Observatoire Géostratégique

numéro 156 / 11 décembre 2017

OPERATION MAINS PROPRES EN ARABIE

En Arabie la justice ne connaît que deux sentences : le sabre ou les oubliettes. Exceptionnellement, elle consent au pardon contre le paiement « du prix du sang ». Quel sera le sort des emprisonnés du 4 novembre déjà oubliés des médias ? Ils sont une dizaine de Princes et de ministres, autant de multi milliardaires, deux centaines de millionnaires…

Le jugement de cour sera équitable si l’on en croit le monarque héritier qui a promis à ses sujets l’égalité de tous devant la loi. Mohamed Ben Salman a t-il lu les fables de la Fontaine et l’histoire de la Révolution Française ? A-t-il entendu certains théologiens de l’islam proclamer la compatibilité du Coran avec les principes fondamentaux des droits de l’Homme ? * L’arrestation de princes et d’ultra riches est une révolution dans cette région où les puissants ont toujours bénéficié d’une impunité totale. 

Tous les observateurs ont été sidérés par l’audace de la mesure royale ; d’aucun se demandant si la « purge » était un règlement de comptes entre « gens d’en-haut » ou une épuration exemplaire marquant l’abolition des privilèges. Nul n’ose croire que l’Arabie Saoudite est en train de s’ouvrir à la Justice « al adala ». Si par extraordinaire, cela était, alors les foules qui rejoindront le Prince Mohamed Ben Salman déborderont les frontières de son royaume.

En attendant, le coup de filet de Riyad savamment orchestré dans son organisation et sa communication a provoqué une jubilatoire adhésion populaire dont les précédents sont à rechercher dans les profondeurs de la mémoire arabe avec les souvenirs d’un Nasser ou d’un Bourguiba, idéalisés par le temps.

Les interpellés sont incarcérés dans deux palaces de la capitale reconditionnés en salles d’interrogatoire. Tout le quartier est bouclé, les barrages ne laissent passer que des camions militaires et des grosses berlines aux vitres teintées. On ne sait rien. Ceux qui savent se taisent prudemment, alimentant la rumeur qu’on y torture allègrement. Au passage d’un convoi des services de santé, on devine que des prisonniers sont malades. On le serait à moins : leurs avoirs sont gelés, leurs biens séquestrés, leur comptabilité épluchée, leur famille et leurs proches en résidence surveillée. 

L’acte d’accusation officiel ne mentionne pas la tentative de sédition. Ce n’est pas un règlement de compte politique assure le Palais. L’Arabie n’est pas l’Égypte ! Des petits fils d’Abdulaziz, le fondateur de la dynastie des Saoud, ne seront pas accusés de crimes de sang comme Moubarak ou Morsi mais de vol crapuleux comme Ben Ali. 

Pour autant, cette incrimination de corruption ouvre la voie à toutes les inculpations : de la banale prévarication par inadvertance au gravissime financement du terrorisme. De la simple confiscation des biens mal acquis à la décapitation. Curieusement, aucune protestation ne s’est élevée en faveur des plus gros carnets de chèques du pays. Aucun chef d’État, aucun banquier, nulle manifestation de traders à Wall Street n’est venue soutenir l’épreuve du Prince Walid ben Talal l’actionnaire de Twitter, Motorola, Apple, Disney…vingtième fortune mondiale dont on rapporte qu’il aurait tenté de mettre fin à ses jours.

Accouru pour « libérer » le Premier ministre libanais Saad Hariri, Emmanuel Macron n’a pas eu un mot pour les emprisonnés au Ritz.-Carlton. Pourtant, à Paris, cette affaire est ultra sensible car le déballage de la comptabilité de tous ces hauts personnages pourrait mettre à jour les lucratives turpitudes franco-saoudiennes de ces trente dernières années. Singulièrement, les accusés de corruption ont peu de liens d’affaires avec les Etats-Unis, mais beaucoup avec la France. Les relations commerciales entre Riyad et Paris qui n’étaient déjà pas simples vont devenir très compliquées.

Dans une récente interview exclusive au New York Time, le Prince Ben Salman a justifié cette opération mains propres en révélant que les dépenses du royaume étaient systématiquement « siphonnées » de 10% depuis les années 80. Il a déclaré que les corrompus repentis seraient sur le point de restituer 100 milliards de dollars à l’État.**

Reste qu’il faudra bien juger ces accusés. Le choix de la procédure ne sera pas facile. Un pardon discrètement monnayé avant d’être jeté aux oubliettes ? Un procès à grand spectacle avec princes et roturiers entassés dans le box des accusés ? Cette jurisprudence entrainerait alors les tribunaux de tous les pays musulmans dans une spirale vertueuse. Ce serait prodigieusement inédit car aucun pays – pas même la Tunisie – ne s’est attaqué à la corruption, source de toutes les injustices. 

Si demain la charia se montre exemplaire et condamne le bakchich en Arabie Saoudite, le monde musulman va changer ! Cet espoir explique sans doute la passivité ou l’adhésion prudente des populations et des tribus saoudiennes réputées conservatrices et frondeuses. De surcroit, les projets de villes utopiques du Prince héritier laissent entrevoir pour la jeunesse un avenir de plein emploi et de prospérité calqué sur Dubaï ou Kuala Lumpur.

Les bouleversements imposés par Mohamed Ben Salman sont sans précédent. Pour s’en convaincre, il suffit de parcourir les journaux où l’impensable d’hier s’étale à la une d’aujourd’hui. Des photos de femmes sans voile ni abaya. Un cliché montrant le roi accueillant un dignitaire chrétien qui arbore en sautoir une imposante croix, emblème religieux qui était jadis officiellement bannie de toute représentation dans le pays du prophète. Au file des pages, on apprend que pour la première fois, des fouilles archéologiques sont fébrilement entreprises pour tracer l’histoire de l’Arabie avant l’Hégire. Dans le supplément économique, on découvre la photo d’un chef d’entreprise français qui s’exprime à la tribune d’un forum. Son patronyme est affiché sur le pupitre: « Israël ». Inouï. Dans un passé récent, ce PDG aurait été contraint au pseudonyme pour obtenir « éventuellement » un visa d’entrée dans le Royaume.

 
Si cet article vous a plu, aidez-nous et faites un don de 5 euros !





Tous ces bouleversements sont les signes d’une « normalisation » de la société saoudienne et des efforts méritoires du prince héritier pour sortir son pays du moyen âge. On ne peut que s’en féliciter. Pourtant, dans le même temps, l’Arabie s’obstine dans une guerre fratricide infâme contre le Yémen pendant que les crises avec l’Iran, le Liban, le Qatar, s’enveniment chaque jour d’avantage. Alors avant de devenir le roi du « printemps de l’Arabie » Mohamed Ben Salman serait bien inspiré de montrer qu’il est également capable de faire la paix avec tous les musulmans.

Hedy Belhassine
4 décembre 2017
https://hybel.blogspot.fr/2017/11/operation-mains-propres-en-arabie.html 

* https://hybel.blogspot.fr/2016/06/tunisie-trois-livres-pour-comprendre.html
** https://www.nytimes.com/2017/11/23/opinion/saudi-prince-mbs-arab-spring.html

Print Friendly, PDF & Email