Observatoire Géostratégique

numéro 259 / 2 décembre 2019

Orient-ations

ORIENT-ATIONS 254

ROGER AKL NOUS DIT : « LIBAN DE NOUVEAU DANS L’ŒIL DU CYCLONE » – 22 octobre. Tout a commencé par le Liban, avec la visite de Henri Kissinger au Levant en 1973, tout recommence par le Liban, maintenant que les créateurs, protecteurs et alliés d’Israël, pays de l’OTAN et Arabes, n’ont plus que l’implosion de ce pauvre pays pour essayer de sauver leur mise, après la perte de leur dernière carte en Syrie. Car la carte libanaise, après son échec, à partir de 1983, par l’apparition de la résistance populaire, contre les envahisseurs, avait été transformée en problèmes économiques, par la nomination d’un Premier Ministre libano-saoudien, chargé d’endetter tellement le gouvernement libanais, pour le forcer à obéir aux directives de ce qu’on nomme aujourd’hui, la ‘coalition internationale’.[1] Bien sûr, cette résistance fut qualifiée de terroriste, mais se renforça par la venue au pouvoir du général puis Président Lahoud et défit plusieurs fois l’armée ‘invincible’ israélienne qui avait battu plusieurs fois les armées arabes réunies. C’est que les armées arabes étaient dirigées et trahies par des hommes politiques à la solde de certains Etats de la ‘coalition’, arabes, occidentaux, et/ou israélien, tandis que la défense du Liban était et est toujours dirigée par la ‘coalition du peuple, de l’armée et de la résistance’. Il a fallu donc se tourner de nouveau vers ce qui a si bien réussi à créer les guerres confessionnelles, à partir du Liban, vers tout le Moyen-Orient, jusqu’à la disparition de l’Union soviétique, et sa poursuite dans ce qu’on appelle… Continuer la lecture

ORIENT-ATIONS 253

LES ÉTATS-UNIS SONT-ILS ENCORE NOS ALLIÉS ? Jean Daspry. Lors du Grand Jury RTL/Le Figaro/LCI (13 octobre 2019), Jean-Pierre Raffarin, ancien Premier ministre et président des « Leaders pour la paix » dénonce la politique de Donald Trump au Moyen-Orient. Dans le cadre de l’offensive turque en Syrie contre les populations kurdes, il accuse les États-Unis de ne pas être « dans ce dossier, les alliés de l’Europe ». Poursuivant sur cette voie, il critique l’implication des États-Unis dans le feuilleton du Brexit. « Quand Trump va en Grande-Bretagne pour appeler les Anglais à se libérer des chaînes de l’Europe, De Gaulle aurait crié à l’ingérence ! », s’exclame-t-il. Si elles ne manquent pas de pertinence, les remarques de Jean-Pierre Raffarin manquent à l’évidence de substance tant le champ des désaccords entre les deux rives de l’Atlantique ne cesse de s’élargir au cours des dernières années, des derniers mois. Et, les raisons de ce dissensus ne tiennent pas uniquement à la personnalité imprévisible de Donald Trump. Elles sont inscrites dans l’ADN du peuple à « la destinée manifeste » qui s’estime hors droit tout en exigeant des autres nations qu’elles soient dans le droit. Un retour en arrière s’impose pour comprendre les méandres d’une évolution qui devrait nous conduire à repenser complétement les bases de la relation franco-américaine au XXIe siècle. Faute de quoi, nous nous promettons quelques lendemains difficiles. Ne dit-on pas que gouverner, c’est prévoir ! D’une France gaulliste alliée mais pas alignée, nous sommes passés à une France macronienne méprisée mais alignée.

LA FRANCE ALLIÉE MAIS PAS ALIGNÉE : LES SUCCÈS DU… Continuer la lecture

ORIENT-ATIONS 252

ALAIN CHOUET NOUS DIT : « UN COUP JE TE VOIS, UN COUP JE TE VOIS PLUS ». J’apprends aujourd’hui de la bouche du Président des États-Unis ce que je savais intuitivement depuis longtemps mais que je n’avais jamais vérifié ni documenté : les Kurdes de Syrie n’ont pas aidé l’armée américaine lors du débarquement du 6 juin 1944 en Normandie. Eh bien, j’ai vérifié auprès des sources les plus sérieuses : c’est vrai !

Le Président Trump est pour moi une source de ravissement quotidien. Il me ramène à ma plus tendre enfance quand mon père cachait son visage derrière ses mains, se montrait puis se recachait et ainsi de suite – un coup je le vois, un coup je le vois plus – jusqu’à ce que j’éclate de rire.

Ainsi le Président américain n’hésite pas à nous confier que, bien qu’il ne boive jamais de vin, il préfère le vin américain au vin français. Il annonce une frappe militaire contre l’Iran puis y renonce le lendemain. Il brandit la foudre nucléaire contre la Corée du Nord avant d’aller huit jours plus tard embrasser le dictateur local. Il annonce des sanctions financières contre la Chine avant de les annuler puis de les réinstaurer. Il proclame son intention de retirer ses troupes de Syrie puis annonce qu’elles y demeurent sans cependant y rester. Etc.

Je n’en déduis pas pour autant comme notre intelligentsia germanopratine que Donald Trump est une brute inculte et pusillanime dont on ne peut que rire des incohérences et des foucades. De toute… Continuer la lecture

ORIENT-ATIONS 251

 
 
LIBAN : TROIS SYMBOLES D’UN MARIAGE INTERCONFESSIONNEL, POPULAIRE ET JOYEUX – Richard Labévière. Le village de Ehden, une grande partie du nord du Liban et quelques 7 à 10 000 invités venus de tout le pays et de l’étranger ont fêté – samedi 28 septembre dernier – le mariage du jeune député Tony Frangié avec Lyn Zeidan de Saïda (ville du Liban sud), fille du Sidonien Mohammad Zeidan, président de la zone franche de l’aéroport Rafic Hariri de Beyrouth.

Premier symbole fort : Tony Frangié est Chrétien maronite, la jeune Lyn Zeidan musulmane sunnite. Les deux époux et leur famille ont décidé de se marier – civilement – à Chypre, le mariage civil n’étant toujours pas autorisé au Pays du Cèdre. Cette absence de cérémonie religieuse a voulu, doublement marquer l’aspect interconfessionnel et laïc de l’union, un message fort pour un Liban toujours enclin à raviver ses querelles religieuses et communautaires. Dans un dîner mondain précédant l’événement, l’auteur de ces lignes a entendu – de ses oreilles entendu – un proche de Samy Gemayel – député des Kataëb (parti bien nommé des « Phalangistes ») pérorer en affirmant : « la nôtre au moins, on l’a baptisée ! ». En effet, la future épouse du député phalangiste était d’origine musulmane. Mais pour se marier à un Gemayel, elle avait dû se convertir et rejoindre l’église maronite. Ce baptême forcé, jugée comme une performance, sinon une prise de guerre qui fait songer à L’enlèvement des Sabines – le célèbre tableau de Nicolas Poussin – correspond à la conception… Continuer la lecture

ORIENT-ATIONS 250

OBSEQUES NATIONALES : CONTRECHAMP – Ali Baba

JORF n°0225 du 27 septembre 2019 – Texte n° 1

Décret du 26 septembre 2019 portant déclaration de deuil national

Le Président de la République, Sur le rapport du Premier ministre, décrète :

Article 1

Le lundi 30 septembre 2019 est déclaré jour de deuil national en raison du décès de M. Jacques CHIRAC, ancien Président de la République.

Article 2

Le Premier ministre est chargé de l’exécution du présent décret, qui sera publié au Journal officiel de la République française.

Fait le 26 septembre 2019.

Emmanuel Macron. Par le Président de la République : le Premier ministre, Edouard Philippe

Quelle débauche médiatique depuis l’annonce, le 26 septembre 2019, du décès de Jacques Chirac, ex-président de la Cinquième République. Interruption des programmes de radio et de télévision pour permettre à nos folliculaires de consacrer de longs reportages – excessifs – à la vie du grand homme, plus par la taille que par la stature d’homme d’État. Louanges à jet continu de toute la classe politique, toutes opinions confondues, y compris de quelques vieux tromblons ressortis de leur anonymat. Ils rappellent ses grands faits d’armes incontestables : discours lors de la commémoration de la rafle du Vel’d’hiv reconnaissant la responsabilité de la France dans la déportation des Juifs (1995) ; déclaration sur notre maison qui brûle et nous regardons ailleurs (2002) ; opposition à la seconde guerre américaine en Irak (2003)1…. Dithyrambe éhontée de Jupiter dans nos lucarnes à 20 heures2 qui revendique l’héritage chiraquien… Continuer la lecture