Observatoire Géostratégique

numéro 144 / 18 septembre 2017

L’envers des cartes

L’Envers des Cartes du 9 février 2015


JORDANIE : PSYCHANALYSE DU FEU…

N’oublions jamais que les Anglais ont brûlé Jeanne d’Arc, que la « sainte » Inquisition a traîné des milliers de femmes sur le bûcher « purificateur » parce qu’elles étaient accusées de « sorcellerie ». Ces folies se sont déroulées il y a plusieurs siècles, laissant aux historiens la patience d’en décortiquer les rationalités meurtrières, les justifications idéologiques et politiques. La dernière exécution de l’organisation « Etat islamique » (Dae’ch) n’est pas seulement un anachronisme historique mais la manifestation de son « inconscient » théologico-politique. A défaut d’une stratégique construite, elle traduit un mécanisme qui fonctionne à coups de postures tactiques relevant davantage de la psychanalyse que de l’analyse géopolitique.

En suppliciant par le feu le pilote jordanien Maaz al-Kassasbeh – capturé en décembre dernier alors qu’il participait à des bombardements de la coalition internationale anti-jihadiste -, et en diffusant la vidéo de cette exécution le 3 février dernier Dae’ch fait d’abord preuve d’un immense narcissisme. Les attentats en France ont relancé sa rivalité avec Al-Qaïda – les frères Kouachi se disaient mandatés par Al-Qaïda dans la péninsule arabique, tandis qu’Amedy Coulibaly avait déclaré appartenir à l’Etat islamique. Pour Dae’ch, il s’agissait donc de faire un « gros coup » pour revenir sur le devant de la scène médiatique. Son obsession monomaniaque a toujours été de déclasser les autres groupes jihadistes en surenchérissant dans la terreur : les décapitations (légalement pratiquées par l’Arabie saoudite) se sont quelque peu banalisées. Il fallait… Continuer la lecture

L’Envers des Cartes du 2 février 2015


EXTENSION CARTOGRAPHIQUE DE L’ « ETAT ISLAMIQUE »

Les jihadistes d’Ansar Beït al-Maqdess, qui viennent de faire allégeance à l’organisation « Etat islamique » (Dae’ch) ont revendiqué sur Twitter les attaques meurtrières lancées, le 29 janvier dans le nord du désert du Sinaï. Des explosions et des tirs ont fait au moins 26 morts et des dizaines de blessés dans la capitale de la province égyptienne d’Al-Arich.

ECHEC DE LA CONTRE-INSURRECTION

Selon des sources militaires égyptiennes, des roquettes ont d’abord été tirées sur le quartier général de la police d’Al-Arich ainsi que sur une base militaire adjacente, avant l’explosion d’une voiture piégée. Quelques minutes plus tard, des tirs de roquettes ont frappé un complexe résidentiel proche, où sont logés des officiers. « Des terroristes ont attaqué plusieurs QG et installations de la police et de l’armée en utilisant des voitures bourrées d’explosifs et de roquettes », a indiqué un communiqué de l’armée. Un soldat a également été tué dans une autre attaque contre un point de contrôle de l’armée à Rafah, à la frontière avec la bande de Gaza palestinienne. Par ailleurs, un policier est mort dans l’explosion d’une bombe dans la ville de Suez. Plusieurs unités de l’armée ont aussitôt lancé des contre-offensives. Vendredi dernier deux enfants ont été tués dans de nouveaux affrontements avec les jihadistes.

Fin octobre, 30 soldats étaient morts près d’Al-Arich dans une attaque spectaculaire visant aussi un campement militaire. L’assaut avait déjà été revendiqué par Ansar Beït al-Maqdess. Après cette… Continuer la lecture

L’Envers des Cartes du 26 janvier 2015


ANTI-TERRORISME : L’EUROPE COMME UN CABRI…

En termes de réponses immédiates, les attentats français des 7, 8 et 9 janvier derniers provoquent les enquêtes, arrestations et procédures judiciaires nécessaires et salutaires. Dans un deuxième, voire un plus long temps, faudra-t-il encore mesurer les ajustements opérés en termes de lutte antiterroriste, de structures et d’outils de contreterrorisme, ainsi que de coopération régionale et internationale. Mais, à ce stade des enquêtes en cours (en France, en Belgique, en Allemagne et ailleurs), il s’agit, d’ores et déjà, de tirer les premiers enseignements de cet « événement fractal » dont, justement on ne peut pas dire tout ce qu’il produira en matière de pratiques politiques, diplomatiques, sociales et culturelles.

Le 19 janvier dernier à Bruxelles, les ministres des Affaires étrangères de l’Union européenne se sont réunis pour discuter des moyens pour améliorer la coopération anti-terroriste après les attentats de Paris. A l’ordre du jour : l’amélioration de la coopération avec les pays arabes, le renforcement des contrôles aux frontières de l’espace Schengen, la lutte contre le trafic d’armes et la création d’un registre commun des passagers aériens : le Passenger Name Record (PNR). Ce registre permettrait aux Etats européens d’échanger les données personnelles des voyageurs aériens et de les croiser, avant leur entrée sur le territoire européen, avec des bases de données concernant les personnes dangereuses. La directive relative au PNR est dans les tuyaux depuis 2011, mais sa mise en œuvre reste bloquée par le Parlement européen qui réclame d’abord l’adoption… Continuer la lecture

L’Envers des Cartes du 19 janvier 2015

TERRORISME : REGRESSION, CONTAGION ET COMPETITION…

En termes de réponses immédiates, les attentats français des 7, 8 et 9 janvier derniers provoquent les enquêtes, arrestations et procédures judiciaires nécessaires et salutaires. Dans un deuxième, voire un plus long temps, faudra-t-il encore mesurer les ajustements opérés en termes de lutte antiterroriste, de structures et d’outils de contreterrorisme, ainsi que de coopération régionale et internationale. Mais, à ce stade des enquêtes en cours (en France, en Belgique, en Allemagne et ailleurs), il s’agit, d’ores et déjà, de tirer les premiers enseignements de cet « événement fractal » dont, justement on ne peut pas dire tout ce qu’il produira en matière de pratiques politiques, diplomatiques, sociales et culturelles.

L’itinéraire des frères Kouachi est exemplaire à plus d’un titre. De Saïd (34 ans) et Chérif, les policiers sont certains que c’est le cadet le « leader ». Le 14 mai 2008, il est condamné à trois ans de prison, dont 18 mois avec sursis, dans le dossier dit de « la filière des Buttes-Chaumont », qui recrute des candidats jihadistes pour l’Irak. En prison, ce jeune délinquant fréquente un animateur du jihad – Djamel Beghal -, déchu de sa nationalité algérienne. Il croise également un petit voyou tombé dans une affaire de stups – Amedy Coulibaly -, qui les 8 et 9 janvier à Montrouge et Vincennes assassinera cinq personnes. Une fois dehors, l’un et l’autre vont rendre visite à plusieurs reprises, durant l’année 2010, au même Djamel Beghal, assigné à résidence dans… Continuer la lecture

L’envers des cartes du 12 janvier 2014

TOUS CHARLIE ! ET APRES ?

La tuerie ou plutôt l’exécution commise à la rédaction du journal Charlie Hebdo constitue certainement ce que Jean Baudrillard qualifiait d’ « événement fractal », c’est-à-dire un fait oscillant entre plusieurs registres d’interprétation, augurant de conséquences politiques, sociales et culturelles inédites et importantes, mais dont – pour l’instant – il est impossible d’évaluer l’ampleur tant en qualité qu’en quantité…

Un constat peut être d’ores et déjà établi. Suite à la fusillade elle aussi meurtrière de Montrouge, quelques heures après le « rafalage » de Charlie Hebdo, suite aux assassinats à répétition qui ont ponctué l’année écoulée à Marseille, dans sa région et en Corse : l’usage banalisé d’armes de guerre (A-47, RPG, etc.) va inévitablement se reproduire en France et dans d’autres pays d’Europe. Cette menace hydride et polymorphe, qui mêle petite et moyenne délinquance au grand banditisme, au crime organisé et aux idéologies salafo-jihadistes, constitue-t-elle désormais une menace « stratégique » d’un nouveau type ?

MENACE STRATEGIQUE

L’enquête sur le profil des terroristes devra être poussée à son terme. Prudence, car il s’agit d’établir maintenant les liens réels des deux frères Kouachi avec Al-Qaïda au Yémen, d’authentifier la revendication et d’établir les complicités d’Amedy Coulibaly, sa compagne ayant gagné la Syrie via Istanbul. Cette surenchère terroriste traduit-elle un nouvel épisode de la concurrence théologico-politique que se livrent désormais ce qui reste d’Al-Qaïda avec l’ « Etat islamique » ? Une filiation est clairement établie, nous ramenant à des réseaux dormant qui… Continuer la lecture