Observatoire Géostratégique

numéro 267 / 27 janvier 2020

Editorient

DELEVOYE ROYALE… VERS UNE SORTIE SANS-GÊNE…

« Mentir, c’est cacher une vérité que l’on doit manifester » (Jean-Jacques Rousseau). Les semaines se succèdent et se ressemblent étrangement sous le règne de Jupiter 1er. La Vérité semble être un concept à géométrie variable dans le nouveau monde béni, promis par Emmanuel Macron durant toute sa campagne pour l’élection présidentielle du printemps 2017. À l’épreuve du temps, à la manière de François de Malherbe, on pourrait dire : et, Vérité, elle vécut ce que vivent les Vérités, l’espace d’un matin.

C’est que les adeptes des petits arrangements avec la Vérité dans la Macronie et sa République en godillots ou les fuites sont légions. Il suffit de citer quelques experts en la matière : Bayrou, de Sarnez, Goulard, Pénicaud1 qui est obligé d’aller a quia ( cette fois-ci, les choses n’ont pas traîné)2, Hulot, Ferrand, de Rugy, Travers, Mézard, Collomb, Nyssen, Loiseau… et le dernier venu dans le club fermé, l’ex-président du CESE et ex-haut-commissaire en charge des retraites, Jean-Paul Delevoye3.

Pour mieux apprécier les tenants et aboutissants de cette affaire de Clochermerle aux dimensions d’un scandale d’État4 qui pousse dehors l’ex-expert en retraites en tous genres5, il importe de revenir successivement sur les situations respectives de Jean-Paul Delevoye6, du secrétaire général du gouvernement (SGG), Marc Guillaume et du président de la République, Emmanuel Macron. Comme toujours, dans ce genre de carabistouilles, chacun renvoie la patate chaude à l’autre7.

UN HAUT COMMISSAIRE GRAND ÉTOURDI ET UN GROS CACHOTIER

Il est… Continuer la lecture

RWANDA : LE LIVRE DEFINITIF, ENFIN !

Notre hebdomadaire numérique a été lancée le 19 décembre 2014, soit il y a cinq ans. Aujourd’hui – avec notre 261ème livraison – nous stabilisons le nombre de nos visites mensuelles entre 150 et 180 000. Avec les reprises de la dizaine de sites amis, nos expert-comptables estiment que nous faisons plus que doubler la mise, pouvant aujourd’hui prétendre à un format de quelques 400 000 lectrices et lecteurs. Merci à vous, bonnes fêtes de Noël, en vous souhaitant les meilleures choses pour les temps qui viennent. Nous en aurons besoin !

La rédaction

RWANDA : LE LIVRE DEFINITIF, ENFIN !

A Jean-Claude Lafourcade, Jacques Hogard, Marin Gillier et tous les autres.

En France, on peut difficilement parler de certains sujets sans encourir les foudres des chiens de garde de la bien-pensance et de l’idéologie dominante. Les dossiers sensibles sont connus : conflit israélo-palestinien, guerre civilo-globale de Syrie, et génocides rwandais. Déjà, oser parler de « génocides » au pluriel est prendre un sérieux risque, tant les gardiens du temple ont érigé le « singulier » en totem hiératique de leur religion : du 7 avril 1994 au 17 juillet 1994, les « méchants » Hutu ont massacré les « gentils » Tutsi. En définitive, la morale, c’est toujours assez simple !

Partant de là : circulez, il n’y a plus rien à comprendre puisqu’il s’agit maintenant de sentir, de croire et de célébrer le dictateur rwandais Paul Kagamé comme un bienfaiteur de l’humanité. La boucle est bouclée !

Dans les tours de passe-passe successifs, qui ont érigé la tragédie rwandaise en véritable imposture historique, l’opération… Continuer la lecture

« ROUTES DE LA SOIE » MARITIMES ET ARMEES !

Bruxelles, 4 décembre.

Sous la présidence du politologue et député européen Hervé Juvin, un colloque international – Mille routes, mille ports – a réuni – jeudi dernier à Bruxelles – nombre d’universitaires, chercheurs, diplomates et acteurs du monde de l’entreprise, venus de Pékin, d’Algérie et de plusieurs pays européens afin d’échanger expériences et analyses du grand dessein chinois : les Routes de la soie. Nous reprenons, ci-dessous, l’essentiel de l’intervention du rédacteur en chef de prochetmoyen-orient.ch.

La rédaction

La mondialisation, c’est la mer ! Oui, la mondialisation, bien avant Christophe Colomb et les Vikings – avec les migrations des tribus du bout de l’Asie -, la mondialisation c’est d’abord la mer et les océans.

Ce constat se fonde sur trois raisons principales : 1) mers et océans constituent le vecteur structurant de l’économie globalisée ; 2) plus de 65% de la population mondiale vit dans les zones portuaires et côtières ; 3) enfin, la plupart des crises internationales se déversent, aujourd’hui dans l’eau : détroits, canaux et nombres d’îles sont devenus des enjeux stratégiques de premier plan.

Depuis la chute du Mur de Berlin, la mondialisation se caractérise aussi par une guerre économique tous azimuts, une dérégulation généralisée et une dé-territorialisation des centres de décision – conséquence d’une « disruption numérique » optimale. On peut renvoyer ici aux travaux du sociologue Bernard Stiegler1. Léviathan moderne, la guerre économique de tous contre tous n’a pas fait disparaître la dimension militaire. Tout au contraire, celle-ci demeure l’infrastructure essentielle de la puissance2.

Au-delà de… Continuer la lecture

MONDIALISATION : UN DISCOURS DE LA METHODE…

« Pour tromper le monde, ressemblez au monde » (William Shakespeare, Macbeth). Mais, à quoi ressemble le monde en cette fin d’année 2019 ? La réponse à cette délicate question est loin d’être aisée tant le monde d’aujourd’hui est aussi complexe qu’imprévisible. Manifestement, notre élite germanopratine, qui prolifère dans les cabinets (pas les lieux d’aisance) ministériels, n’a en pas la moindre idée pas plus qu’elle n’en a sur ce que pourraient être les contours du monde de demain. Il n’est qu’à voir, par exemple, comment elle est prise de court par les derniers rebondissements du feuilleton qui a pour nom « Brexit » et par la « tectonique des peuples ». En effet, le court-termisme et le présentisme, conjugués à la politique de l’essuie-glaces (un évènement chasse l’autre) sont les maladies chroniques des politiques qui ont le nez vissé sur le guidon d’un vélo qui avance dans une direction inconnue.

Ces derniers s’agitent désespérément pour exister médiatiquement. Tel est leur unique horizon alors que la planète poursuit inexorablement sa rotation de manière chaotique qui pourrait la conduire à sa perte (Cf. le dérèglement climatique pour ne citer que lui) ! Il est de plus en plus évident que la page du monde d’hier est définitivement tournée alors que les bases du monde de demain doivent être jetées. Un retour en arrière s’impose pour mieux appréhender la situation et éclairer l’avenir.

RAPPELER LES FONDEMENTS DU MONDE D’HIER

Si l’on essaie de résumer de manière sommaire les fondements du monde d’hier, c’est-à-dire… Continuer la lecture

DAKAR : UN NOUVEAU FORUM POUR LA PAIX EN AFRIQUE…

« Le vrai et le faux sont des attributs du langage, non des choses. Et là où il n’y a pas de langage, il n’y a ni vérité, ni fausseté » (Thomas Hobbes).

Les relations internationales, c’est comme la mode. Il y a des saisons idoines pour certains produits de marketing, pour certains articles en tête de gondole. Et cela encore plus sous le quinquennat de notre très médiatique président de la République française. Aujourd’hui, le produit phare, en tête de gondole de la diplomatie jupitérienne porte un nom : Forum. Que signifie ce terme ? Au sens historique, il signifie la place où se réunissait le peuple pendant l’Antiquité. Au sens actuel, il signifie une réunion, un colloque. Hier, on réunissait la fine fleur de la diplomatie (États, organisations internationales et société civile) à Paris pour la seconde édition du Forum sur la paix1.

Aujourd’hui, on change de continent et de portage. Les choses sérieuses se passent à Dakar où se déroule le « sixième Forum international sur la paix et la sécurité en Afrique » (17-18 novembre 2019) Forum auquel participe le premier sinistre français, Édouard Philippe flanqué d’un duo de choc Parly-Le Drian. Vaste programme, comme aurait dit le général de Gaulle au moment où les plus hautes autorités de l’Afrique de l’Ouest lancent des appels désespérés à l’introuvable communauté internationale pour qu’elle les aide à mettre fin à la prolifération du phénomène djihadiste. La France paie son écot au prix fort tant au sein de l’opération Barkhane que du… Continuer la lecture