Observatoire Géostratégique

numéro 196 / 17 septembre 2018

L’envers des cartes

L’Envers des Cartes du 19 janvier 2015

TERRORISME : REGRESSION, CONTAGION ET COMPETITION…

En termes de réponses immédiates, les attentats français des 7, 8 et 9 janvier derniers provoquent les enquêtes, arrestations et procédures judiciaires nécessaires et salutaires. Dans un deuxième, voire un plus long temps, faudra-t-il encore mesurer les ajustements opérés en termes de lutte antiterroriste, de structures et d’outils de contreterrorisme, ainsi que de coopération régionale et internationale. Mais, à ce stade des enquêtes en cours (en France, en Belgique, en Allemagne et ailleurs), il s’agit, d’ores et déjà, de tirer les premiers enseignements de cet « événement fractal » dont, justement on ne peut pas dire tout ce qu’il produira en matière de pratiques politiques, diplomatiques, sociales et culturelles.

L’itinéraire des frères Kouachi est exemplaire à plus d’un titre. De Saïd (34 ans) et Chérif, les policiers sont certains que c’est le cadet le « leader ». Le 14 mai 2008, il est condamné à trois ans de prison, dont 18 mois avec sursis, dans le dossier dit de « la filière des Buttes-Chaumont », qui recrute des candidats jihadistes pour l’Irak. En prison, ce jeune délinquant fréquente un animateur du jihad – Djamel Beghal -, déchu de sa nationalité algérienne. Il croise également un petit voyou tombé dans une affaire de stups – Amedy Coulibaly -, qui les 8 et 9 janvier à Montrouge et Vincennes assassinera cinq personnes. Une fois dehors, l’un et l’autre vont rendre visite à plusieurs reprises, durant l’année 2010, au même Djamel Beghal, assigné à résidence dans… Continuer la lecture

L’envers des cartes du 12 janvier 2014

TOUS CHARLIE ! ET APRES ?

La tuerie ou plutôt l’exécution commise à la rédaction du journal Charlie Hebdo constitue certainement ce que Jean Baudrillard qualifiait d’ « événement fractal », c’est-à-dire un fait oscillant entre plusieurs registres d’interprétation, augurant de conséquences politiques, sociales et culturelles inédites et importantes, mais dont – pour l’instant – il est impossible d’évaluer l’ampleur tant en qualité qu’en quantité…

Un constat peut être d’ores et déjà établi. Suite à la fusillade elle aussi meurtrière de Montrouge, quelques heures après le « rafalage » de Charlie Hebdo, suite aux assassinats à répétition qui ont ponctué l’année écoulée à Marseille, dans sa région et en Corse : l’usage banalisé d’armes de guerre (A-47, RPG, etc.) va inévitablement se reproduire en France et dans d’autres pays d’Europe. Cette menace hydride et polymorphe, qui mêle petite et moyenne délinquance au grand banditisme, au crime organisé et aux idéologies salafo-jihadistes, constitue-t-elle désormais une menace « stratégique » d’un nouveau type ?

MENACE STRATEGIQUE

L’enquête sur le profil des terroristes devra être poussée à son terme. Prudence, car il s’agit d’établir maintenant les liens réels des deux frères Kouachi avec Al-Qaïda au Yémen, d’authentifier la revendication et d’établir les complicités d’Amedy Coulibaly, sa compagne ayant gagné la Syrie via Istanbul. Cette surenchère terroriste traduit-elle un nouvel épisode de la concurrence théologico-politique que se livrent désormais ce qui reste d’Al-Qaïda avec l’ « Etat islamique » ? Une filiation est clairement établie, nous ramenant à des réseaux dormant qui… Continuer la lecture

L’Envers des Cartes du 5 janvier 2015

« POUR COMBATTRE DAE’CH, IL FAUT CIBLER SA PSYCHOLOGIE… »

Cibler la psychologie, la culture et la réputation de Dae’ch pour mieux neutraliser ses unités sur le terrain. Telle est la consigne du général Michael K. Nagata, le patron des Forces spéciales américaines au Moyen-Orient. Dans le New York Times du 28 décembre 2014, cet officier général américain explique que les réponses opérationnelles classiques ne suffiront pas à défaire l’organisation « Etat islamique », organisation terroriste « hybride » disposant d’une armée conventionnelle, d’un territoire et d’une « idéologie structurante ». Celle-ci dispose de puissant moyens de communication, de recrutement et de nombreux relais associatifs en Afrique et en Europe, quand ce ne sont pas de pseudos ONGs qui diffusent ses messages au nom du pluralisme et des droits de l’homme ! Une vieille histoire…

L’idéologie de Dae’ch fonctionne, notamment sur la diabolisation d’un « Occident infidèle, décadent et impie », mais aussi en « utilisant des techniques psychologiques inspirant la peur et l’adhésion sectaire à des récits, certes imaginaires, mais très efficaces pour s’assurer le contrôle des populations, des ressources économiques et l’approvisionnement en armes ». L’organisation « a le don de produire cette attraction quasi magnétique et maléfique qui lui permet d’intensifier, de diversifier et de consolider ses emprises humaines et territoriales », explique le général Nagata en ajoutant : « cette évolution s’inscrit dans une gestion d’un temps et d’un agenda parfaitement maîtrisés, ce qui à de quoi nous inquiéter vraiment (…) Dae’ch cherche à nous… Continuer la lecture

L’Envers des Cartes du 29 décembre 2014

LES VIEILLES TRACES DES LOUPS SOLITAIRES…

Samedi 20 décembre 2014, en France à Joué-lès-Tours (Indre-et-Loire). Aux cris de « Allah akbar ! », Bertrand Nzohabonayo (20 ans), blesse au couteau trois policiers avant d’être abattu. Son cadet, Brice, était connu des services antiterroristes. En août 2013, la mère des deux garçons avait alerté la police s’inquiétant de « la radicalisation de Brice et de l’influence que ce dernier pouvait exercer sur Bertrand ». Jeudi 18 décembre, Bertrand Nzohabonayo avait affiché sur son compte Facebook le drapeau de l’organisation « Etat islamique », deux jours après que son frère ait posté ce même drapeau…

Dimanche 21 décembre à Dijon (Côte d’Or). Au volant de sa Renault Clio, Nacer B. (40 ans), fonce à plusieurs reprises sur des piétons en train de faire leurs courses dans le centre-ville. Le chauffard hurle à plusieurs reprises « Allah akbar ! »

Lundi 22 décembre, à Nantes (Loire-Atlantique). Cette fois, l’attaque n’est pas commise au nom d’Allah ou de l’Etat islamique. Mais, comme à Dijon, un automobiliste fonce sur la foule du marché de Noël. Onze personnes sont blessées, dont cinq dans un état grave. Son méfait accompli, Sébastien S. (originaire de Charente-Maritime) s’assène neuf coups de couteau au thorax.

ROMPRE LA TRÊVE DES CONFISEURS…

Durant la période des fêtes de fin d’année, tous les services d’urgence du monde connaissent ne recrudescence de déséquilibrés. Dans ce contexte très particulier de « trêve des confiseurs », la violence a une puissance d’attraction décuplée, de contagion et… Continuer la lecture

L’Envers des Cartes du 22 décembre 2014

QUESTIONS A LA LUTTE CONTRE L’ « ETAT ISLAMIQUE »…

Si la lutte contre l’organisation « Etat islamique » 1 continue à faire quotidiennement les titres de la grande presse internationale, les ripostes opérationnelles adaptées tardent à venir. Les causes profondes du phénomène restent largement inexplorées et l’effet de contagion se poursuit… En effet, de nouveaux groupes armés asiatiques ou africains font régulièrement allégeance à cette organisation d’un nouveau type. Désormais, celle-ci se substitue à la nébuleuse Al-Qaïda, internationaliste et rhizomatique, sans chaîne de commandement centrale ni structure unifiée. Si elle recourt aux différentes armes d’un modus operandi terroriste classique (attaques à la voiture piégée, attentats-suicides, prises d’otages, exécutions filmées et prosélytisme numérique), cette organisation revendique aujourd’hui un territoire (entre l’Irak et la Syrie). En s’étant proclamée « Califat » le 29 juin dernier, elle prétend même gérer les grands lieux saints de l’Islam (La Mecque, Médine et Jérusalem).

Pour les pays directement concernés, il y a donc urgence ! Urgence à mettre en œuvre des ripostes opérationnelles immédiates et adaptées. Comme une répétition des réponses aux attentats du 11 septembre 2001, mais en beaucoup plus homéopathique, l’aviation américaine a déclenché une série de « frappes aériennes », destinées à monter en puissance… Puis, co-organisée à Paris par les présidents français et américain -, une conférence internationale a officiellement porté sur les fonts baptismaux la « Coalition anti-Etat-islamique ». Aujourd’hui à treize ans d’intervalle, les pays occidentaux semblent commettre les mêmes erreurs que celles de la « Guerre contre la… Continuer la lecture