

Il n’ait de meilleur sourd que celui qui ne veut entendre. Décidemment, il n’ait pas plus aveugle qu’un (deux dans le cas d’espèce) journaliste du prestigieux quotidien Le Monde, surtout lorsqu’il se présente comme un expert des questions internationales ! Manifestement, nos journalistes (« grands reporters » pour certains pour reprendre la terminologie consacrée) ne connaissent rien à la politique étrangère, à la diplomatie (ils ne savent pas faire la différence entre ces deux termes) sans parler des relations internationales et de la construction européenne1. Manifestement, ils ne savent pas ce qu’est un signal faible. Manifestement, ils ne font pas la moindre différence entre stratégie et tactique, entre temps long historique et temps court médiatique. Manifestement, ils ignorent conjugaison du passé, du présent et du futur. Manifestement, ils racontent tout et n’importe quoi avec l’assurance des ignorants. Mais, il faut leur reconnaître une qualité indéniable en ces temps de complexité et d’imprévisibilité du monde de ce début de XXIe siècle, la clairvoyance rétrospective. Mais, ils évoluent dans le monde du superficiel et de l’éphémère, le seul qui convienne à leur ignorance. Nous en avons aujourd’hui un exemple frappant avec la problématique de la relation franco-allemande. Après la ballade du couple heureux, nous avons droit aux accents du lamento du couple désuni à deux pas de la rupture. Dieu soit loué, nos brillants journalistes commencent tout juste à prendre conscience de leurs illusions perdues ! Manifestement, ils ignorent que « les grands naufrages s’annoncent par d’imperceptibles craquements tandis que l’on… Continuer la lecture

LA FRANCE PIÉGÉE DANS LE BOURBIER LIBYEN !

« De la Libye vient toujours quelque chose de nouveau » (Aristote). La seule question est de savoir si ce sont des bons ou de mauvais vents. Or, depuis l’exécution en règle en 2011, de Mouammar Khadafi supervisée par Nicolas Sarkozy (lequel recevait encore le guide libyen en visite officielle à Paris en 2007) dans les environs de Syrte1, rien ne va pas plus dans ce nouvel État failli ainsi que dans sa périphérie proche et lointaine. Emmanuel Macron, qui s’était fait fort de mettre un terme au duel entre les frères ennemis (Faïez Sarraj et Khalifa Haftar), récolte aujourd’hui ce qu’il avait semé hier. Notre brillant chef de l’État ignore manifestement que « Dans la diplomatie comme dans les travaux des champs, il y a des saisons fécondes et des saisons ingrates. Elles alternent d’ordinaire et c’est en travaillant qu’il faut se préparer au retour des temps meilleurs » (Jean Herbette, 1927). Aujourd’hui, les critiques pleuvent de toutes parts contre la duplicité de la diplomatie française sur le dossier libyen, contre les errements de son en même temps, y compris de la part du secrétaire général de l’ONU, le portugais, Antonio Gutteres (lequel aurait piqué une sainte colère en accusant la France de « double jeu »). Petit à petit, le piège, qu’elle a minutieusement armé, semble inexorablement se refermer sur elle, s’ajoutant à la liste, déjà impressionnante de ses échecs diplomatiques et sécuritaires aux quatre coins de la planète. Comme souvent dans une démarche qui se… Continuer la lecture

POLITIQUE ETRANGERE ET DIPLOMATIE : LES MOTS ET LES CHOSES…

« Il convient qu’un ambassadeur

entende et regarde

tout ce qui peut être utile à son maître »1

« La perfection des moyens et la confusion des buts semblent caractériser notre époque » écrivait Albert Einstein. C’était il y a bien longtemps déjà, dans un autre siècle, le XXe qui craignait une grande déflagration nucléaire entre les États-Unis et l’URSS, aujourd’hui disparue. Aujourd’hui, nous avons changé de siècle mais les maux restent identiques. Des mots creux pour dissimuler de gros maux. Alors que nous sommes dans une période instable et incertaine de transition entre deux mondes, la confusion atteint son paroxysme chez nos dirigeants formés à l’école nationale de l’arrogance (ENA). Confusion coupable entre stratégie et tactique. Confusion regrettable entre politique et communication. Confusion fâcheuse entre politique étrangère et diplomatie. Mais, notre élite bienpensante n’a pas suffisamment médité ce jugement bien connu de notre prix Nobel de littérature, Albert Camus pour qui « mal nommer les choses, c’est ajouter aux malheurs du monde » !

Alors que nous devons affronter un monde nouveau fait d’incertitude et d’imprévisibilité, il importe de redonner tout leur sens aux concepts de politique étrangère et de diplomatie en cessant d’en faire ce que les linguistes qualifient de mots valise, porteurs de sens différent. Une politique étrangère vaut par la cohérence de son dessein, une diplomatie par l’agilité de ses mouvements, comme le note Gabriel Robin, ambassadeur de France (2004). Pour sa part, l’écrivain Régis Debray estime que « la politique étrangère de la France, c’est… Continuer la lecture

NATHALIE LOISEAU : DU PASSÉ FAISONS TABLE RASE !

« La valeur morale ne peut pas être remplacée par la valeur intelligence et j’ajouterai : Dieu merci ! » nous enseignait Albert Einstein. C’est ce qu’Emmanuel Macron a immédiatement compris en faisant de la moralisation de la vie publique le premier chantier de son divin quinquennat. Dès le mois de septembre 2017, deux lois sont votées en ce sens par le Parlement français1. Tout est bien qui finit bien. Depuis cette date, tout a changé dans l’Hexagone. Finies les carabistouilles de l’ancien monde ! Bonjour les bonnes manières du nouveau monde Jupitérien ! Au firmament de la nouvelle galaxie macroniste, Dieu a installé une femme, jeune, intelligente, brillante, dynamique, compétente, féministe, moralisatrice, catholique de gauche, élégante2, un tantinet arrogante. En un mot, une femme au-dessus de tout soupçon à en croire nos gazettes people et autres journaux qui pensent bien. Elle a pour nom Nathalie Loiseau, née Ducoulombier. Une oie blanche symbole de l’envol de la vertu et de la chute du vice. Telle était la chanson que nos journalistes de pacotille nous chantaient en faisant les louanges de notre Sainte Nathalie, assidue de Saint-Pierre du Gros Caillou. À quand sa béatification, sa canonisation, sa sanctification ante mortem ? Mais après l’examen du devant de la scène où se joue la comédie de boulevard Le miracle Nathalie Loiseau, passons à celui de l’envers du décor ou du revers de la médaille. Et, nos folliculaires, hier encore, énamourés de notre nouvelle icône changent aujourd’hui de registre par la grâce… Continuer la lecture

LA CPI BAISSE SON FROC DEVANT L’ONCLE SAM…

« La science consiste à passer d’un étonnement à un autre » (Aristote). Avec la Cour pénale internationale (CPI), il est certain que nous passons en permanence d’un étonnement à un autre. Pour être plus précis, nous tombons de Charybde en Scylla. À La Haye (siège de cet organisme, cet OJNI), la réalité dépasse toujours la fiction1. Le bidule, qui nous est présenté comme le must de la justice pénale internationale par quelques juristes – internationalistes et pénalistes –, n’est en réalité qu’un vulgaire théâtre de guignols. De plus, il coûte un « pognon de dingue », pour reprendre une expression de notre auguste président de la République. De ce point de vue, les derniers mois ont été particulièrement éclairants, instructifs. Et cela plus encore pour le commun des mortels qui ne comprend rien aux subtilités des juristes vétilleux, aux casuistes de la norme, aux experts du droit et surtout du tordu (Maître Éric Dupond-Moretti), aux techniciens de l’iniquité. Revenons rapidement sur quelques hauts faits d’armes récents de cette juridiction d’opérette, humour à la Jacques Offenbach en moins ! Cela va sans dire mais cela va mieux en le disant. Comme dirait le guide Michelin d’un restaurant, vaut le détour tant elle n’a rien d’universel, tant elle viole allégrement son propre droit, tant elle n’a rien d’indépendant et d’impartial2. C’est pourquoi, il serait urgent, de notre très modeste point de vue, de la réformer en profondeur ou, tout simplement, de la supprimer tant elle frise le… Continuer la lecture