Observatoire Géostratégique

numéro 235 / 17 juin 2019

Editorient

L’EUROPE DE NATHALIE À AMÉLIE

Comme nous le rappelle la comptine de notre enfance :

« Ainsi font, font, font,

Les petites marionnettes,

Ainsi font, font, font,

Trois p’tits tours et puis s’en vont ».

En cette fin de dimanche de la fin du mois de mars 2019, le président de la République remplace trois de ses ministres partis pour d’autres superbes aventures1. Leur nomination est officialisée le 2 avril 20192. Le moins que l’on puisse dire est qu’Emmanuel Macron place des proches au gouvernement (Le Monde). Il puise dans le premier cercle (L’Express). Sans autre ressources, Macron place ses conseillers au gouvernement (Médiapart). La majorité se met en ordre pour les européennes (Les Échos).

À moins de deux mois des élections au Parlement européen (26 mai 2019), concentrons-nous sur le mercato européen. Partons de celle qui arrive au Quai d’Orsay avant de voir ce que devient celle qui le quitte pour d’autres horizons bruxello-strasbourgeois.

UNE NOUVELLE RECRUE AU GOUVERNEMENT

Comment résumer le parcours d’Amélie de Montchalin ? Une marcheuse en embuscade, une marcheuse venue de l’entreprise et de la droite, une marcheuse libérale aux Affaires européennes.

Une marcheuse en embuscade

Parmi les 306 députés de La République en marche, certains se démarquent. Amélie de Montchalin fait partie de ceux-là. Dimanche soir, elle a été nommée « secrétaire d’État auprès du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, chargée des affaires européennes ». Elle prend ainsi les prérogatives de Nathalie Loiseau. Depuis quelques mois, la députée exprimait… Continuer la lecture

QUAND L’EUROPE S’ÉVEILLERA… LA CHINE S’ESCLAFFERA !

« Les temps changent. On ne sait pas quand, mais c’est toujours avant qu’on s’en aperçoive » (Catherine Breillat, cinéaste, romancière). Les temps changent, le ton change. Hier bénie, aujourd’hui (presque) honnie. Tel est le traitement que subit désormais la Chine. Au moment où le président chinois, Xi Jinping effectue une brève visite en Europe (Italie, Monaco1, France) en cette dernière décennie du mois de mars 2019, les critiques pleuvent comme à Gravelotte sur l’Empire Céleste2. Violations répétées des droits de l’Homme (Cf. contre les Ouigours ou contre l’ex-président d’Interpol, Meng Hongwei …), visées hégémoniques en Asie, en Afrique, voire en Europe à travers l’initiative des « Nouvelles routes de la soie »; violations graves des règles de l’Organisation mondiale du commerce (OMC basée à Genève) en pratiquant une concurrence déloyale, espionnage à grande échelle (Cf. critiques portées contre le géant des télécommunications Huaweï au moment où il concourt au marché de la 5G)…

Telles sont les philippiques qui reviennent le plus souvent, de manière inattendue, dans la bouche des dirigeants occidentaux, européens avec une certaine insistance depuis quelques dernières semaines. Les mêmes qui ne tarissaient pas d’éloge sur l’Empire Céleste, il y a peu encore. Comme si la guerre commerciale contre la Chine dans laquelle s’est lancée Donald Trump avait enfin décillé les yeux de la Belle au Bois Dormant qui a pour nom Europe sur les visées de Pékin. Le temps n’est plus au libéralisme échevelé, à la candeur rafraichissante. Le temps serait plutôt… Continuer la lecture

LA BOÎTE À OUTILS DE L’ONCLE DONALD
OU LES INSTRUMENTS DE LA PUISSANCE…

« Une puissance est un État qui dans le monde se distingue non seulement par son poids territorial, démographique et économique mais aussi par les moyens dont il dispose pour s’assurer une influence durable sur toute la planète en termes économiques, culturels et diplomatiques… enfin les capacités diplomatiques et militaires achèvent de constituer la puissance en super-puissance » écrit Gérard Dorel1. C’est ainsi que la géopolitique définit le concept de puissance. Hubert Védrine qualifiait en son temps l’Amérique « d’hyperpuissance » comme il existe des hypermarchés dans le domaine de la grande distribution ! « Nous aurons ces grands États-Unis d’Europe, qui couronnent le vieux monde comme les États-Unis d’Amérique couronnent le nouveau » (Victor Hugo). Force est de constater, en ce début de XXIe siècle, que si les États-Unis existent dans la réalité en tant que puissance, les États-Unis d’Europe ne sont qu’une simple espérance, un vœu pieu, une baudruche qui ne cesse de se dégonfler. Et rose, elle vécut ce que vivent les roses, l’espace d’un matin, pourrait-on dire en plagiant François de Malherbe.

Crise économique, crise financière, crise sociale, crise de confiance, crise migratoire, crise entre ses membres, sans parler d’un « Brexit » qu’elle ne réussit pas à contrôler… constituent les symptômes d’un mal profond dont l’Union ne parvient pas à se soigner efficacement. L’Europe a des velléités de s’occuper de tout mais en définitive elle ne traite de rien. « On tricote, cela se détricote, on retricote » …2 C’est qu’en dépit de ses déclarations lénifiantes, fait défaut à la construction européenne… Continuer la lecture

REPENSER L’UNION POUR SAUVER L’EUROPE

« Le privilège des grands, c’est de voir les catastrophes d’une terrasse » nous rappelle le diplomate-écrivain Jean Giraudoux. Que n’a-t-il vu juste tant l’aveuglement semble être la qualité principale de nos hommes et femmes politiques ! Ils jouent aux hommes et femmes d’État alors qu’ils ne sont que de vulgaires commentateurs de l’actualité internationale sur laquelle ils n’ont pas la moindre prise ! Alors que l’édifice européen se lézarde jour après jour, ils/elles ne semblent pas (vouloir) prendre la juste mesure du tsunami qui s’abat sur le continent1. En dépit des avertissements convergents (Allemagne, Autriche, Hongrie, Italie, Royaume-Uni, Slovénie, Estonie…) que leur adressent les peuples doués de bon sens (y compris dans les autres continents comme en Amérique du nord et du sud2), ils/elles font la sourde oreille et excellent dans la politique du chien crevé au fil de l’eau.

C’est qu’aujourd’hui, le « Queuillisme », dont le mantra est « il n’est pas de problème dont une absence de solution ne finisse par venir à bout », possède de nombreux émules qui s’ignorent dans le club très chic des 27/28 ! Dépêchés au chevet du patient Europe, nos Diafoirus émérites se querellent lors de chacun des conclaves mensuels (les conseils européens au cours desquels chacun vient faire son numéro à usage intérieur) à Bruxelles sur la nature et l’étendue du mal. Ce n’est pas ma faute, c’est celle de l’autre si le pouls est lent et la tension basse, se jettent à la figure nos médecins… Continuer la lecture

MONDIALISATION HEUREUSE, BALKANISATION FURIEUSE !

Comme l’année dernière, une partie de la rédaction de prochetmoyen-orient.ch prend la mer, ce lundi à Djibouti pour un mois en océan Indien. Malgré cette mission de terrain maritime, votre magazine poursuit sa publication régulière, mais il se pourrait que quelques rubriques subissent creux de vagues, vents contraire et confrontations avec de probables pirates. D’ores et déjà nous vous prions de nous en excuser. Comme l’écrivait Michelet, « la mer est notre avenir », mais celui-ci peut être imprévisible. Votre magazine reprendra son rythme de croisière à la mi-avril. Merci de vous compréhension, bonne lecture, bonne semaine et bon vent…
 

 

MONDIALISATION HEUREUSE, BALKANISATION FURIEUSE !

Dans la bonne société parisienne – La Caste, si bien décrite et dépeinte par Laurent Mauduit -, il est de bon ton de tirer à boulets rouges sur le magnat de l’immobilier new-yorkais, l’homme à la mèche blonde, le président aux tweets ravageurs. Et cela, pour la simple et bonne raison que Donald Trump n’est pas issu du système comme l’était sa concurrente malheureuse, Hillary Rodham Clinton. Nous avons pu mesurer les immenses talents diplomatiques de cette Dame lorsqu’elle fut secrétaire d’état. Tout ce que fait et dit le 45ème président des États-Unis est frappé d’une sorte de fatwa par nos intello-bobos à la dent aussi dure pour lui qu’elle est peu acérée pour les membres de leur mafia ! Par nature, tout ce qu’il propose est frappé au sceau de l’infâmie même s’il peut arriver qu’il fasse preuve de bon sens. Comme nous… Continuer la lecture