Observatoire Géostratégique

numéro 123 / 24 avril 2017

L’envers des cartes

CINQ CONTINENTS EN QUÊTE DE VÉRITÉ

« Le monde entier semble un théâtre digital dont les spectateurs se tournent les pouces, ici levés, là inclinés, devant des acteurs ivres de lumière »1. Drôle de monde que celui dans lequel nous vivons aujourd’hui ! Par une occupation permanente du terrain médiatique, les dirigeants politiques impriment durablement les cerveaux des citoyens, progressivement nourris de leurs messages en 140 signes et autres joyeusetés du moment2. Qu’importe ce qui est dit, et peu importe que cela soit contredit, l’essentiel est de s’arroger le « monopole de l’apparence »3. A titre d’exemple, Barack Obama dénonce les cyberattaques russes, expulse 35 diplomates russes4 tout en jetant un voile pudique sur la guerre saoudienne au Yémen lancée le 25 mars 2015 (10 000 morts, 80% de la population ayant besoin d’une assistance humanitaire) sous le parrainage américain (supervision des opérations depuis l’US Central Command installé non loin de la capitale saoudienne)5. Sans parler des révélations d’Edward Snowden sur les activités de la NSA et autres turpitudes de haut vol6.

Au centre du débat, figure une question centrale aussi vieille que le monde et dans un monde qui change : qu’est-ce que la vérité, en règle générale, et dans les relations internationales, en particulier ? La vérité, la vraie vérité comme disent les enfants, existe-t-elle dans cette discipline qui relève de la science humaine ? Est-elle atteignable ? Au contraire, n’est-ce qu’un leurre ? Est-ce possible ? Est-ce souhaitable dans des affaires touchant à la raison d’État (parfois à la déraison d’État) ?… Continuer la lecture

SAUVER L’EUROPE : LE PLAN VÉDRINE, MYTHE DE SISYPHE…

« Est-il besoin de dire, dans ce contexte, la faillite de l’Europe ?»1. Hormis quelques doux rêveurs ou quelques idéalistes impénitents, ce constat d’échec du projet européen est aujourd’hui presqu’unanimement partagé dans la classe politique et médiatique, pour ne pas dire par la classe politico-médiatique. Après le temps des zélateurs (le « plus d’Europe ») vient celui des contempteurs (le « moins d’Europe »). Après le temps des hypocrisies (le « tout va très bien madame la marquise… ») vient celui des vérités (le « mais un tout petit rien… »).

Y compris le Monde, habitué de la dénonciation des populismes pour masquer l’effondrement de l’idée européenne, y va de son état des lieux : « L’Europe est plongée dans un désarroi dont ses dirigeants sont conscients. Ils réagissent en se mettant en retrait… L’heure n’est plus aux grands projets géostratégiques. C’est plutôt le temps de se défendre. L’humilité est de rigueur »2. Tout arrive à qui sait attendre !

C’est, aujourd’hui, au tour de l’ex-ministre des Affaires étrangères, Hubert Védrine, ancien secrétaire général de l’Elysée sous François Mitterrand de nous faire part de son diagnostic et de son remède pour sauver l’Europe3. Cédant à l’esprit du temps, ce « médecin du monde »4 nous livre la quintessence de sa pensée dans un bref opuscule d’une centaine de pages, de format poche, très en vogue de nos jours5. Cette nouvelle réflexion d’Hubert Védrine, consultant en relations internationales, traduit, d’abord, une continuité dans sa pensée (le… Continuer la lecture

ABANDONS ET AMBITIONS DE SOUVERAINETE !

ABANDONS ET AMBITIONS DE SOUVERAINETE !

Ouf, on l’a échappé belle ! Sous la pression de quelques députés gaullistes courageux le gouvernement a retiré de l’ordre du jour de l’Assemblée nationale le projet de loi entérinant l’accord-cadre entre la France éternelle et l’île Maurice. Celui-ci acceptait notamment la « cogestion économique », scientifique et environnementale de l’île de Tromelin et de sa zone maritime. Evitée de justesse, la ratification de cet accord aurait clairement signifié un abandon de souveraineté ! A terme, cela aurait abouti en effet à un abandon total, pur et simple de la souveraineté française sur l’île Tromelin et des droits sur sa Zone économique exclusive (ZEE) de 280 000 km2 au profit de Maurice : cette dernière en revendique la paternité depuis des années… et, derrière le statut intermédiaire de « cogestion », continue à fourbir ses armes pour repartir à l’attaque et revendiquer la pleine propriété de cette île stratégique !

POSTE DE COMBAT

Cet abandon de souveraineté créerait un fâcheux précédent risquant de prendre valeur d’une jurisprudence par défaut et susceptible de menacer d’autres sites de l’espace maritime français – le deuxième au monde avec plus de 11 millions de km2 – et ses multiples richesses halieutiques, minières, hydrocarbures et biodiversité. Le député Jacques Myard conclut son communiqué d’urgence par ces mots : « il est nécessaire maintenant que la France se mette en position de mettre en valeur ces gigantesques richesses et protège ses droits sur ces zones maritimes, en dotant notamment la Marine nationale des moyens indispensables comme des frégates rapides d’intervention, qui lui… Continuer la lecture

LE MONDE HOLLYWOODIEN DE BARACK OBAMA : YES, WE CAN’T !

« Les États-Unis sont un pays où il y a trente-deux religions, il n’y a qu’un seul plat et il est mauvais » (Talleyrand). Le moins que l’on puisse dire est que le bilan de deux mandats de Barack Obama dans les domaines de la politique étrangère et de la diplomatie (2009-2016) laisse un goût amer au sens propre et figuré du terme au moment où il passe le relais à Donald Trump, stigmatisé pour son inexpérience et son imprévisibilité.

La superbe du président de l’hyperpuissance, donneur de leçons de 2009, fait place à un sentiment d’impuissance d’un président affaibli, d’une Amérique déclinante1, d’un monde dans lequel les cartes sont rebattues, et plus spécialement au Proche et au Moyen-Orient, en cette fin d’année 20162. La voix de l’Amérique est moins entendue que dans le passé. Pire encore, le nouveau président philippin traite son homologue américain de « fils de pute » et se jette ostensiblement dans les bras de Pékin. Inimaginable !

Comment en est-on arrivé là ? Comment celui qui était présenté urbi et orbi comme une sorte de « diplomator » (surnom du conseiller diplomatique de Nicolas Sarkozy, Jean-David Levitte) à même de régler définitivement les crises laissées en héritage par George W. Bush, s’est-il transformé, volontairement ou involontairement, en fauteur universel de troubles ? Comment ces guerres du « Grand Moyen-Orient », comme disent les Américains, celles d’Afghanistan, de Syrie, d’Irak, elles aussi, semblent ne jamais se terminer alors qu’elles devaient être courtes et décisives ?3… Continuer la lecture

TERRORISME : PARIS, BERLIN ET MONDIALISATION…

Hambourg/Berlin, 5 janvier 2017.

En ce début d’année, les vœux d’Angela Merkel sont proprement sidérants : aux couleurs d’une robinsonnade exotique, insulaire et paradisiaque, l’Allemagne y est décrite comme le pays le plus enviable au monde. L’économie y est prospère, l’Europe est son grand marché, même si ses frontières doivent être mieux défendues et les flux de réfugiés mieux gérés. Pas un mot du vaste monde, ni de la nouvelle administration Trump, ni des initiatives de Vladimir Poutine et des sanctions contre la Russie, ni de l’Europe politique d’après Brexit, ni de sa défense et de sa sécurité.

En comparaison, ceux de François Hollande ne sont guère plus rassurants : à défaut d’énorme excédent commercial comme les allemands, la France exporte… ses « valeurs » que le monde entier nous envie ! Mais sur quelle planète vivent ces gens ? Deux ans après les attentats commis contre la rédaction de Charlie Hebdo et l’Hyper Cacher de la porte de Vincennes, les Berlinois viennent d’assister à la répétition de la tuerie de Nice (14 juillet 2016) : un camion assassin qui ravage le marché de Noël de la Breitscheidplatz, le 19 décembre dernier. Cette nouvelle folie cause la mort de douze personnes et en blesse gravement plus d’une cinquantaine.

Le lendemain, l’attentat est revendiqué par l’organisation « Etat islamique » (Dae’ch). L’auteur, Anis Amri – Tunisien de 24 ans – est tué à Milan dans la nuit du 22 au 23 décembre 2016, après une cavale de quatre jours à travers l’Europe. Le même jour,… Continuer la lecture