Observatoire Géostratégique

numéro 208 / 10 décembre 2018

Humeurs

Humeurs du 16 février 2015

CHEIKH MAKTOUM CONTRE DAE’CH

Voici six mois que les insurgés d’Irak et de Syrie ont conquis un territoire dont la surface, la population et les ressources surpassent désormais la plupart des Etats arabes. Voici trois mois que la communauté internationale coalisée dans une formidable armée aérienne bombarde les positions terroristes. Sans résultat. Les hordes sauvages du calife sont toujours à l’offensive pendant que les armées régulières semblent incapables de les repousser, ni même de les contenir.

Bien qu’il soit difficile d’évaluer la réalité du terrain faute d’observateurs de la presse libre et en raison de la formidable propagande de guerre, le déséquilibre des forces qui s’affrontent est sidérant. D’un coté une poignée de milliers de jihadistes équipés d’armes légères montées sur des Toyota blanches, quelques blindés et des missiles filoguidés, l’ensemble bénéficiant d’un soutien logistique impressionnant servi par des filières invraisemblables de contrebandiers. De l’autre, des armées de professionnels : près d’un demi million d’hommes conseillés par la fine fleur des forces spéciales occidentales, appuyés par des dizaines de satellites, drones, hélicoptères, Tornado, F16, Rafale, missiles de croisière….

Pourtant, les barbus consolident leurs positions et menacent toujours Bagdad. Devant eux, une partie de la population fuit ; celle qui reste se soumet à l’ordre nouveau purifié de toutes les tares de l’ancien régime. La corruption, le clientélisme et l’injustice disparaissent, sans doute momentanément. La Charia impitoyable frappe distinctement. Avant de se retirer des villes conquises, les combattants du calife restaurent l’administration épurée et s’en retournent à leur croisade d’éradication… Continuer la lecture

Humeurs du 9 février 2015

RAFALE A L’EGYPTE, GUERRE A CREDIT…

La location avec option d’achat est une technique financière qui permet aux fauchés de rouler en voiture neuve. Pour dix euros par jour, c’est le bonheur de l’évasion avec toutes options. La méthode s’applique dorénavant à l’armement. Envie d’un char d’assaut, d’un missile ou d’un hélicoptère ? Pas de problème.

Ainsi, il y a quelques mois, les arsenaux de la marine ont proposé à la Grèce un navire de haute mer entièrement équipée, prêt au combat pour 4 petits millions par mois. Quand plus personne ne vous fait crédit, il y a toujours la solution de la location ! Certes, pour les systèmes d’arme, c’est un peu plus compliqué, notamment question assurance, mais depuis que la banqueroute a été abolie, nos financiers ont de l’imagination et de l’audace. C’est ainsi que la France est sur le point d’innover en négociant la vente d’avions et d’un navire à l’armée d’Egypte.

D’abord, il faut rappeler que la France, mère des arts, des armes et des lois est une nation vertueuse qui montre l’exemple. Depuis le démantèlement en 2001 de la Manufacture de Saint-Etienne, on ne fabrique plus aucune arme légère ni mine anti personnelle – statistiquement les plus meurtrières- ce qui met notre bonne conscience à l’abri des critiques. Ensuite, il convient de souligner que les exportations d’armes hyper sophistiquées « made in France » relèvent du domaine régalien de l’état qui les réglemente scrupuleusement ; ceci ne le dispense pas d’en assurer la promotion.… Continuer la lecture

Humeurs du 2 février 2015

L’HONNEUR CERTAIN DE KAMEL MOHANNA…

L’humanitaire mène à tout à condition d’en sortir… C’est le triste constat de la trajectoire des chevaliers blancs de l’ingérence humanitaire, des mondes sans frontières, des indignations sélectives et des trahisons politiques. A 20 ans, militants de l’Union des étudiants communistes (UEC) ; à trente, membres de Médecins sans frontière (MSF) ; à soixante, ministres ou diplomates avant de finir dans les affaires, notamment africaines… les héros archétypiques des bons sentiments ont, pour la plupart d’entre eux, mal tourné… Que reste-t-il aujourd’hui de la ruée vers l’action humanitaire qui ponctua les conflits des années 70/80 ?

Un rappel historique nécessaire : c’est en 1998, lors de l’Assemblée générale des Nations unies que le juriste international Mario Bettati et le diplomate Serge Telle inventèrent le concept d’ « ingérence humanitaire » pour porter secours aux populations kurdes du nord de l’Irak. Comprenant tout le profit qu’il pourrait en tirer, Bernard Kouchner s’en saisit pour faire la carrière que l’on connaît1 avant de devenir consultant de luxe pour quelques roitelets africains de ses amis. Aux antipodes de ce bilan peu glorieux, un médecin libanais – debout, toujours engagé aux services des victimes et des plus pauvres -, continue à incarner l’honneur d’une action humanitaire restée fidèle à son impératif catégorique et moral : soigner, aider et témoigner. Cet homme d’exception s’appelle Kamel Mohanna. Sa biographie, sortie l’année dernière, est l’un des cadeaux que prochetmoyen-orient.ch souhaite faire à ses lecteurs pour la nouvelle année2.… Continuer la lecture

Humeurs du 26 janvier 2015

VÉRITÉ EN-DEÇÀ DES PYRÉNÉES, ERREUR AU-DELÀ !

Voici Paris frappé au cœur, voilà une France groggy, percluse de douleur qui redécouvre l’horreur terroriste. Un formidable élan de solidarité internationale d’une remarquable spontanéité, jaillit des cinq continents et se baptise « Charlie », comme un pied de nez aux tueurs des douze de l’hebdo satirique éponyme. Le coupables de la tuerie du 11ème arrondissement et de l’hyper marché casher, sont deux frères, et l’une de leurs connaissances. Des français, de confession musulmane, entendaient, ainsi venger un outrage commis envers le Prophète Mahomet, il y a près de neuf ans. En effet l’hebdomadaire français s’était rendu coupable, ô suprême « sacrilège », de reproduire des caricatures du messager divin, qui avaient été publiées par le quotidien danois (très conservateur pour ne pas dire plus…) Jyllands-Posten en septembre 2005.

Pour ces fous d’Allah, la prescription n’existe pas. La Clémence et la miséricorde sont du seul ressort de Dieu et la tolérance un sentiment de lâcheté qui ne sied pas aux barbouzes du Créateur. En fait l’hebdomadaire satirique qui prenait eau de toutes parts en était à ses dernières réserves d’air avant de sombrer. A quelque chose malheur est bon, son dernier tirage a dépassé, fait unique dans les annales de la presse en France, les 7 millions d’exemplaires. Le temps de passer les mains sur les yeux pour en essuyer les larmes avant de les frotter pour passer à la caisse.

Abasourdis. Les Français sont abasourdis. Depuis les huit attentats à… Continuer la lecture

Humeurs du 19 janvier 2015

LE « VOILE ISLAMIQUE », PARLONS EN !

Depuis quelques années, en Europe et plus particulièrement en France, on ne parle que du « voile islamique ». Des publicités sont même apparues dans les lieux publics, pour promouvoir des produits distinctifs, avec des femmes, portant un foulard. On peut en déduire que toutes les musulmanes se couvrent les cheveux, et que toutes les femmes, à têtes nues, ne le sont pas.

Ainsi s’est répandu au sein des opinions européennes le stéréotype de la femme musulmane et arabe, habillée de pied en cap, et les cheveux couverts par un morceau de tissu. Aussi paradoxal que cela puisse paraitre, le voile est « l’obligation » la plus controversée de l’islam, parce que ce mot ne figure pas dans le lexique coranique, et que son port doit plus à la tradition qu’à une prescription divine. Alors que ce voile se répand comme une traînée de poudre dans le monde musulman, sous l’impulsion du fondamentalisme wahhabite, des intellectuels s’insurgent contre cette interprétation abusive des prescriptions divines.

Morceaux choisis

Djamal Al-Bana (Egypte) – Frère cadet de Hassan Al-Bana, fondateur du mouvement des « Frères musulmans ». « S’ils se concentraient sur la recherche plutôt que ces balivernes du voile, les Européens les respecteraient davantage. Une femme qui montre sa chevelure n’enfreint aucune règle de l’islam. Il n’y a rien dans l’islam ou le coran qui dit qu’une femme doit couvrir ses cheveux. Un texte dit qu’une femme doit couvrir sa poitrine, mais il n’y… Continuer la lecture