Observatoire Géostratégique

numéro 183 / 18 juin 2018

Humeurs

LES « INVESTIGATEURS » EN PANNE DE DJOUHRI

Mais que font-ils ? Les « ponts » de Mai ? Il y a si longtemps que les journalistes dits « investigateurs » (sic) n’ont pas nourri le feuilleton Alexandre Djouhri que l’on commence à s’ennuyer. Ou s’agit-il d’une panne d’imaginations jusque-là fertiles ? On s’attendait à découvrir que Djouhri avait converti la reine d’Angleterre à l’islam…Des choses rigolotes et importantes. Eh non ! Rien.

Dans le même temps, la terrible exemplaire et implacable Justice française, qui traque le Djouhri à la façon d’un gibier, semble gagnée par un peu de mollesse, voire  de doute. Petit à petit tous les vices et maux, toutes les entorses au droit prêtés à notre Alexandre (dont les journalistes, pas racistes, prennent plaisir à rappeler que le prénom de naissance est « Ahmed »), toutes les turpitudes supposées tombent une à une. Pour les « investigateurs », qui reçoivent la plupart de leurs « informations » des cabinets de justice ou des bureaux de police, une affaire Djouhri qui se dégonfle est une mauvaise nouvelle. Que va penser le lecteur sur cette chute de la cote du Djouhri au « hitparade » des titres?

Pour que nos lecteurs ne restent pas, eux aussi, privés d’information, sachez que cette chasse à courre à l’Alexandre (pardon à l’Ahmed), a été organisée et alimentée par un agent français de la CIA,  et son compère, un militant fasciste  qui passe son temps à pleurer Pétain. Le tout sur fond de franc-maçonnerie avec le support d’un ex-Premier ministre. Aveugle comme il se doit la Justice a suivi ces maîtres d’équipage. Dans le lot des… Continuer la lecture

RAFLE DU VEL’D’HIV : OU ETAIT LA FRANCE ?

Berlin, 4 mai 2018.

Rafle du Vélodrome d’hiver dite Rafle du Vel’ d’Hiv : les 16 et 17 juillet 1942, plus de 13 000 Juifs vivant dans la région parisienne ont été arrêtés et déportés dans les camps d’extermination nazis. Il fallait qu’un historien démonte, une fois pour toutes, le mécanisme de l’interprétation imposée par Jacques Chirac dans son discours du 16 juillet 1995. C’est fait et très bien fait !1

Et l’auteur de ce petit livre définitif n’est pas un perdreau de l’année. François Roche, historien de la France libre et de la Collaboration – fils d’un Compagnon de la Libération -, est aussi l’auteur, notamment de la biographie du capitaine Félix Broche, qui fut le chef des forces françaises libres du Pacifique2. Avec une rigueur scientifique au-dessus de tous soupçons et polémiques, François Roche tord le cou à une imposture récurrente consistant à attribuer la Rafle du Vel’ d’Hiv à l’Etat, sinon au peuple français…

François Broche : cette tragédie « est précédée par un enchaînement de décisions prises conjointement par le gouvernement de Vichy et par les autorités allemandes d’occupation. Dans le cadre de la « solution finale du problème juif » – c’est-à-dire de l’extermination des Juifs d’Europe – décidée par les Nazis lors de la conférence de Wannsee en janvier 1942, le général Karl Oberg, nommé par Hitler « chef suprême de la SS et de la police » (Höhere SS und Polizeiführer) pour la France le 5 mai 1942, et le préfet René Bousquet, nommé secrétaire… Continuer la lecture

SYLVIE KAUFFMANN EST TRES FATIGUEE…

Dans Le Monde du 26 avril dernier, Sylvie Kauffmann – directrice éditoriale de ce quotidien (ou plutôt de ce qu’il en reste) – fait, comme à son habitude, la leçon à ses lectrices et lecteurs, dans une laborieuse dissertation intitulée « La vérité, victime de guerre ». Accroché par ce titre déclamatoire, on s’attend, bien évidemment, à quelques révélations sur les derniers bombardements occidentaux censés répondre à l’attaque chimique présumée syrienne du 7 avril dernier.

Malheureusement, après avoir à nouveau tapé sur Russia-Today-France (c’est plus fort qu’elle !) et craché sur l’anthropologue Emmanuel Todd – ô surprise, la directrice éditoriale nous assène un cours sur les mécanismes de lutte contre les armes chimiques. On s’attend alors à découvrir et apprendre des choses oubliées… Profonde erreur, puisqu’elle fait remonter cette lutte à la création du Joint Investigative Mechanism (JIM/Mécanisme conjoint d’investigation), datant du … 7 août 2015 ! Fake news caractérisée, elle saute – tout simplement – à pieds joints par-dessus l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC), créée le 29 avril 1997. Cet oubli est-il à mettre au compte d’une grande fatigue ou sur celui de son dogmatisme idéologique ?

Toujours est-il que cette amnésie sélective lui évite de faire quelques rappels historiques qui ne sont pas très à l’honneur de ses amis américains. En effet, le premier directeur général de l’OIAC – le grand diplomate brésilien José Bustani – a été, proprement flingué par John Bolton – actuel conseiller à la sécurité nationale américaine, à l’époque secrétaire général-adjoint au désarmement -, en …… Continuer la lecture

DE QUOI JEAN-CLAUDE MALLET EST-IL LE NOM ?

C’est notre John Bolton à nous ! Bien que fils d’un Compagnon de la Libération, ce néo-con en diable – aussi méprisant que le Conseiller américain à la sécurité nationale pour les inspecteurs de l’OIAC (Organisation de l’interdiction des armements chimiques) – est l’un des principaux inspirateurs des dernières « frappes françaises » en Syrie. Haut fonctionnaire, né en 1955 dans le 16ème arrondissement de Paris, Jean-Claude Mallet est le conseiller inamovible de Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, puis patron de la diplomatie française.

Il vient de la bande d’Alain Richard, qui fut ministre de la Défense de Lionel Jospin (du 2 juin 1997 au 6 mai 2002) – aux côtés des Lewandowski, Palagos et autres – qui incarnent l’atlantisme de Guy Mollet, toutes les errances de la SFIO et plus largement les incuries du personnel politique de la IVème République. Très en phase avec l’école néo-conservatrice française, ses orientations idéologiques sont inconditionnellement pro-américaines, pro-israéliennes et, aujourd’hui anti-russes et anti-iraniennes !

Cet énarque classique (promotion Léonard de Vinci) n’a malheureusement jamais terminé sa thèse sur Madame Bovary de Flaubert. Il aurait dû, cela lui aurait ouvert les yeux sur les profondeurs de la nature humaine qu’il a seulement effleurées. Sorti auditeur au Conseil d’Etat, il est persuadé qu’il possède le vrai en toutes choses, avant d’être promu maître de requêtes, puis conseiller d’Etat, en août 2000. Itinéraire classique des hauts fonctionnaires qui ne connaissent pas le terrain, il intègre ensuite le ministère des Affaires étrangères, comme chargé de mission auprès… Continuer la lecture

DE QUOI JOHN BOLTON EST-IL LE NOM ?

Le ménage de printemps se poursuit à la Maison-Blanche. Le taux de rotation (« turn over ») des conseillers du président américain n’a jamais été aussi élevé sans parler des secrétaires d’État (l’équivalent de nos ministres). Deux pièces centrales du dispositif sont écartées d’un seul clic par un tweet vengeur de l’homme à la mèche blonde. Les mous sont illico remplacés par des durs. Le secrétaire d’État (notre ministre des Affaires étrangères), le modéré Rex Tillerson est renvoyé à ses chères études, remplacé par l’ancien chef de la CIA, le faucon Mike Pompeo, le 13 mars 2018.

Le conseiller à la sécurité nationale, le général Mc Master dont l’intervention à la conférence sur la sécurité du Munich n’a pas été appréciée en haut lieu pour sa déviance doctrinale, est remplacé par un vieux cheval de retour, bien connu pour ses foucades, John Bolton le 22 mars 2018 (prise de fonctions le 9 avril 2018). Il est le troisième à occuper ce poste en quatorze mois1. Quelques indispensables rappels s’imposent pour mieux dresser le portrait de l’homme à la moustache, du provocateur à la réputation sulfureuse. C’est bien connu, le passé éclaire le présent et parfois l’avenir. Ce que certaines élites intelligentes auraient trop tendance à oublier lorsqu’il s’agit de l’Amérique du nord et de ses dirigeants et autres hauts fonctionnaires.

UN FAUCON PARMI LES FAUCONS

Avocat de formation, John Bolton est un faucon assumé (« un faucon parmi les faucons »), un belliciste bon teint, un interventionniste… Continuer la lecture