Observatoire Géostratégique

numéro 201 / 21 octobre 2018

Humeurs

Humeurs du 8 juin 2015

Nucléaire iranien : le bout du tunnel, fin juin ?

Personne ne connaît le contenu exact du Protocole additionnel signé par l’Iran et l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) en décembre 2003. Ce protocole visait à compléter et renforcer l’Accord de garanties réglant l’exercice des contrôles de l’AIEA sur le programme nucléaire iranien, par bien des côtés insuffisant et donc obsolète, signé par les deux mêmes parties en 1973 et entré en vigueur l’année suivante. L’Iran n’a pas présenté le Protocole additionnel à son Parlement pour ratification, mais l’a néanmoins appliqué en geste de bonne volonté de 2004 à février 2006, date à la quelle il a été traîné devant le Conseil de sécurité. Le texte de ce protocole n’a jamais été rendu public, et il nous faut donc croire M. Amano, Directeur général de l’AIEA, lorsqu’il nous dit que ce document autorise son Agence à aller inspecter tous types de sites, qu’ils soient civils ou militaires.

Nous savons aussi que le Guide suprême iranien a formellement rejeté l’idée que l’accord en cours de négociation avec les groupe dit « P5+1 » – Chine, États-Unis, France, Grande-Bretagne, Royaume uni, Russie, plus l’Allemagne – puisse autoriser l’AIEA à pénétrer dans des sites militaires ou à interroger des scientifiques nucléaires. Nous pouvons toutefois présumer que le contenu du Protocole additionnel signé entre l’AIEA et l’Iran ne doit pas être très différent du Protocole additionnel type dont le texte est disponible sur le site de l’Agence. Si tel est le cas, quels… Continuer la lecture

Humeurs du 1er juin 2015

La guerre de « l’Arabie heureuse »…

En Arabie Saoudite, il s’est passé plus de choses en 100 jours qu’en 25 ans. Depuis son intronisation le roi Salman Ben Abdlaziz al Saoud a renversé la table et réveillé brutalement la cour au Bois Dormant. Le nouveau monarque a réglé ses comptes et aboli l’usage du compromis. Toutes les altesses en place ont valsé, la plupart des ministres ont été remplacés par des proches et des favoris. S’affranchissant de toute consultation des pairs, le roi octogénaire a désigné au débotté son neveu Mohamed ben Nayef comme Prince héritier, ministre de l’intérieur et son fils Mohamed ben Salman comme vice-héritier et ministre de la guerre. C’est un putsch de Palais !

Le binôme des Mohamedeyn porte désormais les deux sabres d’une théocratie obscurantiste obsédée par l’éradication de la mécréance dont les ennemis déclarés sont les Chi’ites et les « révolutions arabes ». Sans s’attarder, ils ont commencé leur croisade par le Yémen voisin : le légendaire pays de « l’Arabie Heureuse ».

Solidarité des pauvres contre arrogance des riches

Prenant prétexte d’un pénultième coup d’Etat à Sanaa, depuis le 25 mars l’Arabie bombarde méthodiquement le Yémen : routes, ports, aéroports, industries ont été anéantis. Plus d’eau potable, plus d’électricité, plus de minoteries ni de pain. Le pays traverse une catastrophe humanitaire épouvantable qui tranche avec l’indifférence internationale. Combien de morts ? Nul ne les compte. Des dizaines de milliers ? Qui s’en soucie ? C’est bien moins que la Syrie, l’Irak,… Continuer la lecture

Humeurs du 25 mai 2015

« Militants ! », vous avez dit militants ?

La semaine dernière, le quotidien parisien Le Figaro et l’hebdomadaire L’Observateur ont publié une dépêche en provenance de l’agence Reuters, rapportant que vingt-deux « militants » avaient été tués par l’armée algérienne. « Militants » de quoi ?

En fait, lors de cette opération, l’Armée nationale populaire algérienne (ANP) a non seulement neutralisé un groupe terroriste important mais elle a aussi mis la main sur un véritable arsenal de guerre près de la localité de Ferkioua, dans la wilaya de Bouira. Dans les secteurs voisins de Blida et Boumerdès (1ère région militaire), deux caches d’armes ont été découvertes contenant une mitrailleuse de type PKT, une mitraillette de type (MAT-49), quatre fusils de chasse, un fusil à répétition. Les militaires ont également découvert un lance-roquettes de type RPG7, deux canons de fusils semi-automatiques, six obus RPG7, huit charges d’obus, 38 téléphones portables bricolés en systèmes de mise à feu d’explosifs, 13 bombes de confection artisanale, quatre paires de jumelles et une importante quantité de munitions de différents calibres. Le communiqué officiel ajoute que 24 kilogrammes de TNT, 12,5 kilogrammes d’explosifs, 170 litres d’acide nitrique ont été également saisis ainsi que 31 détonateurs, six mètres de mèche de détonateur, un groupe électrogène, deux panneaux solaires, des vêtements, des denrées alimentaires et d’autres matériels de survie.

En qualifiant les membres du groupe terroriste neutralisé de « militants », Reuters et ses… Continuer la lecture

Humeurs du 18 mai 2015

Issayas Afewerki, dictateur maître-noyeur de l’Érythrée

Par milliers, les Érythréens se noient. Tout le monde s’en fout. L’actualité préfère les futilités : le foute balle, la famille Le Pen, le temps qu’il fera en mai… La France se regarde le nombril et ne veut pas lever les yeux sur l’horizon. L’été s’annonce serein. On a pris toutes les précautions pour éviter la pollution. Sur la Côte d’Azur, on envisage la pose des filets pour empêcher les immigrants de venir semer l’effroi. Imaginez la scène en plein festival de Cannes ! Des cadavres gonflés, décomposés d’enfants, femmes et hommes échoués sur la plage ! Suite aux naufrages en série, le ministre de l’intérieur communicant a sobrement stigmatisé les passeurs. Il a rappelé les bons scores de la police et manifesté sa ferme résolution de rechercher une « solution européenne à ce drame humain ». On est rassuré.

Il y a quinze jours, le Président tunisien était à Paris. Durant les nombreux échanges de discours, on s’est félicité de part et d’autre de la parfaite coopération en matière de lutte contre l’immigration clandestine. Il est vrai que depuis la révolution, les boat-people comme les touristes, ont déserté la Tunisie. Désormais ils embarquent depuis la Libye. C’est l’un des effets pervers de la chute de Kadhafi. Jadis, quand les filières de passeurs étaient dominées par les Tunisiens, c’était un moindre mal car elles agissaient dans le respect d’un certain code de l’honneur. L’intermédiaire n’était payé qu’à l’arrivée à bon port du migrant… Continuer la lecture

Humeurs du 11 mai 2015

Mare Nostrum, Triton et après…

Au moins 400 migrants disparus le 12 avril dernier, 40 noyés le 16 avril, l’évaluation de 700 morts dans un nouveau naufrage le 19 avril… Le printemps 2015 restera marqué par ces drames à répétition, une « hécatombe jamais vue en Méditerranée » selon le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR). Depuis plusieurs années, l’Italie presse pourtant ses partenaires européens de renforcer l’opération « Triton », coordonnée par l’agence européenne pour la surveillance des frontières (Frontex), celle-ci ne disposant que de faibles moyens. Un sommet extraordinaire des chefs d’Etat et de gouvernement a eu lieu le 23 avril dernier à Bruxelles pour étudier une réponse approprié à cette situation. Mais « est-on dans le bon format ? », se demande l’un des officiers supérieurs de la Marine italienne…

Face à une situation qui empire, avec 35 000 personnes qui ont traversé la Méditerranée depuis le début de l’année et au moins 1 600 victimes – selon le HCR -, les responsables européens cherchent encore ce « bon format » qui ne se réduit pas seulement à plus grande présence des Européens en mer ainsi qu’à un partage mieux répartis de l’accueil des migrants et des réfugiés.

Au-delà des bonnes intentions, un plan en 10 points anticipe la « stratégie » que devrait présenter la Commission de Bruxelles ces prochains jours. Le renforcement de l’opération de surveillance des frontières Triton reste à l’ordre du jour, avec un doublement des moyens alloués à… Continuer la lecture