Observatoire Géostratégique

numéro 132 / 26 juin 2017

Humeurs

Humeurs du 2 mars 2015

Médiapart : les Bobos et les Frères…

S’il est pour ses disciples un maître, notre confrère Edwy Plenel est quoiqu’il arrive, un mètre. Celui qui sert à mesurer la modernité, la justesse d’une cause : le directeur de Médiapart est l’homme du temps. Un as de la pensée à la mode. Quand, face à Yann Barthès son interlocuteur de Canal Plus, je l’entends lancer une déclaration affectueuse à l’adresse de Tariq Ramadan (14), je me doute qu’il est en train de se passer quelque chose. Donc d’important puisqu’Edwy ne roule pas à l’ordinaire : « Avec Ramadan, même si nous avons des divergences, nous devons fonder une maison commune »…

Voilà, les plans sont tracés et le ciment va tenir bon entre les fils de Trotsky, comme l’est Plenel, et la Confrérie des Frères Musulmans, dont Ramadan est le diamant en Europe. Quel rapport établir entre les idées de Léon qui n’avait jamais assez d’un couteau entre les dents et d’un anarchiste à fusiller pour être heureux et les frères qui prêchent un islam rigoriste et l’asservissement des fidèles ? Sans doute l’amour de l’ordre et de l’organisation de type militaire…

Entre Edwy et Tariq, la passion est si forte qu’elle voyage. Le 15 mars, sous l’égide de Ramadan alors que va se tenir au Qatar le forum du Cile qui – interdit de rire- porte sur les « Dilemmes éthiques contemporains », le directeur de Médiapart va donc prendre la parole pour édifier… Continuer la lecture

Humeurs du 23 février 2015

L’ÉQUATION EGYPTIENNE…

Les tonitruants cocoricos ne doivent pas couvrir les murmures et les chuchotements que suscite l’exploit de la vente de 24 Rafale et de la frégate Normandie à l’Égypte. Cinq mois se sont écoulés entre la proposition et la signature du contrat. C’est du jamais vu dans le secteur de l’armement où les délais habituels se comptent en années. En tout état de cause, la livraison, la mise en place des équipes de maintenance, la formation des premiers techniciens et pilotes ne pourront se faire avant plusieurs mois. Le soutien d’une frégate réclame plusieurs équipages de 150 marins entrainés et des centaines de techniciens à quai. Le Rafale impose la mobilisation de plusieurs dizaines « d’orfèvres » par appareil. Il faudra beaucoup de temps pour les former. Quelles que soient les qualités opérationnelles de la première armée d’Afrique, ce n’est pas demain la veille qu’elle maîtrisera en solitaire ces systèmes de très haute technologie.

Cette opération commerciale à marche forcée traduit une fébrilité de temps de guerre. Elle s’inscrit d’évidence dans la perspective d’une offensive de l’Égypte en Libye dont il reste à deviner l’agenda. Elle marque enfin un engagement politique, prélude possible à une extension des opérations extérieures de la France sous couvert du pavillon Égyptien. Echaudé par les conséquences désastreuses de l’équipée BHL/Sarkozy en 2011, Paris hésite à s’aventurer au delà des frontières du Tchad et du Niger. Pourtant, la Libye est sur le point de tomber entièrement sous la coupe du Calife du Levant.… Continuer la lecture

Humeurs du 16 février 2015

CHEIKH MAKTOUM CONTRE DAE’CH

Voici six mois que les insurgés d’Irak et de Syrie ont conquis un territoire dont la surface, la population et les ressources surpassent désormais la plupart des Etats arabes. Voici trois mois que la communauté internationale coalisée dans une formidable armée aérienne bombarde les positions terroristes. Sans résultat. Les hordes sauvages du calife sont toujours à l’offensive pendant que les armées régulières semblent incapables de les repousser, ni même de les contenir.

Bien qu’il soit difficile d’évaluer la réalité du terrain faute d’observateurs de la presse libre et en raison de la formidable propagande de guerre, le déséquilibre des forces qui s’affrontent est sidérant. D’un coté une poignée de milliers de jihadistes équipés d’armes légères montées sur des Toyota blanches, quelques blindés et des missiles filoguidés, l’ensemble bénéficiant d’un soutien logistique impressionnant servi par des filières invraisemblables de contrebandiers. De l’autre, des armées de professionnels : près d’un demi million d’hommes conseillés par la fine fleur des forces spéciales occidentales, appuyés par des dizaines de satellites, drones, hélicoptères, Tornado, F16, Rafale, missiles de croisière….

Pourtant, les barbus consolident leurs positions et menacent toujours Bagdad. Devant eux, une partie de la population fuit ; celle qui reste se soumet à l’ordre nouveau purifié de toutes les tares de l’ancien régime. La corruption, le clientélisme et l’injustice disparaissent, sans doute momentanément. La Charia impitoyable frappe distinctement. Avant de se retirer des villes conquises, les combattants du calife restaurent l’administration épurée et s’en retournent à leur croisade d’éradication… Continuer la lecture

Humeurs du 9 février 2015

RAFALE A L’EGYPTE, GUERRE A CREDIT…

La location avec option d’achat est une technique financière qui permet aux fauchés de rouler en voiture neuve. Pour dix euros par jour, c’est le bonheur de l’évasion avec toutes options. La méthode s’applique dorénavant à l’armement. Envie d’un char d’assaut, d’un missile ou d’un hélicoptère ? Pas de problème.

Ainsi, il y a quelques mois, les arsenaux de la marine ont proposé à la Grèce un navire de haute mer entièrement équipée, prêt au combat pour 4 petits millions par mois. Quand plus personne ne vous fait crédit, il y a toujours la solution de la location ! Certes, pour les systèmes d’arme, c’est un peu plus compliqué, notamment question assurance, mais depuis que la banqueroute a été abolie, nos financiers ont de l’imagination et de l’audace. C’est ainsi que la France est sur le point d’innover en négociant la vente d’avions et d’un navire à l’armée d’Egypte.

D’abord, il faut rappeler que la France, mère des arts, des armes et des lois est une nation vertueuse qui montre l’exemple. Depuis le démantèlement en 2001 de la Manufacture de Saint-Etienne, on ne fabrique plus aucune arme légère ni mine anti personnelle – statistiquement les plus meurtrières- ce qui met notre bonne conscience à l’abri des critiques. Ensuite, il convient de souligner que les exportations d’armes hyper sophistiquées « made in France » relèvent du domaine régalien de l’état qui les réglemente scrupuleusement ; ceci ne le dispense pas d’en assurer la promotion.… Continuer la lecture

Humeurs du 2 février 2015

L’HONNEUR CERTAIN DE KAMEL MOHANNA…

L’humanitaire mène à tout à condition d’en sortir… C’est le triste constat de la trajectoire des chevaliers blancs de l’ingérence humanitaire, des mondes sans frontières, des indignations sélectives et des trahisons politiques. A 20 ans, militants de l’Union des étudiants communistes (UEC) ; à trente, membres de Médecins sans frontière (MSF) ; à soixante, ministres ou diplomates avant de finir dans les affaires, notamment africaines… les héros archétypiques des bons sentiments ont, pour la plupart d’entre eux, mal tourné… Que reste-t-il aujourd’hui de la ruée vers l’action humanitaire qui ponctua les conflits des années 70/80 ?

Un rappel historique nécessaire : c’est en 1998, lors de l’Assemblée générale des Nations unies que le juriste international Mario Bettati et le diplomate Serge Telle inventèrent le concept d’ « ingérence humanitaire » pour porter secours aux populations kurdes du nord de l’Irak. Comprenant tout le profit qu’il pourrait en tirer, Bernard Kouchner s’en saisit pour faire la carrière que l’on connaît1 avant de devenir consultant de luxe pour quelques roitelets africains de ses amis. Aux antipodes de ce bilan peu glorieux, un médecin libanais – debout, toujours engagé aux services des victimes et des plus pauvres -, continue à incarner l’honneur d’une action humanitaire restée fidèle à son impératif catégorique et moral : soigner, aider et témoigner. Cet homme d’exception s’appelle Kamel Mohanna. Sa biographie, sortie l’année dernière, est l’un des cadeaux que prochetmoyen-orient.ch souhaite faire à ses lecteurs pour la nouvelle année2.… Continuer la lecture