Observatoire Géostratégique

numéro 153 / 20 novembre 2017

Humeurs

Humeurs du 13 avril 2015

Après Lausanne…

Les résultats obtenus le 2 avril à Lausanne par le groupe dit P5+1 (les cinq membres du Conseil de sécurité plus l’Allemagne) et l’Iran marquent un temps décisif dans le long processus initié en 2012 par les premiers contacts noués entre Américains et Iraniens sous l’égide du Sultan d’Oman. Ce processus avait ensuite été impulsé par « le Plan commun d’action » adopté par les sept parties prenantes le 24 novembre 2013. Ce document fixait la méthode, les mesures de mise en confiance et les objectifs de la négociation de fond qui allait s’ouvrir pour parvenir à un accord durable et complet sur la question du programme nucléaire iranien.

Les formules qui viennent d’être trouvées à Lausanne ont fait sauter un certain nombre d’obstacles sur la voie d’un tel accord, faisant enfin jaillir la lumière au bout du tunnel. Ce résultat a été atteint au prix d’efforts exceptionnels venant au premier chef des délégations américaine et iranienne. Il peut être en particulier salué comme un succès pour l’équipe américaine, conduite par John Kerry qui a beaucoup donné de sa personne. Les diplomates américains ont mobilisé en cette affaire toute leur persévérance, leur imagination, leur capacité d’initiative pour parvenir à forcer les résistances iraniennes et emporter les résultats que l’on connaît.

Dans le même temps, un analyste doit la vérité à ses lecteurs. Deux documents émergent comme la partie visible de l’accord. Le premier est une déclaration commune lue successivement par la Haute représentante de l’Union européenne, Federica… Continuer la lecture

Humeurs du 6 avril 2015

ERDOGAN ET LES FEMMES…

Le président islamo-conservateur turc Recep Tayyip Erdogan, a affirmé, le 30 avril dernier, que « les femmes ne peuvent être l’égal des hommes ». Devant une assemblée essentiellement féminine, réunie pour un colloque dont le thème était « La justice et les femmes ». Le responsable turc a lancé : « notre religion a défini une place pour les femmes : la maternité. Certaines personnes peuvent le comprendre, d’autres non. Vous ne pouvez pas expliquer ça aux féministes parce qu’elles n’acceptent pas l’idée-même de la maternité ». Sûr de lui et dominateur Erdogan a aussi assuré : « qu’hommes et femmes ne pouvaient pas être traités de la même façon parce que c’est contre la nature humaine. Leur caractère, leurs habitudes et leur physique sont différents (…) Vous ne pouvez pas mettre sur un même pied une femme qui allaite son enfant et un homme. Vous ne pouvez pas demander à une femme de faire tous les types de travaux qu’un homme fait, comme c’était le cas dans les régimes communistes ».

Pas mal à l’aise pour un sou, le président turc s’est voulu « scientifique » en détaillant ses dires le Coran en main. Selon sa lecture du livre saint, le sort des femmes est inscrit dans la doctrine de l’islam. Pour l’exégèse Erdogan, la femme n’y est désignée que comme croyante, épouse et mère. La prééminence de l’homme est un principe religieux (sourate 2… Continuer la lecture

Humeurs du 30 mars 2015

LES GIA A L’ORIGINE DU TERRORISME INTERNATIONAL…

Quand la hiérarchie militaire, soutenue par une grande partie de la société civile, a décidé de mettre fin en 1992 au processus électoral en Algérie, la classe politique en Occident s’est réveillée pour condamner un « coup de force » contre la démocratie naissante curieusement incarnée par le Front Islamique du Salut (FIS), ancêtre de triste mémoire des Groupes Islamiques Armées (GIA) d’hier et d’Al Qaïda et de Dae’ch aujourd’hui.

Le jihad en Afghanistan – encouragé par les Etats-Unis d’Amérique et leurs alliés – contre l’empire soviétique, a constitué l’acte fondateur du concept du « jihadisme » au sens canonique en même temps que le début de sa mise en œuvre par une génération de jeunes endoctrinés désireux de donner ses lettres de noblesse à la Oumma islamique telle que construite par le prophète de l’Islam et ses apôtres quelques siècles auparavant. Cette épopée ne pouvait renaître qu’au prix du sang versé, celui des dirigeants arabes corrompus, de musulmans, hommes et femmes, non convertibles aux dogmes, dont ils ont dicté les termes et les interprétations, avec l’aide et le soutiens d’idéologues occidentaux sionistes, négationnistes et destructeurs.

L’ébullition politique en Algérie, après les émeutes d’octobre 1988 et la fin du monopole du parti-Etat du FLN, avait donné l’occasion aux fondamentalistes d’officialiser leur engagement politique en créant le premier parti islamiste dans le monde arabe, le Front Islamique du Salut –FIS – prônant le jihadisme internationale. Ce parti subversif, qui a légitimé les assassinats,… Continuer la lecture

Humeurs du 23 mars 2015

L’horreur d’Arabie, l’honneur de la Suède

Ce qui se passe en Arabie mérite notre attention. C’est le plus riche producteur de pétrole et le premier importateur d’armes au monde, mais c’est surtout le foyer de la doctrine salafiste, génitrice de l’internationale des égorgeurs. Le sacre d’un roi nouveau est un événement d’une portée considérable car il est de nature à endiguer l’obscurantisme du royaume des ténèbres et l’exportation de ses idées criminelles. Imaginez que vous soyez saoudien. Vous auriez adoré votre nouveau roi.

Pour célébrer son intronisation en janvier, Salman a offert à ses sujets une prime de deux mois de revenu ; à chaque fonctionnaire, retraité, étudiant…mais aussi aux salariés du secteur privé, car le patronat à l’unisson n’a pas voulu être en reste. Le père Noël des sables a libéré avec parcimonie une poignée d’encagés en attente d’être fouettés et aussi trois femmes qui avaient osé prendre le volant. Enfin, le roi a décrété que les 37 médecins et infirmiers morts du Syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS) étaient des martyrs de l’Islam ; chaque famille endeuillée a reçu un chèque de 125 mille euros. Officiellement 436 personnes seraient décédés de cette terrible grippe, mais en réalité plusieurs milliers.

Les savants ont formellement identifié le vecteur de transmission de ce virus foudroyant: c’est le chameau. Hélas, pour cause de censure, la population est incapable d’entendre le message d’alerte lancé par l’Organisation Mondiale de la Santé « Ne pas boire le lait de chamelle ou l’urine de chameau !… Continuer la lecture

Humeurs du 16 mars 2015

Sacré Vaillant, sacré métier !

L’écrivaine Marie-Noël Rio publie ces jours-ci une sélection des reportages du grand écrivain communiste Roger Vaillant, sous le titre – Sacré métier ! – aux éditions Le temps des cerises. Plusieurs de ces articles concernent les Proche et Moyen-Orient. Madame Rio nous a autorisé de publier celui-ci et nous l’en remercions chaleureusement :

COCA-COLA, RITA HAYWORTH ET READER’S DIGEST À LA CONQUÊTE DE L’ÉGYPTE

Les Anglais conquirent naguère l’Orient par des méthodes désormais classiques, mais déjà démodées. On connaît le principe : ils s’attachèrent les classes dirigeantes, pachas égyptiens, chefs nomades ou maharajahs hindous, en mettant à leur disposition, pour la défense de leurs privilèges, l’appui de la flotte et de l’armée britanniques, et, à l’occasion, tout le poids de la livre sterling. […]

L’arme américaine employée aujourd’hui est plus subtile, c’est ce qu’on appelle l’influence culturelle. La fabuleuse expansion du coca-cola dans les pays arabes est la plus grosse et la plus visible réussite de l’influence culturelle yankee dans le Moyen-Orient.

COCA-COLA ROI

Coca-cola comme chacun sait est une sorte de soda assaisonné de kola. Coca-cola ne contient pas d’alcool, ce qui constitue un préjugé favorable à sa réussite dans les pays musulmans, où la loi coranique interdit l’usage des boissons fermentées. […]

Les classes riches furent les premières à adopter coca-cola. D’abord parce qu’on peut le boire directement (une bouteille par personne), soit au goulot, soit avec une paille introduite dans le goulot ; or les riches Egyptiens qui vont souvent… Continuer la lecture