Observatoire Géostratégique

numéro 136 / 24 juillet 2017

L’envers des cartes

PETIT TRAITÉ DE DIPLOMATIE MACRONIENNE

« Le style, c’est l’homme » (Georges-Louis Leclerc de Buffon). Le message transmis est qu’un bon écrivain n’est pas celui qui enchaîne des mots, mais celui qui enchaîne des idées. On pourrait en dire autant de notre président jupitérien qui s’essaie à la diplomatie, à la diplomatie du mot et du bon mot. Au début du mois de juin 2017, nous avons tenté de décrypter les premiers pas du jeune président de la République, Emmanuel Macron. En guise de conclusion, nous nous étions interrogés ainsi : à ce jour, il est encore très prématuré pour affirmer que le nouveau président de la République apporte simplement un changement d’air ou bien qu’il inaugure véritablement un changement d’ère1.

Qu’en est-il deux mois après alors que nous disposons désormais d’un tableau clinique plus complet de la pratique élyséenne. Hier, nous avions droit à un long entretien au Figaro définissant les grandes lignes de son action extérieure. Aujourd’hui, nous avons droit à une exégèse de quelques confidences savamment distillées au Journal du Dimanche2. On l’aura compris, la communication présidentielle est parfaitement pensée, maîtrisée, calculée.

D’entrée de jeu, nous sommes pleinement rassurés. Emmanuel Macron dit ce qu’il pense et s’efforce d’agir en cohérence avec ses convictions, ce qui n’est pas si fréquent pour un dirigeant politique au XXIe siècle. Quels sont les grands axes de la diplomatie macronienne ? Ils peuvent s’organiser autour de quelques idées simples, pour ne pas dire simplistes.

Une diplomatie de l’ambition mais avec des moyens contraints. « Parler au… Continuer la lecture

IL FAUT ROUVRIR NOTRE AMBASSADE A DAMAS !

Début juillet, la dernière réunion d’Astana aura au moins permis de nouveaux échanges de prisonniers et, surtout, de consolider l’établissement des « zones de désescalade » afin d’élargir la géographie du cessez-le-feu établi après la libération d’Alep en décembre 2016. L’autre cessez-le-feu – conclu en marge du G-20 entre Vladimir Poutine et Donald Trump pour le sud-ouest de la Syrie – constitue une seconde bonne nouvelle. En Jordanie, experts russes et américains se sont mis d’accord sur un mémorandum portant sur la création d’une « zone de désescalade » dans les régions de Deraa, Qouneitra et Soueïda. Enfin, depuis le 10 juillet, un nouveau cycle de discussions a repris aux Nations unies à Genève sous l’égide du diplomate Staffan de Mistura, continuant à porter sur les « quatre paniers » et leur ordonnancement : réforme de la constitution, gouvernement de transition, élections et lutte contre le terrorisme.

Absente de ces différents processus, la diplomatie française se trouve aujourd’hui réduite à une posture d’observation, sinon d’impuissance, dans une région où elle était pourtant un acteur de poids depuis le démantèlement de l’empire ottoman. L’expertise cartographique, une école d’islamologues les plus réputés au monde, une empathie et une connaissance personnelle des principaux responsables et décideurs politiques de la région, avaient pourtant fait de la France l’un des pays les plus écoutés et les plus attendus dans l’Orient compliqué. Désormais, pour reprendre les mots de l’un des principaux ministres des Affaires étrangères de la région : « la France est sortie de nos écrans… » Que s’est-il passé ?

Trois évolutions franco-françaises ont… Continuer la lecture

LE DÉSARROI DE L’ÉLÈVE LE DRIAN : PEUT ET DOIT MIEUX FAIRE !

« Il ne peut y avoir de totalité de la communication. Or la communication serait la vérité si elle était totale » (Paul Ricoeur). Jean-Yves Le Drian n’est pas un communicant. Il le revendique. « Je cherche l’efficacité pas la publicité » déclare-t-il dans un long entretien au quotidien Le Monde, le premier du genre depuis sa prise de fonctions derrière le bureau de Vergennes1. Manifestement, avec cet entretien, il semble rompre avec cette tradition de discrétion qui lui a pourtant porté chance pendant les cinq années durant lesquelles il a dirigé le ministère de la Défense.

La conclusion de nombreux contrats de matériels militaires par des entreprises françaises n’y est pas étrangère. Il entend surtout préciser le cadre conceptuel dans lequel il entend situer son action diplomatique en application d’une nouvelle politique étrangère fixée par le chef de l’État. Revenons à cette présentation médiatisée du 30 juin 2017 du nouveau ministre de l’Europe et des Affaires étrangères au quotidien du soir qui intervient huit jours après celle du président de la République au Figaro2, trois jours avant le discours d’Emmanuel Macron devant le Congrès réuni à Versailles (3 juillet 2017) et quatre jours avant le discours de politique générale du premier ministre, Edouard Philippe (4 juillet 2017).

Si elle est forte sur l’affirmation des principes et le diagnostic porté, elle pêche malheureusement par sa faiblesse sur la réalité des crises et leur traitement.

UN ENTRETIEN FORT SUR LES PRINCIPES ET LE DIAGNOSTIC

Même… Continuer la lecture

SYRIE : BATAILLE DE L’EST ET NOUVEAU DELIRE CHIMIQUE…

Les gazettes nous apprennent que les présidents américain et français se sont longuement parlés au téléphone, mardi dernier, sur « la nécessité de travailler à une réponse commune en cas d’attaque chimique en Syrie », a précisé l’Elysée. La veille – lundi – les stratèges du Pentagone révélaient que « le régime de Bachar al-Assad semblait préparer une nouvelle attaque chimique ». Si cette information s’appuie sur les précédents incidents chimiques, on peut craindre le pire ! Toujours est-il que chaque fois – chaque fois – que l’armée gouvernementale syrienne reprend l’avantage dans la reconquête de son territoire national, une nouvelle attaque chimique est aussitôt attribuée au « régime de Bachar al-Assad », sans qu’on puisse sans conteste en prouver la paternité…

Ce nouvel épouvantail chimique se déploie en pleine bataille de l’Est, une bataille décisive. Avec l’appui des forces russes, iraniennes et celles du Hezbollah libanais, l’armée gouvernementale a désormais repris le contrôle de la « Syrie utile », un axe s’articulant entre le grand Damas, les agglomérations de Homs/Hama et la ville d’Alep. En décembre dernier, la libération de cette ville, qui fut la capitale économique du pays, a constitué le vrai tournant de cette guerre civilo-globale qui fait rage depuis l’automne 2011. Hormis quelques réduits de mercenaires chinois et tchétchènes qui résistent encore dans la province d’Idlib à l’ouest d’Alep, la moitié du pays est maintenant pacifiée, les forces gouvernementales s’étant redéployées à l’Est en deux axes principaux : la ville de Deraa, sur la frontière jordanienne (localité d’où est partie la révolte en mars 2011)… Continuer la lecture

MORALISER LA VIE PUBLIQUE OU MORALISER LES ACTEURS PUBLICS ?

« Du dire au faire, la distance est grande » nous rappelle Cervantès dans son Don Quichotte. Mettons au crédit du nouveau président de la République, Emmanuel Macron d’avoir fait ce qu’il a dit en ce qui concerne la moralisation de la vie publique alors qu’il n’était que candidat à la magistrature suprême ! Il est vrai que notre douce France en a bien besoin tant la confiance des citoyens dans ses représentants a été passablement écornée au cours des dernières années, des derniers mois par les affaires : Cahuzac, Thévenoud, Fillon, Le Roux, Guéant, Boillon… sans parler des plus récentes qui ont pour nom Ferrand, Bayrou, de Sarnez, Goulard et autres1. Elles débouchent immanquablement sur la démission des principaux intéressés2. Il était grand temps de sévir avant que la patrie des droits de l’Homme ne se transforme définitivement en vulgaire république bananière. L’euphorie de la victoire garantit la sincérité de l’intention. Qu’en est-il du contenu des textes qui sont proposés à l’approbation du législateur ? Qu’en est-il des questions importantes que l’on peut et doit se poser à propos de cette réforme d’ampleur du quinquennat à venir ? En d’autres termes, quelle est l’approche critique de la démarche retenue qui s’impose à chacun des citoyens français ?

LE CONTENU DES PROJETS DE LOI POUR LE RÉTABLISSEMENT DE LA CONFIANCE DANS L’ACTION PUBLIQUE

Il convient, de manière très classique, d’étudier le contenu des textes tels qu’ils ressortent du communiqué publié à l’issue du conseil des ministres du 14 juin 2017, trois textes… Continuer la lecture