Observatoire Géostratégique

numéro 243 / 12 août 2019

DICTIONNAIRE DE LA DIPLOMATIE :
BRAVO MONSIEUR LE PROFESSEUR !

« Le luxe n’est pas un plaisir, mais le plaisir est un luxe » (Francis Picabia). Dans ces temps de morosité ambiante, de grisaille intellectuelle, de pensée unique et parfois cadenassée, il ait parfois des moments d’immenses plaisirs. Plaisirs que nous apprécions à leur juste valeur. Comme un luxe éphémère mais ô combien réconfortant pour l’esprit ! Luxe de plaisirs que nous avons pris en découvrant le Dictionnaire de la diplomatie rédigé par le professeur agrégé de droit public, Jean-Paul Pancracio1. Ce professeur émérite cultive également la passion du protocole de la République2. L’un ne va pas sans l’autre dans notre Douce France. Dans le maquis des Mémoires insipides de diplomates et de « manuels » de diplomatie conçus et réalisés par des « toutologues » (Régis Debray) qui n’ont pas la moindre idée sur la diplomatie, nous avons été littéralement conquis par une authentique recherche scientifique. Elle est à tout à l’honneur de cet universitaire insuffisamment connu du grand public. Une authentique contribution à la connaissance de la diplomatie.

UNE AUTHENTIQUE RECHERCHE DE DIMENSION SCIENTIFIQUE

Les experts se souviennent que cet honnête homme, aussi discret que sérieux dans ses travaux, s’est déjà commis dans une telle aventure en 1998 aux éditions Micro Buss et en 2006 chez Dalloz (ouvrages épuisés). Il est vrai qu’il est l’un des meilleurs connaisseurs français (pour ne pas dire le seul) de la diplomatie et du droit diplomatique. Il possède donc toutes les qualités requises pour profiter de son départ de l’université afin de remettre une nouvelle fois sur le métier sa recherche de grande qualité sur le thème de la diplomatie. Sujet sur lequel circulent les fables les plus ridicules. Jean-Paul Pancracio remet les choses à leur place avec sa publication de janvier 2019 qui constitue une refonte intégrale de ses deux précédentes éditions. Presqu’un kilogramme, 700 pages, 480 entrées sont proposées au lecteur avide de connaissance scientifique sur la diplomatie, le métier de diplomate, les pratiques et usages diplomatiques, l’organisation du Quai d’Orsay, son budget, ses femmes et ses hommes, ses procédures… Rien à voir, à titre d’exemple, avec la mystification qui a pour nom Manuel de diplomatie publié en 2018 aux Presses de Sciences Po3 dont le site www.prochetmoyen-orient.ch a rendu compte en son temps4. Ce professeur ratisse le sujet dans toutes ses dimensions pour notre plus grand plaisir. Rien n’est laissé au hasard. Tout est étudié, analysé, expliqué, mis en perspective, éclairé par des centaines d’exemples concrets, combinant théorie (celle des chercheurs) et pratique (celle des diplomates). Démarche suffisamment rare pour être notée, louée à l’époque du superficiel, de l’éphémère, du médiatique, du bling-bling. En dernière analyse, ce Dictionnaire de la diplomatie relève à l’évidence de la démarche scientifique attachée aux faits objectifs, la « Vérité des faits » chère à Hannah Arendt. Comme le rappelle Raymond Aron, « pour pouvoir exprimer sa vérité, il faut être libre »5. Or, Jean-Paul Pancracio est libre, libre de toute allégeance, de pouvoir extérieur qui le contraint. C’est ce qui fait sa force… mais aussi sa faiblesse sur le plan de la diffusion de son opus magnum. Ce que nous regrettons amèrement.

UNE AUTHENTIQUE CONTRIBUTION À LA CONNAISSANCE DE LA DIPLOMATIE

« Mal nommer les choses, c’est ajouter aux malheurs du monde » nous rappelle le prix Nobel de littérature, Albert Camus. Jean-Paul Pancracio nomme bien les choses contrairement aux perroquets à carte de presse, en particulier ceux qui sévissent sur les plateaux d’abrutissement en continu. Ceux qui utilisent à tort et à travers des termes dont ils ne connaissent manifestement pas le sens. Et cela alors que tous ces concepts possèdent un sens bien précis que nous rappelle cet universitaire ayant un sens aigu de la précision et de la pédagogie. Pour cela, il suffit de feuilleter et de lire très attentivement chacune des 480 rubriques traitées. C’est un véritable voyage au cœur de la diplomatie. Cet universitaire nous sert de guide pour mieux appréhender les concepts, leurs subtilités, leur histoire (petite et grande), leur actualité, leur jurisprudence pour certains, leurs évolutions, leurs dérives, exemples concrets à la clé comme relevé plus haut. Parvenu au terme de cette lecture exigeante, le lecteur a la nette impression d’évoluer avec aisance dans les méandres d’une discipline, que certains pratiquent comme un art, qui a pour nom diplomatie. Bref, un travail de très grande qualité qui ne laisse rien au hasard. Nous en voulons pour preuve les nombreuses références, les notes en bas de page, le renvoi in fine à une liste d’ouvrages utiles (la plupart français, Dieu soit loué !). C’est tellement rare de nos jours que cela mérite d’être souligné. Les diplomates eux-mêmes trouveront avantage à la lecture de ce Dictionnaire de la diplomatie, qui n’a rien à voir, nous l’imaginons, avec le futur Dictionnaire amoureux de la diplomatie dont la parution est prévue au mois de mai prochain aux éditions Plon6.

UNE AUTHENTIQUE RÉFLEXION SUR LE MICROCOSME PARISIEN

Après le dit, il y a le non-dit qui est aussi si ce n’est plus important pour celui qui veut aller au-delà de l’écume des jours. Comme le lecteur l’aura remarqué, cet ouvrage n’est pas raccroché à une quelconque maison d’éditions connue ou moins connue. Il paraît cette fois-ci en formule « auto-édition » via le site internet qui lui est dédié à l’adresse www.dictionnaire-de-la-diplomatie.com. et sur lequel figure la table complète des 480 rubriques proposées ainsi que le texte de certaines d’entre elles à titre d’exemples. Jean-Paul Pancracio a préféré cette solution qui devrait lui permettre de rééditer l’ouvrage et de l’actualiser avec beaucoup plus de souplesse et de régularité, quand bien même cela en limiterait la diffusion. C’est le choix de l’auteur. Il va de soi, mais cela va mieux en le disant, que nos lecteurs ont fort peu de chance de lire une quelconque critique de cet ouvrage dans les grands quotidiens nationaux alors qu’il mériterait amplement d’être chroniqué pour informer les amateurs de relations diplomatiques de sa publication via internet. Conséquence d’un tirage pratiquement à la demande : le prix de 45 euros qui peut paraître dissuasif par rapport aux ouvrages « normaux » que l’on trouve en tête de gondole chez les libraires et chez Amazon, mais qui reste malgré tout accessible. Bibliothèques, institutions, missions diplomatiques et consulaires s’y intéresseront sans nul doute.

 
Si cet article vous a plu, aidez-nous et faites un don de 5 euros !





« La diplomatie, c’est la science de ceux qui n’en ont aucune et qui sont profonds par leur vide » écrivait un explorateur averti de l’âme humaine qui a pour nom Honoré de Balzac. On serait parfois tenté de le croire. La meilleure chose qui puisse advenir est que cet ouvrage de référence soit en possession de tous les futurs diplomates, de tous ceux qui intègrent la « Carrière », mais aussi de ceux qui arpentent les longs couloirs du Département depuis belle lurette. Cette lecture rafraichissante, à maints égards, contribuerait à leur faire prendre un minimum de hauteur et de recul par rapport à leur profession, leur passion, en les détachant l’espace d’un instant des contingences d’une actualité dévorante. Ce qui vaut pour les diplomates vaut aussi pour tous ceux qui, de près ou de loin, veulent essayer de comprendre un monde aussi indéchiffrable, imprévisible, incertain qu’est celui de ce début du XXIe siècle. Si nous n’avions pas été assez clair, nous recommandons chaleureusement l’acquisition de cet ouvrage, mais surtout sa lecture attentive. Pour ce Dictionnaire de la diplomatie, nous pouvons dire : Bravo monsieur le professeur !

Ali Baba
4 février 2019

1 http://observatoire-de-la-diplomatie.com/
2 Jean-Paul Pancracio, Guignard Pierre-Henri, Protocole et cérémonial. L’ordre de la République, éditions Pédone, 2012.
3 Thierry Balzacq/Frédéric Charillon/Frédéric Ramel, Manuel de diplomatie, Presses de Sciences Po, 2018.
4 Ali Baba, Manuel de la patadiplomatie, www.prochetmoyen-orient.ch , 15 octobre 2018.
5 Dominique Schnapper/Fabrice Gardel, L’abécédaire de Raymond Aron, éditions de l’Observatoire, 2019.
6 Yves Aubin de la Messuzière, Profession diplomate. Un ambassadeur dans la tourmente, Plon, janvier 2019, p.396

Print Friendly, PDF & Email