Observatoire Géostratégique

numéro 165 / 12 février 2018

Humeurs

Humeurs du 19 octobre 2015

Fabius, un bombardier à géométrie variable.

Que le grand crique nous croque ! Est-ce l’effet de son statut d’intermittent du sommeil -et par conséquence intermittent de l’éveil- que notre ami Fabius ne se souvient plus très bien de ce qu’il dit ? Qu’il a la mémoire qui flanche ? Un article du Monde, publié de 2 octobre nous en apprend une bien belle : Fabius Laurent approuve ce que Laurent Fabius réprouve, le bombardement des djihadistes d’Al-Nosra. Voilà comment Le Monde nous présente la chose. Aux Nations Unies, à New York, à l’occasion du sommet mondial des chefs d’Etats réunis pour l’Assemblée plénière, John Kerry discute avec son équivalent russe Sergeï Lavrov. Il s’agit de faire la police de l’air afin que les avions de chasse de la « coalition » ne se heurtent pas à ceux de Moscou, voire de Tel Aviv… Mis au courant de la volonté de Poutine d’en finir avec les fous de Dieu, informé aussi de la conversation entre Kerry et Lavrov, Fabius ouvre un œil et lance « Si c’est Daech et Jabbat Al-Nosra qui sont visés, alors les frappes russes sont les bienvenues » ! Le réveil a-t-il sonné trop brutalement, faisant dérailler la langue diplomatique de « Fafa » ? Toujours est-il que nous voilà subitement loin de la ligne tenue pendant une longue période où il s’agissait à tout prix de faire passer Al-Nosra, autrement dit Al-Qaïda, pour… Continuer la lecture

Humeurs du 12 octobre 2015

ARABIE SAOUDITE : MALEDICTIONS EN CASCADE

De mémoire de musulmans jamais autant de signes funestes ne s’étaient accumulés en si peu de temps. En Arabie, cœur de l’islam, rien n’est profane tout est sacré. La vie n’est que prières à Allah pour l’assister dans son combat contre le diable. On se prosterne et on l’implore pour toutes raisons ; même pour la pluie et le mauvais temps. Si la tempête se lève, gronde et emporte quelques âmes vers les cieux : Allah a voulu donner un avertissement aux mortels pêcheurs. Rien n’est hasard tout est ordonné par le très haut. Le moindre événement anodin est interprété comme l’expression du divin.

C’est dans cet état d’esprit qu’il faut appréhender les séquences répétitives de l’actualité tragique du hadj de cette année 1436 où 2,5 millions de musulmans ont pu accomplir le pèlerinage dont le rite est un des cinq commandements de l’islam.

LE HADJ NOIR

Le 11 septembre, comme pour marquer le tragique anniversaire des tours jumelles de New York, une grue de chantier appartenant à l’entreprise Saudi Binladen Group s’effondre : 111 morts.

Le 20 septembre à Jamarat, durant le rituel de la lapidation de satan les foules se télescopent. Bilan : 3, 4, 5 mille victimes ? Beaucoup moins selon la police. Qui le saura jamais ? La plupart ont été inhumées en odeur de sainteté le jour même. Victimes étouffées, piétinées, écrabouillées. Enfants, femmes, handicapés entremêlés…Les plus forts ont survécu, les… Continuer la lecture

Humeurs du 5 octobre 2015

Migrants : des solutions…

Les émotions compassionnelles et les réactions xénophobes, le flux des images télévisées et les sondages erratiques qui influent sur la « communication » des gouvernances de l’Union européenne laissent paraître une seule certitude : l’arrivée massive de migrants dans l’Ouest européen est aujourd’hui un problème sans aucune solution politique. La crise migratoire est l’un des résultats tragiques des choix désastreux qui ont été faits depuis un quart de siècle par les élites de ce qu’on appelle l’Occident.

C’est la stratégie imbécile des Etats-Unis en Afghanistan et au Proche-Orient qui a jeté sur les routes de l’exil les hommes, les femmes et les enfants dont Washington laisse maintenant la charge aux Etats et aux peuples européens, à la Jordanie et au Liban. C’est l’opération libyenne menée par les gouvernements français, anglais et américain qui a provoqué dans cette partie de l’Afrique un chaos propice à toutes les émigrations. C’est la vindicte contre Bachar al-Assad et la complaisance hautement suspecte pour l’Arabie saoudite et le Qatar, agents de la subversion islamiste, qui provoque l’exode des Syriens.

Ce sont les matrices de l’ultralibéralisme – le FMI, l’OMC, la Commission européenne – qui provoquent la désindustrialisation, le chômage et la misère en Croatie, en Serbie, en Bosnie-Herzégovine, au Kosovo : dans ces pays livrés à la corruption et privés d’avenir, ils sont des dizaines de milliers à grossir le flot de ceux qui émigrent en raison de la sauvagerie économique.

C’est l’Union européenne dans… Continuer la lecture

Humeurs du 28 septembre 2015

Retour sur la chute de l’empire Ben Laden…

Le 11 septembre, 111 prieurs sont morts écrabouillés par une grue à la grande mosquée de La Mecque. On pouvait s’attendre à ce que ce fait divers restât sans résonance car les victimes étaient de pauvres hères. C’était sans compter sur l’opinion publique de l’Arabie et sur l’astucieux opportunisme des Altesses saoudiennes.

Le plus lucratif chantier du monde

La Mecque est l’endroit où chaque musulman désire par dessus tout se réfugier ne serait-ce que le temps d’une prière une fois dans la vie. Tous ne le peuvent pas. Il y a des quotas et des contingences financières. L’Arabie accorde les visas avec une relative parcimonie. Sur un milliard et demi de musulmans, seulement quelques petits millions saluent chaque année la pierre noire de la Kaaba. Le sanctuaire est situé à une heure d’autoroute de Jeddah la capitale économique de l’Arabie. Des moyens de transports modernes et une organisation sécuritaire et sanitaire hors normes assurent le flux des réfugiés de la foi. Deux millions de pélerins sont attendus à la fin du mois pour Hadj.

La ville sainte est le premier spot touristique mondial, elle génère des investissements colossaux et des dividendes mirobolants. Le prix du mètre carré y est le plus élevé du monde, mieux que Broadway ou les Champs Elysée. Les commerces offrent une lucrativité enviée car la clientèle s’y presse 365 jours par an, 24 heures sur vingt quatre. Tous les super-marchés et les fast-food de la ville oeuvrent… Continuer la lecture

Humeurs du 21 septembre 2015

La marine saoudienne restera-elle française ?

Le Président de la République cultive le paradoxe d’être un inconditionnel allié de la monarchie la plus réactionnaire du monde : l’Arabie Saoudite. Ce soutien est précieux pour le régime wahhabite que les injures aux droits fondamentaux humains détournent de la considération des démocraties. À contre courant, François Hollande enchaîne les sommets et les gestes aimables avec les altesses saoudiennes et ses ministres multiplient les rencontres, fort du soutien des entreprises. Car l’exercice français assumé consiste à monnayer cet alignement diplomatique au meilleur prix.

L’expression du besoin de sécurité saoudien

Obsédée par l’Iran la maison des Saoud cauchemarde de finir comme la dynastie des Pahlavi. Ce sentiment ne fait pas l’unanimité de l’opinion mais c’est celui dont se sert le roi Salman, intronisé en janvier dernier, pour asseoir avec son jeune fils Mohamed un pouvoir qu’une partie de la noblesse dénigre ouvertement. Le laborieux accord sur le nucléaire iranien que Riyad, Tel-Aviv et Paris ont vainement tenté de saboter a exacerbé l’irano-phobie saoudienne et conduit son monarque a élargir la protection stratégique de son territoire en lançant une expédition coloniale au Yémen voisin. Étonnamment et malgré l’assoupissement de l’ONU, tous les partenaires traditionnels de l’Arabie se sont inscrit aux abonnés absents à l’exception des royaumes arabes. Cet isolement a rendu très précieuse la fidélité de la France dont la récompense devrait être à la hauteur de son engagement.

Depuis le 25 mars, l’Arabie et les émirats arabes unis bombardent le Yémen à… Continuer la lecture