Observatoire Géostratégique

numéro 271 / 24 février 2020

Humeurs

Humeurs du 2 février 2015

L’HONNEUR CERTAIN DE KAMEL MOHANNA…

L’humanitaire mène à tout à condition d’en sortir… C’est le triste constat de la trajectoire des chevaliers blancs de l’ingérence humanitaire, des mondes sans frontières, des indignations sélectives et des trahisons politiques. A 20 ans, militants de l’Union des étudiants communistes (UEC) ; à trente, membres de Médecins sans frontière (MSF) ; à soixante, ministres ou diplomates avant de finir dans les affaires, notamment africaines… les héros archétypiques des bons sentiments ont, pour la plupart d’entre eux, mal tourné… Que reste-t-il aujourd’hui de la ruée vers l’action humanitaire qui ponctua les conflits des années 70/80 ?

Un rappel historique nécessaire : c’est en 1998, lors de l’Assemblée générale des Nations unies que le juriste international Mario Bettati et le diplomate Serge Telle inventèrent le concept d’ « ingérence humanitaire » pour porter secours aux populations kurdes du nord de l’Irak. Comprenant tout le profit qu’il pourrait en tirer, Bernard Kouchner s’en saisit pour faire la carrière que l’on connaît1 avant de devenir consultant de luxe pour quelques roitelets africains de ses amis. Aux antipodes de ce bilan peu glorieux, un médecin libanais – debout, toujours engagé aux services des victimes et des plus pauvres -, continue à incarner l’honneur d’une action humanitaire restée fidèle à son impératif catégorique et moral : soigner, aider et témoigner. Cet homme d’exception s’appelle Kamel Mohanna. Sa biographie, sortie l’année dernière, est l’un des cadeaux que prochetmoyen-orient.ch souhaite faire à ses lecteurs pour la nouvelle année2.… Continuer la lecture

Humeurs du 26 janvier 2015

VÉRITÉ EN-DEÇÀ DES PYRÉNÉES, ERREUR AU-DELÀ !

Voici Paris frappé au cœur, voilà une France groggy, percluse de douleur qui redécouvre l’horreur terroriste. Un formidable élan de solidarité internationale d’une remarquable spontanéité, jaillit des cinq continents et se baptise « Charlie », comme un pied de nez aux tueurs des douze de l’hebdo satirique éponyme. Le coupables de la tuerie du 11ème arrondissement et de l’hyper marché casher, sont deux frères, et l’une de leurs connaissances. Des français, de confession musulmane, entendaient, ainsi venger un outrage commis envers le Prophète Mahomet, il y a près de neuf ans. En effet l’hebdomadaire français s’était rendu coupable, ô suprême « sacrilège », de reproduire des caricatures du messager divin, qui avaient été publiées par le quotidien danois (très conservateur pour ne pas dire plus…) Jyllands-Posten en septembre 2005.

Pour ces fous d’Allah, la prescription n’existe pas. La Clémence et la miséricorde sont du seul ressort de Dieu et la tolérance un sentiment de lâcheté qui ne sied pas aux barbouzes du Créateur. En fait l’hebdomadaire satirique qui prenait eau de toutes parts en était à ses dernières réserves d’air avant de sombrer. A quelque chose malheur est bon, son dernier tirage a dépassé, fait unique dans les annales de la presse en France, les 7 millions d’exemplaires. Le temps de passer les mains sur les yeux pour en essuyer les larmes avant de les frotter pour passer à la caisse.

Abasourdis. Les Français sont abasourdis. Depuis les huit attentats à… Continuer la lecture

Humeurs du 19 janvier 2015

LE « VOILE ISLAMIQUE », PARLONS EN !

Depuis quelques années, en Europe et plus particulièrement en France, on ne parle que du « voile islamique ». Des publicités sont même apparues dans les lieux publics, pour promouvoir des produits distinctifs, avec des femmes, portant un foulard. On peut en déduire que toutes les musulmanes se couvrent les cheveux, et que toutes les femmes, à têtes nues, ne le sont pas.

Ainsi s’est répandu au sein des opinions européennes le stéréotype de la femme musulmane et arabe, habillée de pied en cap, et les cheveux couverts par un morceau de tissu. Aussi paradoxal que cela puisse paraitre, le voile est « l’obligation » la plus controversée de l’islam, parce que ce mot ne figure pas dans le lexique coranique, et que son port doit plus à la tradition qu’à une prescription divine. Alors que ce voile se répand comme une traînée de poudre dans le monde musulman, sous l’impulsion du fondamentalisme wahhabite, des intellectuels s’insurgent contre cette interprétation abusive des prescriptions divines.

Morceaux choisis

Djamal Al-Bana (Egypte) – Frère cadet de Hassan Al-Bana, fondateur du mouvement des « Frères musulmans ». « S’ils se concentraient sur la recherche plutôt que ces balivernes du voile, les Européens les respecteraient davantage. Une femme qui montre sa chevelure n’enfreint aucune règle de l’islam. Il n’y a rien dans l’islam ou le coran qui dit qu’une femme doit couvrir ses cheveux. Un texte dit qu’une femme doit couvrir sa poitrine, mais il n’y… Continuer la lecture

Humeurs du 12 janvier 2015

SCHIZOPHRENIE FRANCAISE

Quatre millions de personnes viennent de descendre dans les rues de France pour dire non au terrorisme salafo-jihadiste ! Dans le même contexte, la justice française vient de se prononcer pour le renvoi devant les assises du Gard de deux Algériens résidant en France. Ils sont accusés par plusieurs ONGs de « graves violations des droits de l’homme pendant la guerre civile des années 1990 ».

Le Monde du 8 janvier dernier relate complaisamment que « les miliciens pratiquaient, la torture systématique ». Les deux hommes ont toujours rejeté ces accusations expliquant la sauvagerie de la guerre civile et les actions menées par les terroristes salafo-jihadistes sévissant particulièrement dans leur wilaya de Relizane, à 300 kilomètres au sud-ouest d’Alger.

Cette décision ouvre la voie à un procès en France. En vertu de la Convention internationale contre la torture adoptée en 1984 et intégrée dans le code pénal en 1994, Paris ayant ainsi pour obligation de poursuivre, d’arrêter et de juger toute personne se trouvant sur le territoire susceptible d’avoir commis des actes de tortures, quels que soient l’endroit où ils ont été commis et la nationalité des victimes. « C’est la première fois dans l’Histoire que des Algériens vont être jugés pour des crimes commis durant les années noires en Algérie », s’est félicité Patrick Baudouin, président d’honneur de la Fédération internationale des ligues des droits de l’homme (FIDH), dans les colonnes du quotidien Libération.

Il est particulièrement symptomatique de voir Le Monde et Libération faire la… Continuer la lecture

Humeurs du 5 janvier 2015

LES AMIS LIBYENS DE BHL…

Pendant longtemps Bernard-Henri Lévy n’a été que ridicule. Avec parfois une pointe d’odieux dans la série de ses mensonges, dans sa vie inventée et mise en scène façon série B. Un seul exemple pris dans la pile, quand il affirmait avoir livré des postes de radio au commandant Massoud en 1982. Mais la vie est comme la littérature, il lui faut bien des imposteurs ; leur existence gratifie les hommes courageux et discrets. Depuis qu’il a quitté le seul ridicule pour devenir complice des bombardiers, il a cessé de nous amuser. C’est ce qu’ont compris les Tunisiens de la « société civile » qui, le 31 octobre 2014, ont réservé à ce pitre une standing ovation. Aux cris de « BHL dégage ! ». Reprenant ainsi les mots utilisés pour chasser Ben Ali.

DEHORS, LE CLOWN !

Prié par le pouvoir, après une nuit passée à « La Résidence », le palace de Tunis, de rentrer au plus vite en France, le pseudo-philosophe la queue entre les jambes, s’est quand même gentiment assis dans un jet pour filer. A Paris, où ses points de chute médiatiques sont aussi nombreux que les relais de poste à l’époque des diligences, les affidés de BHL se sont mis au travail. Leur ordre de mission : donner son vrai sens à l’expulsion du génie du Flore.

C’est Liliane Lazar qui, depuis sa chaire (bien faible) de « professeur à Hofstra Univesity », USA, ouvre le premier… Continuer la lecture