Observatoire Géostratégique

numéro 252 / 14 octobre 2019

L’envers des cartes

ROUTES DE LA SOIE : DU RÊVE AU CAUCHEMAR…

« Demain la Chine dominera le monde : ni rien ni personne ne pourra lui barrer la route » (citation d’un internaute, Franck Ntasamara, 1975). Maintenant que la Chine s’est éveillée et que l’empire du Milieu vient à notre rencontre, sommes-nous prêts à l’accueillir ? Et dans l’affirmative, à quelles conditions : soumission ou réciprocité ? Le projet pharaonique chinois dit des « Routes de la soie » (« Belt and Road Initiative ou BRI) est aujourd’hui particulièrement bien documenté par une kyrielle d’experts reconnus. Il traduit clairement la volonté chinoise de transformer sa puissance économique en puissance militaire et diplomatique. Jour après jour, nous découvrons les dernières ramifications de la toile que tisse méthodiquement Pékin en Asie1, en Europe de 2000 à 208, Pékin a investi 55 milliards de dollars aux Royaume-Uni, deux fois plus qu’en Allemagne et en France)2, au Moyen-Orient et en Afrique. Projets d’infrastructures gigantesques que le monde découvre avec effarement. Seuls les Chinois semblent capables de relever pareils défis technologiques et financiers. Mais aussi stratégiques : diluer les règles du jeu européennes, instaurer un « nouveau type de relations internationales », engagement dans un « plan d’action postalliance » basé du de nouveaux « partenariats » avec de « nouveaux amis ». Toutes choses qui pourraient conduire à une « nouvelle polarisation du monde », « repolarisation floue ».

Souvenons-nous, en lieu et place de céder à la tentation de la surprise stratégique, que « l’éternité est faite de trois dimensions, celle du passé,… Continuer la lecture

LE MACRONISME EST-IL UN MACCARTHYSME ?

« Les intellectuels sont portés au totalitarisme bien plus que les gens ordinaires ».

George Orwell

« Deux ans déjà. La marche solennelle au son d’un Hymne à la joie traînant, devant une pyramide de verre aux reflets d’onction divine. L’enthousiasme des commentateurs célébrant ce jeune homme « surgi de nulle part ». Le coup d’arrêt porté à la progression des « populistes » en Europe. Deux ans, ou une éternité… Au bout de deux ans, rien de concret malgré le lyrisme des discours. La France est isolée sur la scène internationale et fracturée comme sur jamais sur le plan intérieur… Deux ans et le paysage politique est toujours un champ de ruines. Encore faut-il comprendre la dimension politique ce cette crise qui nous oblige à revenir aux fondements de la démocratie, c’est-à-dire qu’une voix vaut une autre voix, que le peuple, s’il peut se tromper, n’en est pas moins souverain et que les représentants sont là pour les représenter, c’est-à-dire porter les aspirations des citoyens et non les options exclusives des supposés ‘gens raisonnables’. Deux ans, et la France est au pied du mur. Bon anniversaire, monsieur le président »1. Le moins que l’on puisse dire est que le bilan est largement en-deçà des espérances mises dans le plus jeune président de la Cinquième République2.

Au-delà des échecs largement prévisibles compte tenu du contexte interne et international complexe et évolutif, la plaie de ce début de mandat est « le totalitarisme de la pensée ». Au-delà d’un propos de campagne… Continuer la lecture

DEFENSE NATIONALE, VOIRE EUROPENNE,
« ET EN MÊME TEMPS » DANS L’OTAN ?

C’est une vieille ficelle de tous les politiciens roués et roublards qui a pour nom politique de diversion, politique d’enfumage que nos dirigeants viennent d’utiliser en cette semaine de fête nationale. Lorsque les choses vont mal sur la scène intérieure (« homardgate » doublé des actions des « gilets noirs » en marge de la fête nationale), rien de tel pour Jupiter que de faire diversion sur la scène diplomatique (en lançant une pseudo médiation de son conseiller diplomatique, Emmanuel Bonne à Téhéran) ou de jouer au chef des armées (en saturant l’espace médiatique de mille et un pétards mouillés). Les traditionnels feux d’artifice du 14 juillet se prêtent parfaitement à cette manœuvre, cette astuce de garçon de bain.

Les jours se suivent et nous découvrons à chaque instant une nouvelle initiative aussi extravagante que la première tant la forme l’emporte sur le fond, la tactique sur la stratégie. Tous les secteurs d’activités de nos armées y passent. Reste surtout à savoir si les réalités (budgétaires en premier lieu) seront à la hauteur des espérances dans un monde aussi complexe et imprévisible que dangereux !1

UNE BROCHURE SUR LA MODERNISATION DES ARMÉES (11 juillet 2019)

Information

Le centre de presse des armées (DICOD) vient de diffuser sur son site, sous forme électronique, une brochure intitulée : « Pour aller plus loin : focus sur les soutiens : ça veut dire quoi »2. Elle se décompose en trois… Continuer la lecture

UN PETIT TELEGRAPHISTE FRANÇAIS A TEHERAN…

Dans la crise du golfe Persique, Donald Trump continue à souffler le chaud et le froid, comme s’il s’agissait d’une affaire immobilière. Mais ce faisant, le président américain s’est pris lui-même à son propre piège de ne pas vouloir déclencher une opération militaire conventionnelle1, rejetée par son électorat malgré les rodomontades de John Bolton et Mike Pompeo. Ces deux-là ne finiront- ils pas par se faire virer ? Avec cette obsession «  tous contre l’Iran » , Emmanuel Bonne, le conseiller diplomatique d’Emmanuel Macron , s’est rendu à Téhéran le 20 juin dernier pour y retourner les 9 et 10 juillet.

L’Elysée explique : « le contexte est extrêmement volatil et extrêmement dangereux, c’est pour cela qu’il très important d’explorer les possibilités d’obtenir une pause entre les deux parties », soulignant que cette initiative vise à ramener l’Iran « à ses obligations au sein du traité ». Ramener l’Iran à ses obligations ? Mais il les respecte parfaitement depuis la signature du traité, ce qui n’est pas le cas des Etats-Unis !

Cela commence mal : en effet, il aurait d’abord fallu commencer justement par « ramener les Etats-Unis – oui, les Etats-Unis – à leurs obligations au sein du traité ». Signé le 14 juillet 2015, après plus de quinze ans d’âpres négociations entre Téhéran et un format Cinq+Un (les cinq membres permanent du conseil de sécurité de l’ONU, plus l’Allemagne), ce traité entérinait la mise sous contrôle international (effectué par l’Agence internationale de l’énergie atomique – AIEA) de la poursuite d’un programme nucléaire civil iranien contre une levée immédiate… Continuer la lecture

POURQUOI NOTRE PAYS DOIT AVOIR UNE MARINE NATIONALE DE PREMIER PLAN !

« On n’est pas obligé d’approuver ses dirigeants pour être patriote ! »

Edward Snowden

C’est l’été radieux, mais nous ne parlerons ni de canicule, ni de surpopulation des plages et des autoroutes. Par contre, nous en profitons – une fois n’est pas coutume – pour revenir sur les choix éditoriaux de prochetmoyen-orient.ch. Parfois, ces derniers donnent lieu à des commentaires étranges, sinon hallucinogènes ! A ce jour, les moyens statistiques les plus sérieux nous créditent de 200 000 visites mensuelles. Avec la reprise d’une dizaine de « sites amis », on peut considérer que nous doublons la mise, ce qui est disproportionné par rapport à la faiblesse de nos moyens ! Ce constat étant fait, notre volonté d’ajuster et d’approfondir une ligne éditoriale plus argumentée, diversifiée et mieux sourcée demeure au service de nos lectrices, lecteurs et visiteurs.

Nous avons délibérément choisi de livrer – chaque semaine – un contenu éditorial fini, sans prolongement interactif, ni discussion dans les réseaux dits « sociaux », succombant trop souvent au dualisme « j’aime/j’aime pas », estimant qu’il s’agit plutôt d’inventer d’autres supports d’échanges « dialectiques » que d’encourager une « opinion opinante » unilatérale. Cela dit, reprenant certains de nos papiers, les « sites amis » provoquent souvent commentaires et critiques auxquels – encore une fois – nous avons décidé de ne pas répondre, restant adeptes du « verum index sui » spinoziste : la vérité étant la marque d’elle-même ou, plus modestement, un contenu argumenté, sourcé et recoupé se défend lui-même !

Toujours est-il que certains professionnels du « commentaire » répètent souvent les mêmes paradoxes, sinon les mêmes contradictions,… Continuer la lecture