Observatoire Géostratégique

numéro 267 / 27 janvier 2020

Orient-ations

ORIENT-ATIONS 267

GEORGE ORWELL : UNE GRANDE ACTUALITÉ – Jean Daspry. « Il vaut mieux avoir de l’avenir que du passé » (Victor Cousin). Au moment où nous célébrons le soixante-dixième anniversaire de sa mort, le message de l’écrivain britannique, George Orwell (de son vrai nom, Eric Arthur Blair) n’a jamais été aussi actuel1. Pour le grand public, ses ouvrages les plus célèbres sont 1984 et La ferme des animaux. Mais, il en a écrit bien d’autres qui mériteraient une aussi grande notoriété que les deux précédents2. Si longtemps après sa mort, les questions que posent George Orwell méritent d’être reprises

Quelles sont les idées principales qui caractérisent l’homme à travers la découverte de sa littérature ? Sans qu’il ne s’agisse d’une hiérarchisation au sens académique, nous pouvons en dresser une liste impressionnante par sa quantité et par sa qualité. George Orwell est avant tout un combattant – ce n’est certainement pas un mou -, et cela à tous les sens du terme. Combattant contre l’injustice, le totalitarisme, la toute puissance de la société de surveillance, la « novlangue », la « double pensée » « l’indécence des puissants » (« C’est en quelque sorte, pour la haute fonction publique, une nouvelle époque : la génération essuie-glace »3), la société industrielle dans ce qu’elle a d’antiécologique, le colonialisme, le système des castes. Mais aussi combattant pour la défense des libertés publiques, pour la recherche de la vérité objective (« Le sentiment que le concept de vérité objective est en passe… Continuer la lecture

ORIENT-ATIONS 266

LA DISPARTION DE DEUX AMIS DE prochetmoyen-orient.ch : L’AMIRAL PIERRE LACOSTE ET L’HISTORIEN JEAN DELUMEAU – Richard Labévière. Né le 23 janvier 1924 à Paris, l’Amiral Pierre Lacoste est mort le 13 janvier dernier, à quelques jours de son 96e anniversaire. Entré dans la marine en 1943, et évadé de France la même année pour rejoindre le Maroc, cet officier breveté des transmissions a été le directeur général de la sécurité extérieure (DGSE) entre le 10 novembre 1982 et le 19 septembre 1985. En mars 1985, l’Amiral Lacoste avait reçu l’ordre du ministre de la Défense de François Mitterrand – Charles Hernu – de protéger la campagne française des tirs nucléaires dans le Pacifique. Ce sera l’affaire du Rainbow Warrior. Contrairement à d’autres, l’Amiral Lacoste pris sur lui et protégea l’ensemble de ses collaborateurs. Respect ! Le Monde et quelques autres rédactions parisiennes ont l’aplomb de réduire la carrière de ce grand marin à cette péripétie, passant tout le reste des engagements de ce grand serviteur de l’Etat à la trappe. Heureusement, quelques-uns se souviennent et rendent hommage. Ainsi l’ancien chef du service de renseignement de sécurité de la DGSE Alain Chouet : « il fût le meilleur DG de la boîte que j’ai connu, tant par son côté humain que ses compétences professionnelles. Comme les marins, il voyait loin et, je le répète, fût l’un des meilleurs patrons de la DGSE ».

Jean Delumeau aussi nous a quitté, lundi passé à l’âge de 96 ans. Ce grand historien du christianisme, aussi grand que modeste et toujours à l’écoute des autres… Continuer la lecture

ORIENT-ATIONS 265

PHILIPPE SIMONNOT NOUS DIT « POURQUOI L’IRAN A DROIT A L’ARME NUCLEAIRE », 12 janvier – Pour comprendre la crise actuelle, il faut évoquer les ambitions nucléaires de l’Iran. Ces ambitions lui sont contestées par la dite « communauté internationale » alors qu’à notre avis elles sont légitimes.Il ne s’agit pas ici de prendre la défense du régime iranien, dont l’incurie chronique vient d’apparaître tragiquement aux yeux du monde entier à l’occasion du crash « par erreur » d’un avion ukrainien au dessus de Teheran, mais seulement de raisonner en termes de droit, ici le droit d’un Etat souverain d’assurer la défense de son territoire, droit revendiqué par notre propre pays quand il s’est agi de lancer dans la bombe atomique française. Le problème de l’arme nucléaire iranienne, il faut en fait remonter à 1956 pour le bien comprendre. Cette année-là, pour convaincre David Ben Gourion, à l’époque premier ministre d’Israël, de participer à l’expédition de Suez, la France de Guy Mollet a promis à l’Etat juif de le doter de l’arme nucléaire. Cet engagement a été pris dans le plus grand secret. Pour que ce secret soit bien gardé, il ne pouvait être question de financement public.Le budget – considérable – de la bombe israélienne ne pouvait donc apparaître dans les comptes publics israéliens. Cette bombe a donc été financée par des dons privés, en provenance de la diaspora. On peut donc dire que la bombe israélienne est une bombe privée. C’est la seule en son genre. Elle n’est toujours pas avouée par Israël, et… Continuer la lecture

ORIENT-ATIONS 264

ALAIN CHOUET NOUS DIT : « LES ETATS-UNIS ONT BESOIN DE CE TYPE DE CONFLIT » – L’Humanité, 3 janvier.

L’Humanité : Qui était le général Qassem Soleimani et était-il aussi puissant qu’on le dit ?

Alain Chouet : Il était une figure très populaire en Iran, y compris parmi les opposants au régime. C’est un mélange de Robin des Bois, d’Otto Skorzeny (1), d’Erwin Rommel, avec une dimension politique en plus. Il fait partie des premiers gardiens de la Révolution, de ceux qui ont participé à la prise d’otages de l’ambassade américaine, et c’est un héros de la guerre Iran / Irak. Il a, aux yeux de l’opinion publique iranienne, contribué à rendre honneur et fierté au pays. On a beaucoup tendance à négliger la dimension extrêmement nationaliste des Iraniens. C’est vrai que 70% de la population aujourd’hui n’a connu ni la guerre ni la révolution et que les jeunes en ont marre de ce régime où tout est interdit et réprimé, mais il reste une dimension nationaliste sur laquelle jouent les ayatollahs et les pasdarans, qui resserre les rangs autour d’un pouvoir pourtant largement contesté. Plus l’Occident essaie de tordre le bras aux dirigeants de la République islamique, plus ces derniers en appellent à les soutenir, au nom de la défense de la patrie en danger.

Qassem Soleimani était-elle une figure familière pour les services de renseignement, avant sa médiatisation liée à la guerre en Syrie et contre l’Etat islamique ?

Oui, parce qu’il était un de ceux qui ont très largement contribué à… Continuer la lecture

ORIENT-ATIONS 263

POUR MATZNEFF – Richard Labévière. Ainsi, une directrice de maison d’édition – âgée de 47 ans – nous dit aujourd’hui être toujours traumatisée par la relation qu’elle a eu avec l’écrivain Gabriel Matzneff, il y a bientôt 35 ans ! Mieux vaut tard que jamais ! A l’époque, cette adolescente de quatorze ans n’était plus vraiment une enfant et ses amours ne rentraient pas a priori dans les catégories d’une pédophilie aggravée… Mais les campagnes Balance-Ton-Porc, Mee-Too et Compagnie sont passées par là, générant son lot de célébrités médiatiques éphémères. Vanessa Springora, qui est certainement fatiguée d’éditer les autres, s’est sûrement dit qu’elle était aujourd’hui assez grande pour sortir un livre bien à elle. A défaut de talent littéraire, autant donner dans le fait divers en tapant au foie, c’est plus sûr. Donc, une petite charge bien appuyée contre l’un de ses anciens amants – en l’occurrence l’écrivain Gabriel Matzneff – ferait certainement le buzz

Bingo ! Vu la complaisance actuelle des médias parisiens, toujours plus prompts à faire la morale qu’à produire de l’information, le pari était gagné d’avance et « l’affaire Matzneff » lancée avec d’autant plus de bonheur que ça nous change des histoires de trains et de métros qui restent à quai. La chasse est lancée et bien lancée. Après Matzneff, il y en aura d’autres, bien d’autres. On pourrait même remonter à l’âge de la pierre polie afin de redresser les torts de tous et toutes celles et ceux qui n’auraient pas l’air de se conformer aux certitudes… Continuer la lecture