Observatoire Géostratégique

numéro 153 / 20 novembre 2017

Editorient

LE DÉSARROI DE L’ÉLÈVE LE DRIAN…

« Qui trop embrasse mal étreint ». Voici résumé en cinq mots simples l’appréciation générale que l’on peut porter sur le discours de clôture de la semaine des ambassadeurs (31 août 2017) particulièrement long (17 pages) et confus (et c’est peu dire) du nouveau ministre de l’Europe et des Affaires étrangères (MEAE), Jean-Yves Le Drian1. Manifestement, notre lorientais, qui a si bien réussi pendant ses cinq années passées à l’hôtel de Brienne en qualité de ministre de la Défense, ne semble pas prendre le bon pli en l’hôtel d’Orsay derrière le bureau de Vergennes2. Nous avions déjà été conduits à nous interroger sur les faiblesses de son premier long entretien accordé au Monde le 30 juin 20173. Son entretien récent avec le Parisien n’est pas de meilleure facture4.

Devant le gratin des Excellences françaises endimanchées réunies rue de la Convention pour entendre la bonne parole de leur ministre de tutelle à l’issue de leur grand-messe annuelle, le résultat n’est pas très brillant et cela même avec la meilleure volonté du monde. Manifestement sa plume ou ses plumes (on pense à son conseiller spécial, l’inoxydable Jean-Claude Mallet) n’ont pas été bien inspirées par l’exercice du discours conclusif de quatre journées de semaine des ambassadeurs. L’impression générale est brouillonne en raison d’une inflation de subdivisions et de digressions qui égare le lecteur le plus attentionné. Nous allons tenter de découvrir les grandes lignes de force de ce discours pour mieux en circonscrire les… Continuer la lecture

ZEUS A RENDEZ-VOUS AVEC HERMÈS : VERS UNE DIPLOMATIE DE LA TRANSFORMATION ?

« La vitesse est d’essence divine. Avant le Dieu des chrétiens qui a repris l’éclair et la foudre à Zeus, c’est Hermès qui l’a incarnée. Hermés va à la vitesse du vent » (Bernard Chambaz, À tombeau ouvert, 2016)1. Pour rafraichir la mémoire de tous ceux dont les souvenirs de la mythologie grecque et latine sont un peu flous, rappelons qu’au dieu grec Zeus (roi des dieux, dieu du ciel, du Climat, du Tonnerre et des Éclairs) correspond le dieu latin Jupiter et qu’au dieu grec Hermès (messager des dieux, dieu du Voyage, des Communications, du Commerce, des Voleurs, de la Ruse, de la Langue, de l’Écriture, de la Diplomatie) correspond le dieu latin Mercure.

La traditionnelle semaine des ambassadeurs (28-31 août 2017), première du quinquennat d’Emmanuel Macron, présente, par certains aspects, une dimension mythologique. Celle d’une rencontre improbable, inédite entre deux divinités : Zeus, alias Jupiter avec Hermès, alias Mercure. On ne pouvait trouver meilleure conjonction divine, astrale pour un début de quinquennat et pour une annonce aux excellences françaises. Revenons au XXIe siècle et à l’actualité internationale de cet été 2017. Avant toute chose, il importe de replacer cette semaine des ambassadeurs dans son contexte général afin d’analyser le contenu de l’intervention du président de la République censée fixer le cap de la diplomatie française2 et de nous livrer à quelques réflexions sur la pensée jupitérienne.

LE CONTEXTE GÉNÉRAL DE LA SEMAINE DES AMBASSADEURS : UN MONDE SANS MAÎTRES

Pour mieux appréhender le sens de l’intervention du… Continuer la lecture

EQUATION CAYENNE…

Une partie de la rédaction de prochetmoyen-orient.ch est invitée à faire plusieurs conférences dans les universités de l’Amazonie brésilienne, de même qu’à Brasilia. Votre magazine en profite pour vous proposer son carnet de voyage dans ce pays-continent, actuellement l’objet d’une sournoise reprise en main par le grand voisin du Nord…

Cayenne, 23 août 2017.

Aux bords de l’estuaire commun aux rivières de Cayenne et Montsinéry, depuis le Fort Cépérou, la vue embrasse le centre-ville et, au-delà, une mer très boueuse. Les côtes subissent un envasement cyclique qui suit les courants côtiers d’est en ouest en développant forêts de palétuviers et mangroves. Le phénomène explique l’absence d’un grand port. C’est un premier handicap. A une soixantaine de kilomètres à l’ouest, le Centre spatial de Kourou – épicentre économico-stratégique de la région – n’entretient guère de relations avec ce chef-lieu du département et de la région outre-mer de Guyane. Avec environ 60 000 habitants, Cayenne (24 km2) est la plus petite ville du département. C’est un deuxième handicap de ce département dont les élus – maires, conseillers généraux/regionaux et députés – ne présentent pas un front uni face à Paris, ne serait-ce que pour discuter du statut de ce bout de France équatoriale.

Enfin, une série de dysfonctionnements structurels s’empilent et interagissent en générant un troisième handicap social à plusieurs dimensions : une structure éducative qui ne correspond pas aux besoins vitaux de la Guyane ; des infrastructures sous-dimensionnées notamment dans le secteur de la santé ; une absence d’axes de développement, qui est responsable… Continuer la lecture

LES CASQUES BLANCS, L’IRAN ET L’HISTOIRE UNIVERSELLE !

Malheureusement, pour cultiver l’ignorance, l’arrogance et le politiquement correct, il n’y a pas que France-Culture (voir ci-dessous l’Humeur de Bernard Cornut) ! Dans sa livraison du 17 août, Le Monde nous assène, lui aussi une nouvelle couche de désinformation : « En Syrie, les Casques blancs pris pour cible ». Signé par le correspondant du quotidien qui couvre la guerre civilo-globale de Syrie depuis les beaux quartiers de Beyrouth, le papier qualifie les Casques blancs de « secouristes », comme si son auteur n’avait jamais lu, ni entendu parlé que ces grands humanistes sont – en fait – des auxiliaires de Jabhat al-Nosra, c’est-à-dire de la Qaïda en Syrie…

Du reste, le correspondant éclairé s’étonne que ces terroristes-supplétifs aient été pris pour cible dans la province d’Idlib, au nord-ouest de la Syrie, une région – et nous le citons – « sous la coupe de Hayat Tahir al-Cham, une coalition rebelle dominée par les djihadistes de l’ex-branche syrienne d’AlQaïda ». Malheureusement, cette localisation n’attire aucune question du « journaliste » qui, s’il allait sur le terrain de temps en temps, devrait savoir qu’aucune ONG ne peut opérer dans cette zone sans entretenir des liens de complicité active avec les groupes terroristes. Cette collusion logistique et idéologique entre les Casques Blancs et les terroristes salafo-jihadistes a pourtant été maintes fois relevée et démontrée par les meilleurs enquêteurs.

Chacun sait désormais que ces fameux Casques blancs sont les auxiliaires de la propagande des groupes armés de la rébellion syrienne. A de multiples reprises, ils… Continuer la lecture

TRUMP POUR LES NULS

L’apparence chaotique de la diplomatie de Donald Trump peut s’expliquer par l’opposition résolue de la quasi-totalité de l’oligarchie états-unienne à son projet diplomatique tel qu’il l’avait exposé dans sa campagne électorale : fin des guerres du Proche-Orient inspirées par le régime change, sans autre but apparent que de défendre les droits de l’homme ou d’établir la démocratie dans le monde arabe, priorité à la lutte contre le terrorisme islamique, recherche d’un accommodement avec la Russie de Poutine.

L’isolement intérieur de Trump

Ces ambitions se heurtent à l’hystérie antirusse d’une partie du pays, spécialement des cercles washingtoniens. Elles se heurtent aussi au rejet systématique de la personnalité du nouveau président par la plupart des grandes forces qui comptent dans le pays  : la quasi-totalité des médias, notamment ceux de la côte Est, New York Times, Washington Post, CBS ( seule exception notable: Fox News), de la plupart des services de renseignement (une vingtaine au total), du Département d’Etat , d’une partie de l’armée et de la justice, des membres du Congrès, même républicains, d’un large segment de l’oligarchie économique (spécialement le monde de la communication : Hollywood, Gafsa). Face à une si formidable opposition, Trump est obligé de donner des gages en enfourchant les bottes de son prédécesseur, ainsi qu’il l’a fait en bombardant le 7 avril dernier l’aéroport syrien d’Al-Chaayrate après la supposée attaque chimique de de Khan Cheikhoun. Des gages qui contredisent ses promesses électorales. De même, il caresse le Pentagone et l’appareil militaro-industriel par la perspective d’une augmentation… Continuer la lecture