Observatoire Géostratégique

numéro 191 / 13 août 2018

Humeurs

SALAH HAMOURI VICTIME, ISRAËL COUPABLE, FRANCE COMPLICE…

Dans son opinion N°34/2017 rendue le 25 avril 2018, le Groupe de travail sur la détention arbitraire du Haut-Commissariat aux droits de l’homme de l’ONU a jugé illégale tant l’arrestation que la « détention administrative » de Salah Hamouri par l’Etat d’Israël, auquel il est fait injonction de le libérer immédiatement. Faisant fi de cette décision, l’Etat d’Israël a décidé de prolonger de trois mois de plus la détention arbitraire de Salah. Le droit international, Israël n’en a cure, ce d’autant que la France s’assoie dessus de son côté aussi…

C’est officiel. Salah Hamouri passera tout l’été dans sa geôle israélienne, mais toujours sans savoir pourquoi, la moindre charge ne lui ayant toujours pas été notifiée, après désormais 10 mois de « détention administrative ».

Ce qui est non moins officiel, c’est que le droit vient d’être dit relativement à la « détention administrative » infligée à Salah Hamouri, en regard de la légalité internationale. Dans son opinion N°34/2017 en date du 25 avril 2018, le Groupe de travail sur la détention arbitraire du Haut-Commissariat aux droits de l’hommes de l’ONU, a en effet jugé illégale l’arrestation et la détention arbitraire de Salah Hamouri par Israël.

On peut y lire que ce sont des forces illégitimes, les « forces d’occupation israélienne » intervenant à Jérusalem-est, territoire illégalement annexé et occupé par ces dernières, qui ont procédé à son arrestation, ce qui l’entache d’emblée d’illégalité.

 On peut y lire que Salah Hamouri est enfermé sans aucune base légale, sur le fondement d’un… Continuer la lecture

EXCLUSIF : LE CSA FERME LA TELEVISION…

En général le pouvoir profite du Tour de France pour jouer un tour à la France. Pour prendre des mesures scélérates : décision attentatoire aux libertés, diminution du revenu des plus pauvres, bombardement exotique, Liban, Irak, Libye, Mali, Syrie, pour faire comprendre aux indigènes qu’ils doivent rester à leur place, celle du mort. Aujourd’hui un autre chloroforme planétaire est proposé à la rescousse, le « Mondial » de foot. C’est peut-être pour cette raison que le peuple français a peu protesté contre la dernière mesure prise par le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA), alors qu’il vient d’interdire l’activité de toutes les chaines de télévision émettant en France !

Je vous vois, lecteur vétilleux et honnête, hurler à la « fake news », et aussi contre mon modeste moi, décrit comme ayant abusé du savennières… Vous vous trompez, dans un édit qu’il a cloué à son pilori d’Internet, le CSA a bien publié une règle qui coupe le sifflet, et les images, à toutes « nos » télés. Pour faire simple je vous livre un extrait du texte, écrit à la tronçonneuse collective, par la tête de gondole qui dirige ce Conseil « Supérieur », fort d’un demi-millier de « sages » payés chaque mois. La loi du CSA, l’outil de censure qui autorise l’expression à la télévision et à la radio, est la suivante :

« Les journalistes, présentateurs, animateurs ou collaborateurs d’antenne veillent à respecter une présentation honnête des questions prêtant à controverse et à assurer l’expression des différents points de vue » ; que l’article 2-3-6 relatif à l’honnêteté de… Continuer la lecture

JUSTICE, ENFIN POUR LE GRAND REPORTER JACQUES-MARIE BOURGET !

Enfin une bonne nouvelle, une lueur dans le chaos de l’injustice globalisée : la Cour d’appel de Paris vient, le 21 juin dernier, de condamner le geste fou d’un sniper israélien qui, il y a dix-huit ans, a visé au cœur le journaliste Jacques-Marie Bourget. Pas d’excuse juridique possible pour un soldat, un agent, lorsqu’il s’en prend ainsi aux civils, donc aux reporters. Cet arrêt, obtenu par William Bourdon, le défenseur du « correspondant de guerre » blessé, est un monument des droits de l’homme. Les vrais, pas ceux que Trump et ses amis jettent aux poubelles de l’histoire. Reste encore à convaincre l’Etat français d’appliquer la décision que vient de rendre le TGI de Paris…

Le 21 octobre 2000 à Ramallah, en Palestine occupée, Jacques-Marie Bourget, alors grand reporter à Paris-Match était très grièvement blessé au poumon gauche. Transpercé par le tir direct d’un fusil d’assaut américain « M16 », arme de dotation d’un soldat israélien. Tir d’un sniper totalement inattendu, sauf à imaginer que le militaire avait pour objectif d’assassiner notre confrère ? En effet, au moment du drame, la place publique où se tenait Jacques-Marie Bourget était calme et les cafés ouverts à la clientèle, en dépit de l’effervescence du moment, celle de la « Seconde Intifada ».

Quelques minutes après le coup de feu les secouristes du Croissant Rouge Palestinien se précipitent pour embarquer le journaliste en état de coma. A l’hôpital de Ramallah les médecins constatent que la situation est très grave. Qu’étant donné la qualité de journaliste étranger de la victime,… Continuer la lecture

MORALISATION DE LA VIE PUBLIQUE : LES FACÉTIES DE MANU ET DE BIJOU…

« L’exemplarité n’est pas une façon d’influencer les autres, c’est la seule » nous rappelle Albert Schweizer. Pour redonner à la France la place qui lui revient dans le concert des nations, notre fringuant président de la République veut, et qui pourrait l’en blâmer, lui imposer une salutaire cure d’austérité. Il estime que la France doit se mettre en conformité avec ses engagements budgétaires européens qu’elle a négligemment omis de respecter depuis des années. C’est du reste une demande reconventionnelle récurrente de la chancelière allemande et des pays européens du nord. Bonne nouvelle mais dans le même temps, Jupiter (et son épouse) dépense sans compter l’argent public sans la moindre retenue.

LE TOUR DE VIS POUR LES PAUVRES

C’est pourquoi pour parvenir à l’objectif recherché, il faut contraindre de manière drastique tous les budgets pour remettre en ordre la Maison France sur le plan intérieur et la rendre plus compétitive sur le plan extérieur. Mais, pour parvenir à cette fin, il faut faire preuve de solidarité et d’équité. Cela correspond à l’esprit et à la lettre de la devise de la République : Liberté, égalité, fraternité. Aider les plus faibles tout en sollicitant raisonnablement les plus forts. Ce que l’on nous présente comme un « virage social » ! Mais, ce n’est, semble-t-il, pas la voie suivie par l’ex-inspecteur général des Finances, ancien de la Banque Rothschild, ex-ministre de l’Économie, ce Jupiter qui a une calculette à la place du cœur. « On met un pognon de dingue dans les minima sociaux et les… Continuer la lecture

LE DRIAN, LE DIPLOMATE MALGRÉ LUI

Décidemment, les semaines se suivent et se ressemblent au Quai d’Orsay. Après « l’horrible » bourde sur la question des migrants (emploi inapproprié du terme labelisé par la Commission européenne de « shopping de l’asile » au Parlement) de la transparente ministre en charge des Affaires européennes, Nathalie Loiseau, c’est à son supérieur de raconter n’importe quoi.1 Il est vrai que Jean-Yves Le Drian n’en est pas à son coup d’essai. L’homme est parfois brut de décoffrage, un peu rustre. Il est manifestement peu au fait des usages diplomatiques (passe encore pour un ex-ministre de la Défense) et des grands principes du droit (cela passe très mal pour un ministre des Affaires étrangères). Le drame de cette affaire minable est qu’elle concerne toute la chaîne diplomatique. Une sorte de défaillance collective.

UN MINISTRE IRRESPONSABLE

De quoi s’agit-il en vérité ? De sa déclaration sur LCI le 31 mai 2018 à propos du jugement en Irak de la française qui avait rejoint Mossoul avec ses quatre enfants, manifestement pas pour y faire du tourisme ou pour s’initier à la culture kurde2, le ministre des affaires, qui lui sont totalement étrangères, n’a semble-t-il pas mesuré l’incongruité de son propos. Il déclare que Mélina Boughedir était « une terroriste de Daech ». « Quand on va à Mossoul en 2016, c’est pour combattre et donc elle est jugée sur les lieux de ses exactions. C’est la logique normale », insiste le ministre, rappelant toutefois que la France condamnait « totalement… Continuer la lecture