Observatoire Géostratégique

numéro 218 / 18 février 2019

Humeurs

VIVE LES SOVIETS !

Emmanuel Macron a écrit un livre qui s’intitule « Révolution ». Diantre ! Parfois, il est des symboles qui sont rattrapés par le réel qu’ils cherchaient à exorciser. C’est ce qui vient d’arriver ! Maintenant le président de la République doit apporter une réponse foncièrement politique, sinon institutionnelle au mouvement des Gilets jaunes. En attendant, cette révolte profonde cherche à s’organiser en s’inspirant des « révolutions » passées, dont celle de 1917 en Russie. Nous publions l’analyse de l’un de nos grands juristes français qui approfondit ce parallèle historique.

La rédaction

 

VIVE LES SOVIETS !

N’en déplaise aux idéalistes, le mouvement des « Gilets jaunes » n’est que le fruit, la réaction organique des masses affectées par la vie chère, le niveau des taxes et la destruction organisée par le pouvoir en place depuis des décennies – et parachevées de manière encore plus brutale sous le règne de Monsieur Macron – des services publics.

La cause racine de ce mouvement de masse est la nécessité ; nécessité qui fait loi organique. De même qu’un arbre qui trouverait son sous-sol brutalement asséché par des conditions climatiques subitement nouvelles, verrait alors ses racines plonger, creuser et progresser sous terre jusqu’à pouvoir trouver de l’eau, ou dépérir, de même le prolétariat français s’est mis en mouvement, instantanément, alors qu’il est asséché par des conditions économiques qui, tout aussi subitement – même s’il s’agit du résultat d’un processus lent de délitement des conditions d’existences et de sa paupérisation -, ne permettent plus à sa masse, de satisfaire ses… Continuer la lecture

ENFIN, UNE VRAIE GEOPOLITIQUE DE LA RUSSIE !

Autant le dire d’emblée, c’est un livre « spinoziste »1 de la meilleure filiation ; c’est-à-dire qui traite du contenu immanent de son objet, dont les informations factuelles et analytiques constituent la marque même du sérieux d’une démonstration verum index sui, pédagogique et opérationnelle.

Ce livre nous parle vraiment – vraiment – de la Russie, telle que diplomates, militaires, chercheurs, journalistes et citoyens devraient l’aborder. Car, de nos jours, il est devenu tellement rare de lire des choses pertinentes sur ce pays-continent, qui ne cèdent pas à la russophobie déferlante… Enfin, il faut relever aussi avec bonheur, le plaisir de lire un tel texte – agrémenté de nombreux croquis et cartes -, qui fera le plus beau des cadeaux de Noël pour les amis en quête de compréhension et d’intelligence. Cette lecture tombe à point nommé après la dernière confrontation maritime en mer Noire, suscitée par une provocation ukrainienne teintée de petits calculs électoraux assez ragoûtants… Sans surprise, l’incident maritime a réactivé tous les poncifs antirusses les plus grotesques. Raison de plus pour suivre à la loupe les explications de Jean de Gliniasty.

Ambassadeur de France, non seulement en Russie (janvier 2009 – octobre 2013), au Brésil et au Sénégal, Jean de Gliniasty a été auparavant Consul général à Jérusalem et conseiller à la Représentation permanente de la France auprès de l’Union européenne. C’est un de nos grands diplomates. Au Quai d’Orsay, il a été, entre autres, adjoint au chef du Centre d’analyse et de prévision, directeur du Développement… Continuer la lecture

EN ATTENDANT L’ACCOLADE MACRON-BEN SALMAN AU PROCHAIN G-20 !

Le meurtre abject du consulat d’Istanbul a révélé la sinistre face d’une médaille à l’effigie du prince sanglant Mohamed ben Salman dont l’envers est la guerre du Yémen. Il est l’expression d’une politique délibérée d’un État qui gouverne par l’effroi.

PERMIS D’ASSASSINER

La plupart des chefs d’États détiennent le privilège exorbitant de pouvoir décider de tuer en toute impunité au prétexte de lutte contre le terrorisme. Les Américains admettent la pratique de « meurtres ciblés », les Israéliens parlent de « prévention ciblée », les Français « d’opérations homo » (pour homicide). François Hollande en aurait ordonné 40, Obama plus de 300, le record serait détenu par Netanyahou. Quel est le « score » des Russes, des Chinois, des Pakistanais et des autres ? Il n’existe aucune estimation à l’échelle mondiale. 

Ces meurtres dans l’ombre pour des mauvaises raisons d’Etat soulèvent des questions de droit dont les limites de tolérance par l’opinion des réseaux sociaux mondialisés ont sans doute été atteintes avec le martyr de Jamal Khashoggi.

LA POLITIQUE DE LA TERREUR

La longue préméditation, le lieu et le mode opératoire attestent que le crime avait pour objectif de terroriser. Le banal accident de voiture ou la rupture d’anévrisme provoqué n’ont sans doute jamais été envisagés car ce sont des procédés de « civilisés ». MBS ne recherchait pas seulement la neutralisation d’un opposant mais l’exemplarité d’un supplicié. « Rapportez-moi la tête de ce chien » aurait-il ordonné. Pour que chacun comprenne que nul en aucun lieu n’est à l’abri de mes foudres a-t-il peut-être ajouté. Le message a été entendu au-delà de ses espérances. De ce point de… Continuer la lecture

LE BRETON EST À L’OUEST !

« Errare humanum est, perseverare diabolicum » (l’erreur est humaine, l’entêtement [dans son erreur] est diabolique). Formule qui va comme un gant à l’inénarrable Jean-Yves le Drian ! Manifestement, la conjugaison du poids des ans et des décalages horaires produit chez notre patron du Quai d’Orsay un « jetlag diplomatique »1 qui se traduit par la multiplication des bourdes. À ce stade, cela commence à devenir problématique pour ne pas dire inquiétant ! Dans la diplomatie, plus que dans tout autre discipline, on apprend aux jeunes recrues issues des concours, que si la parole est d’argent, le silence est d’or. Qui plus est, lorsque l’on n’est pas certain de son fait, on s’abstient de tout commentaire intempestif. Petites causes, grands effets ! Patatras, Jean-Yves Le Drian et sa porte-parole (celle qui avale sans coup férir couleuvres et boas) s’enferrent dans des allégations mensongères et des démentis peu convaincants dans la triste affaire Jamal Khasshogi. Les fausses notes de notre barde breton sont révélatrices de l’incompétence de notre lorientais désorienté.

LES FAUSSES NOTES DU BARDE BRETON

Après les couacs de notre plaisantin Jean-Yves Le Drain vient le temps de la leçon de diplomatie ottomane qui lui rappelle que l’on ne peut pas dire n’importe quoi lorsque l’on est en charge de la représentation extérieure de son pays.

Le couac du plaisantin : une erreur impardonnable

Rappelons la bourde bretonne commise par le ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, bourde qui vaut son pesant d’artichaut ! Ne voilà-t-il pas que Jean-Yves Le Drian crée une inutile… Continuer la lecture

EMMANUEL MACRON, C’EST COMME LA SAMARITAINE…

J’aime beaucoup le Président Macron. Dans cette période où l’on doit chaque soir passer la balayette sous son lit afin de débusquer le terroriste qui doit s’y cacher, avec lui on rigole. Macron c’est, recyclé, le vieux slogan publicitaire d’un grand magasin : « A tout instant il se passe quelque chose aux Galeries Lafayette ». Cette fois le Président a décidé de nous distraire avec Pétain. C’est inattendu, ça fait vieux monde… Mais tant pis. Après avoir fait la guerre aux Russes – par son émanation de RT France -, il était logique qu’il louât le Maréchal ; que revoilà…

Pour être juste, car le temps est au certifié, à l’exact, au vérifié, à l’équitable, remarquons que ce malheureux Macron est mal entouré. Autour de lui s’ébat une nuée de jeunes gens qui ne l’aident guère. Paresseux ? Non. Mais le hasard fait que tous ces biens diplômés n’avaient qu’un seul livre d’histoire, et qu’ils ont fini de le colorier. Benalla aurait pu être un rempart en rendant, par l’écran de ses larges épaules, le discours pétainiste inaudible. Mais Benalla, « l’épaule droite », nous manque, j’espère que les prud’hommes vont le réintégrer.

Personne, au Palais, aucun vieux bouc intello, mariné dans le jus des archives, pour indiquer au Président l’emplacement des champs de mines. Et l’histoire de Pétain, son action, sa philosophie sont du TNT. Une bombe à retardement qu’il ne faut pas toucher, pas plus que le sarcophage de Tchernobyl. Réactiver le Maréchal ça pue, ça déchire, ça blesse, ça injurie, ça offense,… Continuer la lecture