Observatoire Géostratégique

numéro 156 / 11 décembre 2017

L’envers des cartes

L’ATLANTISME : UNE PASSION FRANÇAISE

« L’OTAN est un faux-semblant. C’est une machine pour déguiser la mainmise de l’Amérique sur l’Europe. Grâce à l’OTAN, l’Europe est placée sous la dépendance des États-Unis sans en avoir l’air » déclarait le 13 février 1963 le général de Gaulle qui en connaissait un rayon sur nos meilleurs amis américains. Manifestement, les choses ont peu évolué dans notre Douce France. Au lieu de se tenir à distance respectable de cette institution avatar de la Guerre Froide comme l’avait fait le premier président de la Cinquième rompant avec la structure militaire intégrée de l’Alliance atlantique, ses successeurs n’ont eu de cesse que de reprendre une place pleine et entière à Evere et à Mons. Malheureusement, le rôle d’idiot utile n’est jamais payant auprès du grand frère américain, pas plus hier qu’aujourd’hui. La théorie de la servitude volontaire chère à Etienne de la Boétie n’a pas pris la moindre ride. Il est pathétique d’entendre déclamer par les servants de la liturgie des éléments de langage de l’OTAN les fadaises sur « l’alliance la plus durable de l’histoire ». Quelques précisions sémantiques s’imposent d’entrée de jeu pour mieux appréhender le concept d’atlantisme qui n’est pas neutre.

PRÉCISIONS SÉMANTIQUES

Avant toute chose de quoi parle-t-on concrètement dans un domaine où la confusion est souvent la règle ? D’un fort ancrage anglo-saxon de l’OTAN que l’on doit compléter par un questionnement sur la finalité de l’Alliance atlantique après la fin de la Guerre froide.

Un fort socle anglo-saxon de l’OTAN

Sur le plan de l’étymologie… Continuer la lecture

LE TERRORISME POUR LES NULS !

« Nous entrons dans l’avenir à reculons » (Paul Valéry). Telle pourrait être la conclusion logique à laquelle parvient l’observateur attentif du monde d’aujourd’hui, de ses spasmes, de l’explosion du phénomène du terrorisme islamiste. Après chaque attentat, c’est le même phénomène de sidération. Après chaque attentat, nos dirigeants – pourtant les mieux informés des citoyens français – ; nos experts – nombreux et auto-désignés qui n’en savent pas plus que vous et moi sur le sujet – ; nos médias – atteints au minimum de panurgisme et de psittacisme – nous resservent le même brouet insipide, démontrant ainsi qu’ils n’ont toujours rien compris au phénomène du terrorisme.

Certes, il n’y a pas de réponses simples aux questions complexes. Mais, on peut, à tout le moins, esquisser quelques pistes de réflexion et d’action pour le court, le moyen et le long terme à la lumière de l’expérience acquise au cours des dernières années. À l’intention de nos élites omnipotentes et omniscientes, nous dédions ce petit madrigal que nous avons baptisé : « terrorisme pour les nuls ». Pour leur en facilité la lecture, nous l’avons organisé autour de douze rubriques simples présentées de façon alphabétique. Une sorte de douze travaux d’Hercule pour les nuls.

TERRORISME ET AUTRUCHE

On n’a jamais résolu les problèmes les plus sensibles en faisant comme s’ils n’existaient pas, en se mettant la tête dans le sable. Les multiples causes du terrorisme (économique, sociétale, éducationnelle1, générationnelle, religieuse…) sont parfaitement documentées par d’authentiques experts qui ont posé le diagnostic… Continuer la lecture

COLLOQUE DU 5 DECEMBRE : LUTTE CONTRE LE FINANCEMENT DU TERRORISME : NOUVEAUX ENJEUX !

La rédaction de prochetmoyen-orient.ch coorganise avec le CF2R (Centre français de recherche sur le renseignement) un colloque sur le financement du terrorisme. Le président de la République a fait de ce dossier une priorité. Le 28 août dernier, lors de la Conférence des ambassadeurs, il a annoncé la tenue à Paris d’une conférence internationale dédiée à cette question. Depuis les résolutions 1373 (2001) et 1624 (2005) du Conseil de sécurité des Nations unies, les techniques de financement du terrorisme n’ont cessé de se reconfigurer et la création du Comité contre le terrorisme de l’ONU n’a pu atteindre les objectifs escomptés. Par manque de volonté et de moyens, les multiples initiatives nationales, régionales et multilatérales ont souvent cantonné leurs actions à des campagnes de communication sans lendemain. Pourquoi une telle impuissance ? Les questions liées au financement du terrorisme sont souvent mal posées ! Le financement du passage à l’acte terroriste lui-même n’est pas le plus onéreux. Les attentats du 11 septembre 2001 ont coûté moins de 500 000 dollars ; ceux de Madrid, Londres, Manchester, Bruxelles, Stockholm ou Paris, quelques milliers d’euros ! Ne parlons pas des attaques à la hache, au couteau et à la voiture bélier ! Les financements – en amont – pour recruter et former les acteurs sont nettement plus importants, de même que les financements – en aval – lorsqu’il s’agit de prendre en charge les familles des kamikazes ou de payer les opérations de chirurgie plastique des survivants qui doivent changer d’identité et de vie. En tenant compte de ces… Continuer la lecture

ARABIE SAOUDITE – LIBAN : VOYAGE EN ABSURDIE !

« Heureux, qui comme Ulysse, a fait un beau voyage ». Belle citation de Joachim du Bellay qui enchantait les enfants que nous étions au siècle dernier. Avec un brin d’imagination, elle pourrait être adaptée sous la forme suivante : « Heureux, qui comme Jupiter, a fait un beau voyage » après la visite du président de la République à Abou Dhabi aux Émirats arabes unis (programmée) et à Riyad en Arabie saoudite (improvisée) à la veille des célébrations officielles du 11 novembre 2018.

Le chef de l’État excelle dans sa fonction de diplomate en chef (il veut régler d’un coup de baguette magique le différend entre l’Arabie saoudite et l’Iran, voire avec le Liban) et de VRP de luxe de l’industrie française (achat de par les Émirats de deux corvettes multifonctions Gowind construites par Naval Group et octroi d’un milliard d’euros pour les entreprises françaises1) au moment où la compétitivité de notre pays ne se redresse pas2.

Pendant ce temps, son ministre de l’Europe (qui existe de moins en moins en termes concrets) et des Affaires étrangères (qui lui sont de plus en plus étrangères), Jean-Yves Le Drian voit passer les trains et n’en peut mais. Au premier la diplomatie du mégaphone, au second la diplomatie du psittacisme.

LA DIPLOMATIE DU MÉGAPHONE

En l’espace de 48 heures, le président de la République a pu démontrer ses immenses talents de diplomate dans cet « Orient compliqué ». Rien ne semble lui résister tant il est d’une intelligence supérieure,… Continuer la lecture

ARABIE SAOUDITE : APRES LA TENTATIVE DE COUP D’ETAT…

Beyrouth, 13 novembre 2017.

Comme l’a titré le quotidien Al-Akhbar, dès le lendemain de l’annonce de sa démission sur la chaine de télévision saoudienne Al-Arabia, le Premier ministre libanais Saad Hariri serait l’« otage » du jeune prince héritier Mohamad Ben Salman (MBS). La démission surprise de Saad Hariri constitue sans doute l’un des dégâts collatéraux d’une tentative de coup d’Etat fomenté par les princes, hommes d’affaires et responsables militaires du clan de l’ancien roi Abdallah et d’autres cercles – religieux notamment -, victimes de la révolution de palais mené par l’actuel roi Salman (83 ans) pour installer définitivement son fils MBS (32 ans) sur le trône !

OTAGE ET PRISONNIER

Otage et prisonnier de la monarchie wahhabite, Saad Hariri l’est à plusieurs titres : Premier ministre libanais, mais détenteur d’un passeport saoudien, Saad Hariri et sa famille restent historiquement liés au clan Abdallah. Le Premier ministre libanais partage les options régionales de l’ancien roi d’Arabie : conservatisme sunnite, fermeté vis-à-vis d’Israël et évitement d’un durcissement immodéré avec l’Iran. Cette posture l’a amené à accepter l’accession du général Michel Aoun à la présidence du Liban, après avoir tendu la main à Sleiman Frangieh, le chef des Marada, lui-aussi partisan du camp du « 8 mars », allié au Hezbollah.

En obligeant Saad Hariri à démissionner de ses fonctions d’une manière si brutale, MBS le force aussi à renoncer à la participation du Hezbollah aux pouvoirs exécutif (deux ministres font actuellement partie du gouvernement) et législatif (13 députés sur 128)… Continuer la lecture