Observatoire Géostratégique

numéro 291 / 13 juillet 2020

Humeurs

LIBYE : DÉCLIN DE L’OCCIDENT, ESSOR RUSSE ET TURC…

« Qui sème le vent récolte la tempête »1. Celui qui provoque des différends risque la querelle. Autrement, quand on provoque de petits troubles, on en récolte de plus importants. Ce proverbe signifie également que quand on provoque le désordre, il ne faut pas s’étonner des conséquences2.Et c’est bien le moins que l’on puisse dire à propos de l’évolution de la situation en Libye depuis l’intervention occidentale, en 2011, dans ce pays au chaos indescriptible qui y règne depuis cette époque bénie pour les marchands d’armes et autres passeurs mais honnie par les faiseurs de paix et les chercheurs de paix et de stabilité dans le pays et dans la région. Les incendiaires ont allumé le feu dans un pays fracturé, ne tenant que par la main de fer du Guide libyen. Le résultat est là, devant nos yeux, une guerre de dix dont personne ne parvient à venir à bout. Après le moment occidental en 2011, vient le temps du duel russo-turc en 2020.

LA LIBYE DE KADHAFI EN 2011 : LE MOMENT OCCIDENTAL

Les succès d’un jour ne font pas les succès de toujours.

Un succès éphémère pour la coalition

Le succès de l’intervention en Libye s’apprécie sur le temps court et sur le temps long.

Les mirages du temps court. Agissant sous mandat de la Ligue des Etats arabes et de l’ONU (résolution 1973 du Conseil de sécurité du 11 mars 2011), l’opération « Unified Protector » est présentée comme un conflit « propre »,… Continuer la lecture

ONFRAY ET MARCHE A L’OMBRE…

Onfray mieux de se taire, de la fermer. Ça fait courant d’air en ces temps où vole le Covid de sens. Car on ne lui a rien demandé au philosophe des Relay de gare. Même pas l’heur, celui de plaire ou de déplaire. Mais ces gens-là, BHL et lui, le Normand double crème, se sentent mourir s’ils ne sont pas sous les feux de la rampe là où, s’il le faut, on avance en rampant, non pas jusqu’à la lumière, mais l’illumination cathodique.

Voilà donc, dans une nouvelle livraison de sa pensée ris de veau, qu’il nous prépare façon « Front Populaire ». Dont il serait le Blum, alors qu’il semble oublier que ce Front-là était plein de ces cocos qu’il abhorre. En lançant son attrape nigaud, le philosophe du bocage poursuit sa démonstration : il ignore trop de choses pour être cru, en particulier l’Histoire. Mais le niveau va monter avec les conseils venus de son nouveau confident – que l’on croyait oublié à jamais – Philippe Douste-Blazy. Responsable de notre diplomatie, il le fût (!) ce comique était si étranger aux affaires que les langues de vipères, qui pullulent au sein des excellences, le surnommait « Mickey d’Orsay » ou le « Con d’Orsay ». On se demande d’ailleurs pourquoi ? Un ministre en charge du destin la planète qui confond la Thaïlande avec Taïwan, Kosovo et Croatie, ce n’était pas si grave. Faute d’histoire, voilà donc un conseiller qui va pouvoir alimenter Onfray en précisions géographiques.

Le plus modeste des hommes a droit à… Continuer la lecture

UNE LETTRE DU PERE ELIAS ZAHLAOUI
REPONSE A UN AMI D’OCCIDENT

Mon Ami,

En septembre 2018, vous m’aviez offert en cadeau, le nouveau livre du Pape François, « Le Nom de Dieu est Miséricorde », dans une édition française, parue en 2016, chez Robert Laffont.

Je savais que mes lettres ouvertes au Pape François, ainsi d’ailleurs qu’à ses deux prédécesseurs, devaient vous paraître quelque peu injustifiées ou exagérées. Pourtant je n’avais jamais reçu de réponse directe de Rome.

Je me suis donc mis à lire ce livre. Croyez bien que j’ai eu soin de prendre tout mon temps, pour en découvrir la teneur profonde. Hélas, ce fut pour moi une profonde déception.

Dois-je vous rappeler ce que j’avais spontanément écrit au bas de la dernière page, à l’encre rouge, dès que je l’avais terminé ? Je vous l’avais transcrit aussitôt, dans la lettre électronique, que je vous avais adressée alors.

Il m’en coûte terriblement de reproduire aujourd’hui ce texte. L’idée ne me serait jamais venue, de devoir le divulguer un jour, devant le grand public. Mais aujourd’hui, je me dois de le faire. Sachez bien que je le fais en prêtre catholique. Car je suis prêtre, et prêtre de 88 ans, et donc candidat à tout instant, à quitter ce monde, et à comparaître devant ce Jésus que j’ai essayé d’aimer et de servir.

Cependant, je dois d’abord préciser que le Pape François finissait son livre par cette phrase : « Souvenons-nous toujours des mots de St Jean de la Croix : ʺAu soir de notre vie, nous serons jugés sur l’amour ».

J’ai donc… Continuer la lecture

LE TORCHON BRÛLE ENTRE PARIS ET PÉKIN

Mais elle était du monde, où les plus belles choses

Ont le pire destin ;

Et rose elle a vécu ce que vivent les roses,

L’espace d’un matin.

(« Consolation à M. Du Périer sur la mort de sa fille », François de Malherbe).

Par maints aspects, la diplomatie s’apparente à une relation amoureuse. Après le temps de l’engouement vient souvent celui de la détestation. Le fameux binôme amour/haine. Nous en avons aujourd’hui un exemple frappant avec l’évolution de la relation franco-chinoise au cours des six derniers mois. Novembre 2019 : temps des embrassades, des accolades, des rodomontades. Mai 2020 : temps des rebuffades, des engueulades, des reculades. Entre la catastrophique visite d’Emmanuel Macron en Chine1 et sa gestion aussi catastrophique de la crise du Covid-19, de l’eau a coulé sous les ponts du fleuve jaune et de la Seine2.

Tout est bon à reproches, à scènes de ménages entre les deux partenaires au bord du divorce. Comme par un (mal)heureux hasard, l’affaire, que l’on croyait oubliée, de la livraison des frégates françaises à Taïwan refait surface. Dans le même temps, le télégramme de l’ambassadeur à Pékin fait à nouveau la une des gazettes, discréditant encore plus une diplomatie française brouillonne et indigne qui de vautre dans le mensonge.

LES FRÉGATES DE TAÏWAN REFONT SURFACE

Un dossier emblématique de l’époque de François Mitterrand, qui avait connu quelques épisodes devant les tribunaux français, celui de la livraison des frégates françaises à Taïwan refait surface en pleine crise du Covid-19… Continuer la lecture

LE DÉCONFINEMENT POUR LES NULS

Je prends connaissance avec ravissement d’un épais fascicule de 27 pages format A4 sobrement intitulé « Protocole national de déconfinement pour les entreprises pour assurer la santé et la sécurité des salariés ».

Ce document élaboré par le Ministère du travail a été très largement distribué à toutes les entreprises, commerces et artisans de France afin de les aider à préparer harmonieusement et en toute sécurité le retour à leurs activités normales après la longue période d’isolement que tous ont connue pendant deux mois. Je ne doute pas que la lecture attentive et la mise en œuvre des mesures préconisées par ce document les y aideront de manière décisive.

Pour illustrer mon propos, j’extrais de ce long document quelques lignes de la page 5 (j’aurais pu en prendre d’autres) dont la limpidité, la simplicité, le côté pratique et la facilité de mise en œuvre seront, n’en doutons pas, particulièrement appréciées des destinataires.

Citation :

« Calcul des surfaces résiduelles et des jauges maximales.

Exemple 1 : supermarché de 2000m²

La surface résiduelle (Sr) est le résultat de la soustraction de la surface totale (St du plateau commercial nu (sans les entrepôts ni les quais, ni la galerie marchande) auquel on retire la surface utilisée (Su) de tous les espaces occupés par les rayons et les présentoirs de marchandises dans les allées ou des espaces dédiés ( Sr = St-Su).

Pour une surface nue de plateau commercial de 2000m² et un encombrement des rayons estimé à 40%, la surface résiduelle est égale à 2000-800… Continuer la lecture