Observatoire Géostratégique

numéro 222 / 18 mars 2019

Humeurs

DE L’HOMME DU MONDE AU MONDE DES HOMMES…

Cela faisait plus de deux ans que nous n’avions pas eu de nouvelles du ministre écrivain, énarque et agrégé de lettres, Bruno Le Maire. C’est désormais chose faite avec son dernier récit autobiographique intitulé Paul, une amitié.1 L’homme a la plume facile. L’homme est narcissique. Il aime se mettre en scène. Son parcours littéraire est déjà bien rempli autant que son parcours politique. Il est écrivain à succès de librairie affirmé avec Le Ministre ; Des hommes d’État ; Sans mémoire, le présent se vide ; Musique absolue. Une répétition avec Carlos Kleiber ; Jours de pouvoir ; À nos enfants, Ne vous résignez pas ! Il est politicien à l’échine particulièrement souple qui le fait évoluer de Jacques Chirac – directeur de cabinet du premier ministre, Dominique de Villepin dont il a été conseiller au Quai d’Orsay – à Emmanuel Macron – ministre de l’Économie et des Finances – en passant par Nicolas Sarkozy – secrétaire d’État aux Affaires européennes puis ministre de l’Agriculture – sans oublier un passage par les mandats électifs ( conseiller régional de Haute-Normandie et député de l’Eure) sous le quinquennat de François Hollande. À bientôt 50 ans, le juvénile Bruno Le Maire fait déjà figure de vieux routier de la littérature et de la politique. Le ministre est ambitieux. Il s’est déjà essayé à la course à la présidentielle mais sans succès à ce stade. Qui sait ! Sait-on jamais ? Bruno Le Maire évolue au gré des pages entre l’écrivain et le diplomate.

BRUNO LE MAIRE ÉCRIVAIN

Revenons… Continuer la lecture

VOYAGE AU CŒUR DE LA DIPLOMATIE

« La mémoire, ce passé au présent » (François Chalais). Dans le maquis des Mémoires de diplomates retraités, rares sont les pépites ! Comme pour les chercheurs d’or, le lecteur averti remue des tonnes de boue pour trouver enfin quelques précieux grammes d’or dont on savoure l’éclat. Tel est le cas de l’ouvrage que vient de publier chez Plon le diplomate arabisant qu’est Yves Aubin de la Messuzière1. Ce dernier nous avait déjà livré ses réflexions sur ses années Ben Ali en Tunisie2 et, plus récemment, sur le grand chambardement du monde arabe3. Même si la particule respire le sang bleu, l’auteur a le cœur à gauche. Nul n’est parfait. Après une analyse de l’ossature générale de la présentation chronologique de sa carrière de diplomate, nous nous concentrerons sur quelques qualités de cet ambassadeur atypique.

L’OSSATURE GÉNÉRALE DE SA PRÉSENTATION

L’approche globale permet à l’auteur de se concentrer sur sa vie de diplomate-saltimbanque qui lui a permis de croiser plusieurs de nos dirigeants et d’en dresser quelques portraits utiles aux historiens.

Une approche globale

Cet ancien ambassadeur, qui a roulé sa bosse dans des pays tourmentés ou en guerre, nous livre un récit chronologique de ses différents postes, avec une insistance toute particulière sur ses différentes affectations à l’étranger (Palestine, Yémen, Tchad, Irak, Tunisie de Ben Ali, Italie au Palais Farnèse et mission à Gaza en qualité de chercheur) et à l’administration centrale (il passe rapidement sur son poste de rédacteur géographique, de sous-directeur aux relations culturelles… Continuer la lecture

DES SOUS POUR UNE FAUSSE VICTIME DU BATACLAN, DES SARCASMES POUR UN JOURNALISTE MITRAILLE PAR ISRAËL…

Le 21 octobre 2000, alors grand-reporter à Paris-Match, Jacques-Marie Bourget tue le temps sur la grand place de Ramallah. Il vient de passer dix jours à Gaza dans une Palestine en pleine Intifada. Il a quitté cette immense prison à ciel ouvert pour aller prendre un avion direction Paris. En attendant il est monté faire un tour à Ramallah. Au milieu d’un groupe de jeunes qui attendent d’autres jours, qui peuvent être pires, assis sur le sol et adossé à un haut mur, le journaliste discute en regardant sa montre. Il se lève et l’apocalypse le traverse : la balle d’un sniper israélien s’en vient voyager à l’intérieur de son corps, en biais au-dessus du cœur.

Il est immédiatement secouru par les infirmiers du Croissant Rouge qui le déposent à l’hôpital central. Le cas est si inquiétant que les israéliens sont alertés : par l’Autorité palestinienne : « Il s’agit d’un journaliste français, le pronostic vital est engagé. Il serait préférable que vous le preniez en charge »… La réponse tombe, immédiate : « Pas question, débrouillez-vous ». Des chirurgiens mal équipés, mais surentraînés à force de sauver des blessés par centaines, se mettent alors au travail. Et accomplissent le miracle, le journaliste va mal mais n’est pas mort. Devant l’hôpital, répondant à un appel lancé à la radio, des jeunes font la queue pour donner le sang nécessaire aux multiples transfusions du blessé étranger.

Trente-six heures plus tard, afin de le rapatrier à Paris, un avion spécial l’attend à l’aéroport de Tel-Aviv. Pour réaliser ce… Continuer la lecture

REVUE DE LA DEFENSE NATIONALE (RDN) :
ENQUÊTE SUR UNE DISPARITION INQUIETANTE…

Un article a disparu. Dans la Revue de la Défense nationale du février 2019, le colonel Legrier, commandant de la Task Force Wagram en Irak, a publié « La bataille d’Hajin : victoire tactique, défaite stratégique ». S’il figure toujours dans la revue diffusée sur papier, l’article ne figure plus dans sa version en ligne et même dans le sommaire également diffusé sur internet.

UN MAGNIFIQUE EFFET STREISAND

On pourrait évidemment se borner à constater un magnifique Effet Streisand. La disparition de l’article lui confère une notoriété exceptionnelle, alors que s’il n’avait pas fait l’objet d’une telle censure, le nombre de ses lecteurs n’aurait guère dépassé le cercle des abonnés de la RDN, militaires et spécialistes des questions de défense.

Aujourd’hui, il est repris sur de nombreux sites internet, et les lecteurs se précipitent. Ils cherchent quels propos effroyables ou scandaleux pouvaient justifier une telle mesure de censure, et ils sont déçus. Puisant son analyse dans son expérience de terrain, l’auteur observe qu’en acceptant la conception américaine de la guerre, la France s’est placée sous l’autorité des États Unis pour sa conduite.  Le choix de bombardements massifs détruisant les infrastructures a certes permis une victoire tactique, mais a « donné à la population une détestable image de ce que peut être une libération à l’occidentale, laissant derrière nous les germes d’une résurgence prochaine d’un nouvel adversaire ». Les choix faits par les Etats Unis dans la conduite des opérations sont clairement mis en cause, et c’est sans doute l’origine… Continuer la lecture

AFGHANISTAN : TOUT ÇA POUR ÇA !

« L’Afghanistan, cimetière des empires ? ». Là est la question. « Il ne se trouve pas une pierre qui n’ait été teintée de sang. » Le jugement porté par le lieutenant général George Molesworth, un vétéran de la troisième guerre anglo-afghane, au tournant des années 1920, résume à la fois l’histoire d’un pays et une actualité marquée par un cortège de nouvelles souvent pessimistes. Après presque deux décennies d’intervention menée conjointement par les États-Unis opération Enduring Freedom, « Liberté immuable » et l’OTAN sous la forme de la Force internationale d’assistance et de sécurité – FIAS ou ISAF selon l’acronyme anglais, ce pays, l’un des plus enclavés au monde, demeure instable1. L’année 2018 a été catastrophique pour le pays (multiplication des attentats y compris dans les lieux les plus sécurisés de Kaboul), les Américains et leur guerre perdue, leurs alliés, parfaits dans le rôle d’idiots utiles. Qu’apprend-on aujourd’hui ? Que les Américains négocient depuis plusieurs mois, avec les Talibans et d’autres groupes rebelles, un accord de paix2. Pour juste qu’elle soit cette décision n’en est pas pour autant lourde de conséquences pour l’Afghanistan et pour le reste du monde.

UNE JUSTE DÉCISION : GOODBYE KABOUL

Donald Trump veut rapatrier ses boys à la maison et quitter aussi dignement que possible le bourbier afghan. Son principal souci d’ex-homme d’affaires est de se battre pour le plus grand bien de l’économie américaine.

Tenter de quitter dignement l’Afghanistan : retour au bercail

Retour à la case départ. Après quelques hésitations propres au néophyte3,… Continuer la lecture