Observatoire Géostratégique

numéro 350 / 27 septembre 2021

AFGHANISTAN : DROIT, MORALE ET RÉALISME !

« Idéal : modèle qu’on se compose, en vue de l’admirer et de l’imiter. L’idéal est toujours nettoyé d’un peu de réalité qui ferait tache » (Alain). Avec le retour des Talibans en Afghanistan, les idéalistes, utopistes et moralisateur de tout poil sont de retour sur le devant de la scène médiatique. Avec le manichéisme qui les caractérise, ils assènent leurs vérités révélées par leur bonne conscience aux affreux réalistes qui réfléchissent toujours aux conséquences à long terme de leurs mesures prises sur le court terme, dans l’immédiateté du XXIe siècle.

Les premiers tiennent le haut du pavé médiatique par leur générosité affichée et assumée (il est impensable de ne pas accueillir tout réfugié afghan qui manifeste le désir de rejoindre notre pays pour éviter les sévices de la soldatesque talibane).

Les seconds sont inaudibles tant leur langage heurte ces belles âmes qui peuplent notre Douce France (doit-on accueillir tous ces réfugiés avant d’avoir fixé des critères d’admission clairs et de mesurer l’impact d’une telle mesure dans un pays aussi fracturé qu’est la « Grande Nation » ?). Il est quasiment impossible de faire entendre une voix discordante sans être taxé de xénophobie, de racisme, de fachiste… Bien évidemment, il est impossible de faire référence à la vague de réfugiés syriens de 2015 qui comptaient déjà dans ses rangs des Afghans – ils ne fuyaient pas les Talibans -, ceux-là même que l’on retrouve à Calais.

Ceux qui sont le plus souvent déboutés du droit d’asile mais qu’il est impossible de renvoyer dans leur pays pour raison de manque d’autorité et de courage de l’exécutif français. Il est vrai que les Afghans de France constituent une communauté fragmentée (45 000)1. Tentons de circonscrire les termes de ce débat mortifère avant de verser dans un moralisme de mauvais aloi !

Les médias « progressistes » poussent des cris d’orfraie à l’idée que le robinet de l’immigration pourrait ne pas être ouvert largement. L’immigration en France, c’est « open bar ». Le Monde évoque un droit et un devoir d’accueil2. Le Canard enchaîné y va de son couplet3. Le site de délation en ligne mediapart n’est pas le dernier à fustiger les rares empêcheurs de tourner en rond4. Il dénonce les procédures iniques appliquées à ces demandeurs d’asile5.

Souvenons-nous que, suite à un attentat dans le quartier diplomatique de Kaboul, l’ambassade de France à Kaboul ne délivre plus de visas de réunification familiale ! Les proches de réfugiés ou de personnes protégées sont invités à adresser leurs demandes à l’ambassade d’Islamabad, au Pakistan. Quelques maires de gauche et écologistes (en particulier la mairesse de Strasbourg, Jeanne Barseghian6 qui s’était illustrée par le financement qu’elle s’apprêtait à octroyer à la construction de la Mosquée de cette ville noyautée par quelques groupuscules intégristes turcs) se disent prêts à accueillir des Afghans.

Avec quels moyens humains et surtout financiers ? Ils perdent de vue les afghans entrés illégalement en France qui errent d’arrondissement en arrondissement à Paris en raison de l’incompétence et de l’inconséquence d’Anne Hidalgo. À très juste titre, l’exécutif dénonce une instrumentalisation7. Toutes les belles âmes sont de sortie8. Les cultureux crient également au secours, ayant le cœur sous la main9. Eux qui réclament toujours subventions et autres subsides au contribuable pour financer leurs facéties ! Un archéologue réclame l’asile pour les défenseurs du patrimoine culturel afghan10. Le président de la Commission nationale consultative des droits de l’homme (CNCDH) demande à la France d’être à la hauteur de sa réputation de patrie des droits de l’homme11.

La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a exhorté, le 21 août 2021, tous les pays, en premier lieu les pays européens, à accueillir une partie des réfugiés afghans exfiltrés de Kaboul et a assuré les Etats membres de l’UE qui le feront du soutien financier de l’Europe. Elle n’a rien compris au problème alors que l’Europe n’est pas unie sur la question de l’immigration, divisée en blocs inconciliables. Certains s’interrogent sur l’avenir du patrimoine culturel afghan12. Vaste problème qui ne semble pas être la première des priorités des citoyens français et européens dans le contexte actuel de pandémie durable.

Les réalistes se défendent comme ils le peuvent face au torrent de boue déversé à jet continu contre eux. Ils soulignent que les maires les plus désireux d’accueillir des Afghans ne sont pas les mieux placés pour accueillir les immigrés13. Le président de la République, Emmanuel Macron trace une ligne entre acceptable et inacceptable. Il a entièrement raison de jouer de l’équilibre, de refuser la voie de l’angélisme14. La politique est un perpétuel arbitrage entre le pire et le moins mauvais. Il n’y a jamais de solutions idéales comme voudraient le faire croire les naïfs. Le ministre de l’Intérieur fait de l’anticipation en faisant part de sa crainte de voir une « immigration massive », des trafics de drogue, voire une recrudescence du terrorisme15. Si nous devons accueillir des réfugiés, il doit s’agir de ceux qui ont aidé la France. Ni plus, ni moins16. L’idée d’un regroupement familial paraît très dangereuse surtout lorsque les familles sont très nombreuses17.

On peut regretter que les autorités françaises découvrent aujourd’hui le problème alors qu’elles ont pratiqué la politique du chien crevé au fil de l’eau au cours des dernières années, des derniers mois18. L’Allemagne voit se raviver le spectre de 201519. La Grèce, particulièrement bien placée, est inquiète face à un possible afflux de réfugiés20. Les services de renseignement – qu’il faut souvent écouter – envisagent le spectre d’un nouveau sanctuaire terroriste21.

Le sentimentalisme humanitaire ne saurait tenir lieu de politique, celle qui met les intérêts nationaux par-dessus tout. C’est toujours après la catastrophe que les naïfs découvrent les conséquences de leur inconséquence.

GOUVERNER, C’EST PRÉVOIR !

« Sur les libertés, nous confondons le principe et la réalité »22. Une fois pour toutes, il faudra bien que nous définissions des règles claires en matière d’immigration et de droit d’asile23 que nous appliquions avec fermeté24. Il faudra bien que nous cessions de nous lier volontairement par des règles européennes et internationales chimériques qui constituent autant de carcans pour les responsables français lorsqu’arrivent les « vents mauvais ». La morale est une chose, un objet non identifié à géométrie variable. Le droit en est une autre que l’on peut tordre dans tous les sens.

Le réalisme en est une dernière qui constitue le garde-fou indispensable pour éviter les dérapages et la montée des extrêmes, l’éclatement de l’Union européenne. Si chaque fois qu’un pays connaît des guerres et des bouleversements, l’Europe doit être le point de chute de tous ces malheureux, où allons-nous ?

Il appartient aux pays voisins de prendre en charge en priorité ces réfugiés. Telle devrait être la règle simple applicable. Il serait grand temps que nous cessions de suivre aveuglement les Américains dans leurs croisades mortifères25 et d’en payer l’addition, ensuite.

Guillaume Berlat
6 septembre 2021

1 Henri Seckel, Les Afghans de France, une communauté fragmentée. Si des rivalités divisent les 45 000 ressortissants accueillis, la crainte du retour au pouvoir des talibans les unit, Le Monde, 21 août 2021, p. 12.
2 Éditorial, L’asile pour les Afghans persécutés, un droit et un devoir, Le Monde, 20 août 2021, p. 28.
3 Marine Babonneau, Réfugies afghans, cessez le peu, Le Canard enchaîné, 25 août 2021, p. 3.
4 Mathieu Magnaudeix/Youmi Kezzouf, « Des millions de jeunes afghans ne peuvent pas vivre sous le joug des talibans. Ils doivent sortir », www.mediapart.fr , 20 août 2021.
5 Justine Brabant, Au centre de crise du Quai d’Orsay, une situation « catastrophique », www.mediapart.fr , 20 août 2021.
6 Fabien Escalona, Jeanne Barseghian : « L’accueil inconditionnel des Afghans est possible », www.mediapart.fr , 20 août 2021.
7 Marceau Taburet, En France, des maires se mobilisent pour les réfugiés, Le Monde, 20 août 2021, p. 4.
8 Gaël Perdriau, L’accueil des Afghans et le cynisme d’Emmanuel Macron, Le Monde, 28 août 2021, p. 24.
9 Philippe Dagen, Le milieu culturel au secours des artistes afghans, Le Monde, 20 août 2021, p. 4.
10 Bastien Varoutsikos, La France doit offrir l’asile aux défenseurs du patrimoine culturel afghan, Le Monde, 25 août 2021, p. 28.
11 Jean-Marie Burguburu, Afghanistan : « la France, patrie des droits de l’homme, doit être à la hauteur », www.lemonde.fr , 22 août 2021.
12 Florence Evin, Craintes pour le patrimoine culturel afghan, Le Monde, 27 août 2021, p. 16.
13 Jean-Pierre Robin, Les maires les plus désireux d’accueillir des Afghans ne sont pas les mieux placés pour intégrer les immigrés, www.lefigaro.fr , 20 août 2021.
14 Claire Gatinois/Abel Mestre, Entre solidarité et peur migratoire, Macron joue les équilibristes, Le Monde, 18 août 2021, p. 5.
15 Jacques Follorou, Terrorisme : la menace talibane sur le sol français n’est pas attestée, Le Monde, 26 août 2021, p. 11.
16 Éditorial, Afghanistan : protéger ceux qui ont aidé la France, Le Monde, 18 août 2021, p. 26.
17 Juliette Bénézit, L’angoisse des Afghans qui veulent faire venir leur famille en France, Le Monde, 17 août 2021, p. 4.
18 Amandine Hess, Réfugiés afghans : la France tente de s’organiser, www.lefigaro.fr , 20 août 2021.
19 Thomas Wieder, En Allemagne, le spectre ravivé d’un nouvel afflux de migrants, Le Monde, 18 août 2021, p. 4.
20 Marina Rafenberg, La Grèce inquiète face à un possible afflux de réfugiés, Le Monde, 21 août 2021, p. 6.
21 Matthieu Suc, Le spectre d’un nouveau sanctuaire terroriste, www.mediapart.fr , 21 août 2021.
22 Jean-Claude Kaufmann, Sur les libertés, nous confondons le principe et la réalité, Le Monde, 27 août 2021, p. 26.
23 Le Fact Checking de LLC : Quelques précisions sur le droit d’asile, www.libertescheries.blogspot.com , 24 août 2021.
24 Yves Thréard, Réfugiés afghans : « une polémique biaisée », www.lefigaro.fr , 20 août 2021.
25 Ghazal Golshiri, « Washington a mis les Afghanes dans la gueule du loup », Le Monde, 17 août 2021, p. 3.

Print Friendly, PDF & Email