Observatoire Géostratégique

numéro 218 / 18 février 2019

Editorient

GILETS-JAUNES, LUTTES DE CLASSES
ET IMPLOSION DU POLITIQUE !

Les émeutes urbaines – qui viennent d’enflammer Paris, Lyon, Marseille, Toulouse et d’autres préfectures et sous-préfectures de France – rappellent que la revendication d’« égalité » n’est pas morte au pays de la Révolution de 1789. Contrairement à celles de Grande Bretagne, d’Allemagne, d’Espagne et d’Italie – où les structures familiales, façonnées par la reproduction des codes aristocratiques, demeurent très hiérarchisées et inégalitaires – la mémoire française continue à cultiver l’utopie du triptyque inscrit au frontispice de ses bâtiments publics : « liberté, égalité, fraternité », avec une insistance particulière pour l’égalité…

La première des conséquences du mouvement des Gilets jaunes est, d’une certaine manière, de nous redonner une part d’Histoire – du sens de l’histoire -, dont Francis Fukuyama et d’autre idéologues affirmaient la fin. Oui, les Gilets jaunes nous font revivre, un peu, la France historique que l’on aime, celle de l’exception politique, sociale et culturelle, celle de la Convention nationale de Robespierre, des soldats de l’An II, des Misérables, des révolutions de 1830 et 1848, de la Commune et du Conseil national de la résistance (CNR).

Les mouvements, qui redonnent à la France ce « certain sens de l’Histoire » depuis deux mois, viennent de profondeurs liées à la lente édification nationale amorcée à partir du XIème siècle par les grands ordres monastiques. Ces révoltes ne peuvent être réduites à de simples réactions antifiscales et anti-taxes passagères, mais expriment aussi une défiance récurrente des « territoires » régionaux et périphériques face à l’urbanité centralisée des métropoles régionales et de la capitale. On revient au constat… Continuer la lecture

JUSTICE DE CLASSES POUR LA FRANCE INSOUMISE !

Dix-sept lieux perquisitionnés simultanément, soixante-dix policiers mobilisés et un quarteron de magistrats pour les accompagner : Jean-Luc Mélenchon et ses Insoumis ont été traités en djihadistes. JLM hurle à la forfaiture, se montre violent -pas assez- mais incompréhensible. Et le flot, sorti des robinets à mensonges des médias qui se rêvent dominants, le noie, le moque, le ridiculise, l’invective. Jusqu’au Canard Enchainé qui, ceci étant dit en passant, détient 128 millions de provision sur ses comptes, crie « au voleur ». Dans le couloir de la mort sont placés les Insoumis. La cible de l’hebdomadaire du mercredi est le député de ce mouvement, Alexis Corbière. Cet incroyable bandit a bénéficié, complétement légalement d’une « aide au logement ». Pas du tout réservée « aux plus modestes », comme va le klaxonner BFM and co, mais distribuée en fonction des revenus déclarés. Comme, à l’heure de sa demande, Corbière est un modeste prof et sa femme une avocate sans assez de causes, qu’ils ont trois enfants, la feuille d’imposition n’est pas trop lourde. Les Corbière ont donc bénéficié d’une aide de 12 076 euros pour faire des travaux d’isolation et de lutte contre l’incendie. Tout cela n’est pas extravagant, et légal. Mais ça alerte les lanceurs d’alerte du Canard. En janvier 72, à une toute autre échelle mais en appliquant la même méthode, l’hebdomadaire a ainsi détruit la carrière politique de Chaban-Delmas pas un dossier « d’avoir fiscal », tout aussi conforme à la loi que l’aide de Corbière. Ce sont ici les choix politiques du Canard, mais observons avec… Continuer la lecture

DÉFENSE « ET EN MÊME TEMPS » ARMÉE EUROPÉENNE : BILLEVESÉES ET CALEMBREDAINES…

« On gouverne mieux les hommes par leurs vices que par leurs vertus » (Napoléon Bonaparte). Que n’a-t-on entendu aussi souvent le mot « armée européenne » dans les bouches les plus autorisées et éminentes, que celles d’Emmanuel Macron, de Donald Trump, d’Angela Merkel, de Jens Stoltenberg1 qu’au cours des dernières semaines ! Une sorte de sésame pour le meilleur des mondes excipé pour conjurer le mauvais sort, pour discréditer les affreux nationalistes qui ont tendance à proliférer aux quatre coins de l’Europe et de la planète.

Une sorte de direct du droit qui met son adversaire au tapis par KO pour un long moment. Au diable, le terme de « défense européenne », trop ringard, trop connoté vieux monde !

Le Beaujolais nouveau, cru Jupiter est arrivé. On peut lire sur l’étiquette de sa bouteille : « Armée européenne ». Il est très agréable à déguster en bouche, très gouleyant. Il fait partie des délices du palais du nouveau monde. Même sœur Angela, qui ne le trouvait pas suffisamment à son goût hier encore, vient aujourd’hui de l’adopter2. Seul ce vieux grincheux de Frère Donald y voit malice et se répand en propos peu amènes sur cette nouvelle marotte jupitérienne, sur cette piquette gauloise.

De quoi en perdre son latin ! Rappelons, pour fixer le cadre du débat que la problématique de la défense européenne est un vieux serpent de mer dont on retrouve les prémisses dans l’immédiat après-guerre. Elle est également une pomme de discorde entre Européens mais entre la France et les États-Unis. En définitive, et… Continuer la lecture

CHRETIENS MARONITES : LA FIN D’UNE GUERRE DE 40 ANS…

Bkerké (Liban), siège du Patriarcat maronite, 14 novembre.

A 25 kilomètres au nord de Beyrouth, le siège du patriarcat maronite a pris des allures de forteresse. Pas un mètre carré qui ne soit contrôlé par les Forces spéciales des services de renseignement de l’armée. L’habituel ballet des limousines noires qui ponctue régulièrement les soubresauts de la vie politique du Pays du Cèdre… Les équipes de télévision et leurs harnachements moyenâgeux collent au décor. Des armoires à glace en costume avec un scoubidou dans l’oreille courent dans tous les sens. Certains jouent les importants, d’autres surveillent le crépuscule qui vient… songeant peut-être à cette nuit du 12 au 13 juin 1978 qui enveloppa la tuerie d’Ehden et sa trentaine de victimes civiles.

Samir Geagea, le chef des Forces libanaises/FL (extrême-droite), est arrivé le premier, accompagné de son épouse – la députée de Bcharré – Sethrida Geagea, suivi une dizaine de minutes plus tard de Sleiman Frangié – le chef des Marada (Chrétiens du nord) – accompagné de son fils le député Tony Frangié. Très ému, Sleiman Frangié a d’abord salué le patriarche Mgr Béchara Raï avant de serrer la main de Samir Geagea, paraissant très tendu. Puis les deux délégations se sont congratulées. Celle des FL qui accompagnait Samir Geagea était composée des députés Antoine Habchi, Chawki Daccache et Joseph Ishak, des ex-députés Fady Karam et Antoine Zahra, ainsi que du directeur du bure au des FL du Liban-Nord Tony Chidiac. Pour sa part Sleiman Frangié était entouré des députés Farid… Continuer la lecture

RETOUR A LA CENSURE EN FRANCE OU L’ETRANGE MONSIEUR ARAUD…

Un colloque intitulé « Les nouveaux acteurs de la lutte anti-terroriste » devait avoir lieu à l’Ecole militaire le 22 novembre prochain. Cette journée prometteuse s’organisait autour de trois tables rondes. La première, « Sur le front de la justice » réunissait les deux grands anciens juges du parquet antiterroriste Jean-Louis Bruguière et Michel Debacq ; la deuxième : « Sur le front du renseignement », Bernard Squarcini, ancien patron de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) et Alain Chouet, ancien chef du Service de renseignement de sécurité de la DGSE ; Enfin, la troisième, « Sur le front militaire », le député égyptien Abdelrahim Ali (chargé d’un retour d’expérience de l’armée égyptienne contre les organisations salafistes et celles des Frères musulmans) et le général Jean-Bernard Pinatel, experts des ripostes armées en matière de lutte contre le terrorisme.

La conclusion finale de la journée devait revenir à Alain Juillet, ancien conseiller pour l’Intelligence économique auprès du Premier ministre. Bref, on l’aura compris, ce plateau exceptionnel constituait – aux yeux de ceux qui exercent en toute impunité la censure en France – une concentration de délinquants multi-récidivistes représentant un danger extrêmement périlleux pour la sécurité et l’ordre public de notre vieux pays…

Que s’est-il passé ? L’ordre d’annulation de ce colloque est tombé directement d’un conseiller du cabinet du Premier ministre. La décision a été communiquée aux plus hauts responsables de l’Ecole militaire sans autre explication que celle visant l’annulation pure et simple de la réunion. Notre rédaction de prochetmoyen-orient.ch avait été sollicitée pour assurer la modération de l’une… Continuer la lecture