Observatoire Géostratégique

numéro 267 / 27 janvier 2020

Humeurs

SAHEL : PÉRIR OU PARTIR ?

« Le réel, c’est quand on se cogne », nous rappelle fort justement Jacques Lacan. Et, c’est bien ce qui advient à nos dirigeants successifs – François Hollande, puis Emmanuel Macron – confrontés à ce qui tourne désormais au casse-tête africain. Les cercueils de militaires français tués au combat au Mali se succèdent à un rythme soutenu dans la Cour des Invalides pour un dernier hommage de la Nation. Les derniers étaient au nombre de treize. Que de morts pour rien !1 Pathétique… Quelques jours plus tard, ce sont plus de soixante-dix militaires nigériens qui sont abattus à In-Ates, attaque la plus meurtrière de l’Histoire du Niger revendiquée par l’EI. Trois jours de deuil national sont décrétés dans le pays. Les présidents Kaboré, Issoufou, Keïta et Déby Itno se sont inclinés le 15 décembre 2019 à Niamey sur les tombes des 71 soldats morts dans l’attaque d’In-Ates, en prélude un sommet extraordinaire du G5 Sahel auquel a également participé M. Ould Ghazouani. Ces derniers et tragiques développements de l’opération « Barkhane » interpellent au moins à deux titres : les aléas d’un cavalier seul et le mépris du réel de la part de nos dirigeants.

FAIRE CAVALIER SEUL : UN PARI RISQUÉ

Au fil du temps, le fardeau de l’opération française dans le Sahel est de plus en plus insupportable. Et cela d’autant plus que l’action de la France se résume en une diplomatie du chien crevé au fil de l’eau.

Un fardeau insupportable

Emmanuel Macron, qui avait caressé un temps,… Continuer la lecture

IRAN : LA NOUVELLE DONNE !

La République islamique d’Iran s’est réveillée il y a quelques semaines dans une ambiance toute nouvelle pour elle. Dissipée, la jubilation générée par le succès spectaculaire des frappes à la mi-septembre sur des installations pétrolières saoudiennes.

Évanoui, le plaisir à savourer l’expansion au fil des ans de l’influence iranienne du Yémen à la Méditerranée. Ses amis du Hezbollah ont brusquement perdu aux yeux des Libanais en colère leur prestige de combattants de la Résistance pour n’être plus qu’un élément d’un système politique inefficace et corrompu.

En Irak, les jeunes patriotes se font tuer pour obtenir une démocratie libérée des jeux de factions, la fin des détournements massifs de la richesse nationale, et aussi la levée de la mainmise iranienne sur leur vie politique.

En Iran même, les gens, excédés de leurs difficultés quotidiennes croissantes, sont descendus dans la rue pour mettre en cause le régime, entraînant de sa part une répression féroce. Et dans sa relation avec le monde extérieur sur le dossier hautement sensible du nucléaire, les choses ne vont guère mieux pour la République islamique. Sa stratégie d’infractions calculées à l’accord nucléaire de Vienne — dit aussi JCPOA –, lancée l’été dernier, était censée pousser les Européens à desserrer l’étau des sanctions américaines.

Mais leur seule réaction a été de menacer l’Iran de déclencher le processus de règlement des différends prévu par le JCPOA. Or ce processus aurait toutes les chances de déboucher sur le rétablissement des sanctions des Nations unies : sanctions mises en place entre 2006 et 2010 pour… Continuer la lecture

LE CSA VENT DEBOUT CONTRE ZEMMOUR ET CNEWS

Par une décision du 27 novembre 2019, le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) a prononcé une mise en demeure à l’encontre de CNews, chaîne du groupe Canal+. Le 3 décembre 2019, le groupe a publié un communiqué annonçant un recours devant le Conseil d’Etat contre cette mise en demeure, au nom du pluralisme de la presse et de la liberté d’expression.

Personne ne sera surpris d’apprendre que ce contentieux trouve son origine dans une émission de CNEWS, un talk-show intitulé Face à l’Info, dans lequel Eric Zemmour intervient régulièrement. Peu importe ce que dit Eric Zemmour, son ton polémique et volontiers provocateur suffisent à offrir un double bénéfice, pour la chaine qui voit son audience croître sensiblement, mais aussi pour tous ceux qui entendent contrôler ce que le téléspectateur a le droit d’entendre.

Ne convient-il pas de le traiter comme un enfant mineur dont il faut surveiller les lectures et les loisirs, et qu’il convient d’orienter vers des contenus édifiants ? 

LA MISE EN DEMEURE

La mise en demeure est une procédure prévue par l’article 42 de la loi du 30 septembre 1986  qui prévoit que "les éditeurs et distributeurs de services de radio ou de télévision (..) peuvent être mis en demeure de respecter les obligations qui leur sont imposées par les textes législatifs et réglementaires".

En l’espèce, CNEWS est accusée de manquement à l’article 15 de cette même loi de 1986 qui impose aux médias audiovisuels de veiller "à ce que les programmes mis à disposition du public par un service de communication audiovisuelle… Continuer la lecture

PROPOSITION AVIA SUR LA « CYBER-HAINE »
TORPILLEE PAR LA COMMISSION EUROPENNE…

La proposition de loi défendue par Laetitia Avia visant à "lutter contre les contenus haineux sur internet" fait aujourd’hui l’objet d’une critique extrêmement rude de la Commission européenne qui estime que le texte n’est pas conforme au droit de l’Union.

Ce texte offre à chacun la possibilité de dénoncer un "contenu haineux" sur internet et d’exiger son retrait ou son déréférencement dans les 24 heures. Il devrait être débattu au Sénat le 17 décembre 2019, après avoir été adopté par l’Assemblée nationale le 9 juillet 2019. Rappelons qu’il a fait l’objet d’une procédure accélérée et que le vote du Sénat devrait donc permettre son entrée en vigueur. Rappelons aussi, et c’est important, qu’il s’agit d’une proposition de loi, même si elle téléguidée par l’Exécutif, et qu’elle est ainsi dispensée d’étude d’impact. 

Précisément, une étude d’impact n’aurait pas été inutile, et, faute d’avoir donné lieu à une analyse sérieuse, la proposition de loi se heurte aujourd’hui à un obstacle de taille révélé par le site Next INpact. La directive européenne du 9 septembre 2015 impose en effet une procédure de notification à la Commission de tout texte relatif à la société de l’information. Il appartient ensuite à la Commission d’informer l’Etat concerné si elle considère que certaines dispositions ne sont pas conformes au droit de l’Union européenne. En l’espèce, la proposition Avia a été notifiée par les autorités françaises après le vote de l’Assemblée, le 21 août 2019 et la réponse de la Commission est accablante. Le texte est en effet présenté comme largement… Continuer la lecture

J’ACCUSE… LE MACCARTHYSME AMBIANT

« En toute chose, il faut savoir raison garder ». Cette expression, qui viendrait du philosophe grec Aristote, serait apparue sous la forme actuelle au XIIe siècle dans un ouvrage de Marie de France. Utilisée de façon épisodique dans les lettres royales, elle connait un succès nouveau dès le XVIe et surtout au XVIIIe siècle avec les philosophes des Lumières, prônant la raison humaine1. Le moins que l’on puisse dire est qu’elle est de moins en moins pertinente de nos jours en France où la passion l’emporte sur la raison. Il y a quelques mois, nous nous interrogions, de manière provocatrice, confessons-le, en écrivant : « Le macronisme est-il un maccarthysme ? »2.

Qu’en est-il aujourd’hui ? Après que la meute soit lâchée, nous assistons au retour de la police de la pensée, du retour de l’ordre moral à l’occasion de la présentation du film J’accuse relatant une vision originale de l’affaire Dreyfus par Roman Polanski3 à travers le personnage du Colonel Picquart4. Version dans laquelle le capitaine est relégué au second rôle de son affaire5. Bienvenue dans le monde merveilleux du maccarthysme à la française, de la tyrannie des bien-pensants6 ! il est toujours plus aisé de dénoncer toutes ces dérives chez les autres que chez soi, un travers éminemment français, à plus d’un titre.

LÂCHEZ LA MEUTE !

Nous ne croyions pas si bien dire tant l’atmosphère est pesante dans notre pays. Aujourd’hui, la réalité dépasse la fiction de façon à peine… Continuer la lecture