Observatoire Géostratégique

numéro 259 / 2 décembre 2019

Editorient

SANTIAGO – BEYROUTH : LE FASCISME REVIENT…

A Violetta, Alberto, Victor et tous les autres. Santiago, Concepcion, Valparaiso 1979 – 1982.

Revoir les « pacos » (les flics) et les « assassinos » (les militaires) dans les rues des abords de l’université Diego Portalès glace le sang. Déjà vu, trop vu ! Lorsque les nervis de la CIA assistaient des escadrons de la mort allant jusqu’à emmurer des blessés encore vivants derrière des murs de briques, rebouchées à la hâte avec du ciment prompt : les « enterrés vivants » ! Le 11 septembre 1973, des chasseurs-bombardiers survolent le palais de la Moneda : près de 3 500 morts, des dizaines de milliers de blessés et disparus ; les doigts du guitariste Victor Jara coupés à la hache…

En ordonnant le déploiement des forces de l’ordre dans les grandes villes du pays, le président Sebastian Pinera (centre-droit) a pris la responsabilité de raviver ces mauvais souvenirs… qui viennent de rafler une quinzaine de vies. Et il ose demander pardon en justifiant sa décision par l’impérieuse nécessité d’assurer « la sécurité » de ses concitoyens ! La sécurité ? La sécurité des gens, en particulier des petites gens… c’est d’abord manger à sa faim, accéder à l’eau potable, à des transports publics abordables pour aller travailler et à un seuil minimal de santé et d’éducation.

Au lieu de cela, et depuis le début de la fin de la dictature Pinochet (1990), les gouvernements socio-démocrates – dont celui de notre ami Ricardo Lagos avant ceux de Michelle Bachelet (2006 – 2010) – ont poursuivi les politiques ultra-libérales lancées sous la dictature par les fous… Continuer la lecture

L’HIVER DE LA DEMOCRATIE A COMMENCE…

Les mots font l’histoire. Mais, les mots peuvent nous sauver. Ou nous perdre. Le nouveau président de la République, Emmanuel Macron, qui avait pour objectif d’en finir avec les pratiques coupables de l’ancien monde, de la politique à l’ancienne (celle de Jacques Chirac1, d’Édouard Balladur, de Nicolas Sarkozy ou de Patrick Balkany), avait suscité de réels espoirs chez nos compatriotes après son élection par KO de Marine Le Pen. République exemplaire, moralisation de la vie publique, lois du 15 septembre 2017 pour la confiance dans la vie politique, loi du 10 août 2018 pour un État au service d’une société de confiance, renforcement des pouvoirs de la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP), renforcement des pouvoirs des commissions de déontologie, des déontologues et autres organismes du même acabit… tels sont ses mantras déclamés pour renouer le fil de la confiance entre dirigeants publics, haute fonction publique et citoyens.

Or, nous savons par le fruit de l’expérience qu’il existe un fossé énorme entre les paroles et les actes en général, et en France, en particulier. De plus, nos élites, formées pour la plupart d’entre elles au sein de la prestigieuse école nationale de l’arrogance (ENA), évoluent de plus en plus entre l’erreur et l’orgueil2. Humilité et morale ne sont pas des matières enseignées à Strasbourg dans l’ancienne prison pour femmes qui accueille la crème de l’élite de la République.

Cela laisse des traces indélébiles durant toute sa vie de pantouflages et autres… Continuer la lecture

QUADRA-KURDES…

La machine médiatique à décerveler s’est à nouveau emballée avec la dernière offensive turque menée dans le nord de la Syrie. Une fois encore, émotions et morale (politiquement correcte) supplantent l’information factuelle et l’analyse politique, ramenant une situation complexe à l’étroit dualisme bons/méchants, bien/mal, Kurdes/Turcs… Les belles âmes droits-de-l’hommistes usent et abusent de l’anachronisme historique n’hésitant pas à qualifier la non-réaction occidentale face à l’offensive turque de « Munich d’aujourd’hui ». Bernard-Henri Lévy et ses complices multiplient les impostures intellectuelles et la « menteuse des plateaux » – Caroline Fourest – nous assène un clip à la gloire des « combattantes » kurdes, financé par des bailleurs de fonds israéliens. Pas simple donc, de chercher à comprendre cette nouvelle péripétie de la « guerre civilo-globale » de Syrie.

Bien des journalistes, qui situent tout juste la Syrie sur une carte, nous rabattent les oreilles avec l’autonomie du « Rojava ». Le Rojava ? C’est l’appellation d’un territoire « fabriqué », dont les bases démographiques et historiques sont largement fantasmées. Le 17 mars 2016, des factions kurdes proclament le « Rojava », entité « fédérale démocratique » comprenant les trois cantons « kurdes » – d’Afrine, de Kobané et de Djézireh. Mais avant de considérer le « Rojava » comme une entité naturelle, géographique sinon éternelle qui aurait toujours existé, il faut s’arrêter un instant sur la généalogie historique de cette appellation pour mieux voir ce qu’elle recouvre.

QU’EST-CE QUE LE « ROJAVA » ?

Le terme est employé par certains mouvements nationalistes kurdes pour désigner une zone géographique, historiquement peuplée par les Kurdes, et incluse dans l’État syrien par les autorités françaises après la Première Guerre… Continuer la lecture

QUE RESTE-T-IL DU G7 DE BIARRITZ ?

« Quand orgueil chevauche devant, honte et dommage suivent de près » nous rappelle un dicton populaire. Et, c’est bien la leçon que l’on peut tirer aujourd’hui du dernier sommet du G7 de Biarritz sous présidence française alors, qu’il y a quelques jours encore, Jupiter et sa cohorte de courtisans nous vantaient le succès incommensurable de ce barnum. Jamais, nous avions eu droit à une telle débauche de superlatifs pour qualifier l’exploit diplomatique du président de la République. Une sorte de Machiavel croisé de Talleyrand en action face à ses homologues stupéfaits. Une authentique leçon de diplomatie multilatérale qui avait permis de régler, en un tournemain, les grands problèmes de la planète alors que personne n’y croyait la veille encore. Son succès sur la scène internationale renforçait sa main sur la scène intérieure au moment où une rentrée sociale difficile se préparait (prolongation de la grève des urgentistes, réforme des retraites, incendie de Rouen, manifestations des policiers, mécontentement croissant des citoyens dû à une défiance à l’égard de la parole politique…).

Pour notre part, à contre-courant de la bienpensance germanopratine et très modestement, nous avions émis de sérieux doutes sur le prétendu succès de cette rencontre en nous fondant sur des réalités objectives et non sur quelques chimères médiatiques1. Certains trouvaient nos jugements trop entiers, trop catégoriques. Alors que la fumée médiatique se dissipe autour de cette grand-messe, les réalités les plus triviales refont surface. Tous les problèmes présentés comme résolus restent pendants, pour certains se sont… Continuer la lecture

74ème ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DE L’ONU : MINILATERALISME !

NUMERO 250 ! Lancé en décembre 2014, notre hebdomadaire numérique – basé à Genève – vous livre aujourd’hui sa 250ème livraison. Selon de fiables estimations, nous enregistrons – aujourd’hui – entre 180 et 200 000 visites mensuelles. Avec la reprise d’une dizaine de sites amis, nous doublons vraisemblablement la mise. Comment expliquer un tel résultat ? L’un de nos amis – chercheur – apporte une réponse qui nous fait chaud au cœur : « parce que prochetmoyen-orient.ch est un espace de liberté, ce qui, de nos jours, devient de plus en plus rare… ». Merci ! Et merci aussi à nos soutiens fidèles ! Comme annoncé à plusieurs reprises, et afin de pérenniser prochetmoyen-orient.ch, nous vous proposerons au début de l’année prochaine un nouveau modèle économique. Bonne lecture et bonne semaine.

La rédaction

 

74ème ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DE L’ONU : MINILATERALISME !

« Le grand pêché du monde d’aujourd’hui, c’est le refus de l’invisible » (Journal, Julien Green)

« En juin dernier, le Représentant permanent du Nigéria auprès des Nations Unies, Tijjani Muhammad-Bande, a été élu par acclamation pour présider la 74e session de l’Assemblée générale des Nations Unies, qui démarre mardi 17 septembre à New York. Assemblée générale des Nations Unies, débute cette semaine à New York. Des centaines de chefs d’État, de dirigeants d’entreprises, de représentants de la société civile et de personnalités de tous bords se joindront à l’ONU pour une semaine d’événements, de réunions et, bien sûr, de discours. Les Nations unies ont offert depuis 1945 un espace de dialogue fécond aux… Continuer la lecture