Observatoire Géostratégique

numéro 153 / 20 novembre 2017

L’envers des cartes

ARABIE SAOUDITE – LIBAN : VOYAGE EN ABSURDIE !

« Heureux, qui comme Ulysse, a fait un beau voyage ». Belle citation de Joachim du Bellay qui enchantait les enfants que nous étions au siècle dernier. Avec un brin d’imagination, elle pourrait être adaptée sous la forme suivante : « Heureux, qui comme Jupiter, a fait un beau voyage » après la visite du président de la République à Abou Dhabi aux Émirats arabes unis (programmée) et à Riyad en Arabie saoudite (improvisée) à la veille des célébrations officielles du 11 novembre 2018.

Le chef de l’État excelle dans sa fonction de diplomate en chef (il veut régler d’un coup de baguette magique le différend entre l’Arabie saoudite et l’Iran, voire avec le Liban) et de VRP de luxe de l’industrie française (achat de par les Émirats de deux corvettes multifonctions Gowind construites par Naval Group et octroi d’un milliard d’euros pour les entreprises françaises1) au moment où la compétitivité de notre pays ne se redresse pas2.

Pendant ce temps, son ministre de l’Europe (qui existe de moins en moins en termes concrets) et des Affaires étrangères (qui lui sont de plus en plus étrangères), Jean-Yves Le Drian voit passer les trains et n’en peut mais. Au premier la diplomatie du mégaphone, au second la diplomatie du psittacisme.

LA DIPLOMATIE DU MÉGAPHONE

En l’espace de 48 heures, le président de la République a pu démontrer ses immenses talents de diplomate dans cet « Orient compliqué ». Rien ne semble lui résister tant il est d’une intelligence supérieure,… Continuer la lecture

ARABIE SAOUDITE : APRES LA TENTATIVE DE COUP D’ETAT…

Beyrouth, 13 novembre 2017.

Comme l’a titré le quotidien Al-Akhbar, dès le lendemain de l’annonce de sa démission sur la chaine de télévision saoudienne Al-Arabia, le Premier ministre libanais Saad Hariri serait l’« otage » du jeune prince héritier Mohamad Ben Salman (MBS). La démission surprise de Saad Hariri constitue sans doute l’un des dégâts collatéraux d’une tentative de coup d’Etat fomenté par les princes, hommes d’affaires et responsables militaires du clan de l’ancien roi Abdallah et d’autres cercles – religieux notamment -, victimes de la révolution de palais mené par l’actuel roi Salman (83 ans) pour installer définitivement son fils MBS (32 ans) sur le trône !

OTAGE ET PRISONNIER

Otage et prisonnier de la monarchie wahhabite, Saad Hariri l’est à plusieurs titres : Premier ministre libanais, mais détenteur d’un passeport saoudien, Saad Hariri et sa famille restent historiquement liés au clan Abdallah. Le Premier ministre libanais partage les options régionales de l’ancien roi d’Arabie : conservatisme sunnite, fermeté vis-à-vis d’Israël et évitement d’un durcissement immodéré avec l’Iran. Cette posture l’a amené à accepter l’accession du général Michel Aoun à la présidence du Liban, après avoir tendu la main à Sleiman Frangieh, le chef des Marada, lui-aussi partisan du camp du « 8 mars », allié au Hezbollah.

En obligeant Saad Hariri à démissionner de ses fonctions d’une manière si brutale, MBS le force aussi à renoncer à la participation du Hezbollah aux pouvoirs exécutif (deux ministres font actuellement partie du gouvernement) et législatif (13 députés sur 128)… Continuer la lecture

ALEP : GUERRE, PAIX ET MYTHOLOGIES

« Le cerveau de l’Homme sans mémoires est semblable à une huître sans perle » (Jacques Caron). Fait relativement rare pour être relevé dans le flot continu d’ouvrages publiés sur la Syrie depuis 2011, la sortie récente chez l’éditeur Pierre-Guillaume de Roux d’un « document » (format poche de 250 pages de lecture agréable) intitulé « Alep la guerre et la diplomatie »1. Une véritable petite perle pour celui qui s’intéresse à l’étude des relations internationales, sans préjugé et sans a priori.

Qui en est l’auteur ? Une jeune diplomate (d’une quarantaine d’années) de haut rang à la mission permanente de la Fédération de Russie auprès de l’Office des Nations unies à Genève. En 2015, elle se commet dans un autre ouvrage sur la Syrie2.

Cette diplomate n’est donc pas la première venue sur les questions syriennes. Arabisante, historienne, docteur en géographie, parlant couramment l’arabe, l’anglais, le français (le russe, il va sans dire), figure majeure des négociations de Genève sur la Syrie, Maria Khodynskaya-Golenishcheva possède donc toutes les qualités requises pour nous livrer son analyse de la crise syrienne (nécessairement subjective car comment pourrait-il en être autrement pour une diplomate russe en activité), pour une fois pourrait-on dire tant ceci se produit rarement. La parole est donc à la défense de l’approche russe. Elle est particulièrement instructive tant elle est documentée sur le plan des faits précis, articulée sur le plan des idées cohérentes. C’est ce que nous allons nous attacher à démontrer dans ce… Continuer la lecture

QUESTIONS AUTOUR DE L’ELECTION D’AUDREY AZOULAY…

« Fortes fortuna juvat » écrit Virgile L’Énéide (La fortune sourit aux audacieux). C’est bien ce à quoi nous avons assisté ces dernières semaines. Alors que la désignation d’Audrey Azoulay comme directrice générale de l’UNESCO est désormais chose faite à l’issue d’un processus émaillé de divers rebondissements aussi inattendus les uns que les autres, nous découvrons au fil des jours un peu plus sur les coulisses de cette élection hors-norme1. Si les informations concernant les conditions de son élection par les 58 membres du Conseil exécutif sont intéressantes du point de vue de l’arithmétique diplomatique, de la technique de négociation multilatérale, celles relatives au déroulement de la campagne franco-française pour promouvoir cette candidature ne vont pas sans poser quelques questions gravissimes de déontologie, pour ne pas dire de droit (administratif et pénal) qui mériteraient quelques sérieux éclaircissements de la part du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères et de ses services les plus concernés tant certaines révélations du Canard enchaîné paraissent ahurissantes, voire atterrantes si les mots ont encore un sens dans notre belle langue française. Ce dont on peut parfois douter tant l’incohérence sémantique semble tenir le haut du pavé.

UN SIMPLE PROBLÈME D’ARITHMÉTIQUE DIPLOMATIQUE À L’UNESCO

La recherche de la manifestation de la vérité n’est pas une science exacte. Elles suppose de procéder à un croisement d’informations pour tenter de la cerner.

Avec le site mediapart, nous prenons conscience des difficultés financières de l’institution. L’organisation emploie 2.000 personnes environ dans le monde. Le… Continuer la lecture

JUPITER PREMIER FLIC DE FRANCE

« Bis repetita non placent ». Ce qui est répété une seconde fois ne séduit plus. Les Français l’auront compris au moins depuis le discours d’ouverture de la semaine des ambassadeurs d’Emmanuel Macron1 et aujourd’hui lors de son intervention devant les forces de sécurité intérieure (500 fonctionnaires réunis à l’Élysée le 18 octobre 2017 à l’occasion de laquelle il déclare : « la première mission de l’État, c’est bien de protéger nos concitoyens et d’assurer la sécurité du territoire »2. Pour mémoire, rappelons que cette intervention initialement programmée à Lyon le avait été reportée sine die en raison de la convocation impromptue de la chancelière allemande à entretenir Emmanuel Macron du contenu de son discours sur l’Europe à la Sorbonne3 avant le dîner précédant le sommet européen sur le numérique de Tallin4.

Dans un contexte de menace terroriste croissante sur notre sol accompagné d’une augmentation exponentielle de ce que l’on qualifie pudiquement de « délinquance du quotidien » sans parler des trafics en tout genre, des vols et cambriolages, le discours du président de la République était attendu tant des praticiens que des analystes de la vie politique française. Après les discours aux ambassadeurs et aux préfets, ne manquait plus que cette intervention-instruction destinée aux policiers, gendarmes, militaires de l’opération « Sentinelle », préfets présents dans la grande salle des fêtes de l’Élysée mais aussi aux magistrats absents (ceux du parquet plus précisément qui sont désormais instruits de ne pas avoir la main qui tremble) pour couvrir un nouveau champ de… Continuer la lecture