Observatoire Géostratégique

numéro 239 / 15 juillet 2019

Editorient

JUSTICE DE CLASSE, DEMOCRATIE EN DANGER !

Décidément, tout change pour que rien ne change dans le monde nouveau d’Emmanuel Macron. « Étés meurtriers en Macronie » titre Le Point. En juin 2018, nous avons eu droit au feuilleton de l’été (les facéties d’Alexandre Benalla à la Contrescarpe) qui s’est transformé en affaire d’État (nul besoin de s’y attarder)1. En juillet 2019, nous avons droit à un nouvel épisode du feuilleton d’été (deux brillantes décisions de justice concernant, pour l’une, trois proches du président de la République et plusieurs honnêtes citoyens dont le sieur Bernard Tapie, pour l’autre2) qui a tout d’une nouvelle affaire d’État. En prime, la Macronie triomphante nous gratifie d’un nouvel épisode de la moralisation de la vie publique (les dîners fastueux de l’ex-président de l’Assemblée nationale, actuel ministre de l’Écologie, François de Rugy3 et le HLM non occupé durant douze ans par sa directrice de cabinet, la préfette Nicole Klein) qui ne manque pas de sel. C’est le moins que l’on puisse dire !4

Dans cette atmosphère délétère, pour ne pas dire glauque, au moins une bonne nouvelle avec la nomination du nouveau directeur général des affaires politiques et de sécurité du Quai d’Orsay (Philippe Errera). L’un des postes les plus en vue du circuit diplomatique. Emmanuel Macron participe, le 12 juillet 2019 à Cherbourg, au lancement d’un nouveau sous-marin d’attaque, Le Suffren5. Au fil des jours, au fil des heures, nous allons de Charybde en Scylla. Pour couronner le tout, des missiles américains… Continuer la lecture

MULTILATERALISME EN DANGER…

« Mal nommer les choses, c’est ajouter aux malheurs du monde » nous rappelle fort justement le prix Nobel de littérature, Albert Camus. Depuis plus d’un demi-siècle, les choses ont bien évolué mais dans le mauvais sens. À l’heure de la confusion des genres et des mots, il est de bon ton d’utiliser à satiété quelques mots valise (ceux qui veulent tout et ne rien dire à la fois) pour éviter d’aborder frontalement les véritables débats qui conditionnent la paix et la guerre au XXIe siècle. Parmi ces derniers, deux reviennent de manière pavlovienne dans les conversations des experts autoproclamés, des « toutologues » et dans les dîners en ville : « communauté internationale » et, surtout, « multilatéralisme ». Après avoir posé la problématique de la confusion des termes, nous prendrons deux exemples tirés d’une actualité récente : le G20 d’Osaka et le dernier Conseil européen de Bruxelles.

LA CONFUSION DES TERMES

Le moins que l’on puisse dire est que plus le monde est dangereux1, plus nous vivons dans la confusion des termes couvrant le champ des relations internationales. Arrêtons-nous à deux exemples, ceux de communauté internationale et de multilatéralisme !

La trop fameuse communauté internationale

Le premier terme désigne tous ceux qui partagent votre point de vue. Traditionnellement, les Occidentaux s’assimilent à la « communauté internationale » lorsqu’ils sont confrontés à l’opposition (sous forme de droit de veto des Chinois et des Russes au Conseil de sécurité de l’ONU, à titre d’exemple). Le terme ne possède aucune définition juridique agréée,… Continuer la lecture

LA MEDITERRANEE DE TOUS LES DANGERS…

Après l’incident diplomatique chinois provoqué par le passage du Vendémiaire dans le détroit de Taïwan1 (la frégate française ayant pourtant parfaitement respecté le droit international de la mer) et la « maritimisation » de la crise du golfe Persique2, prochetmoyen-orient.ch poursuit son analyse des grandes crises internationales à travers le prisme de la nouvelle géopolitique des mers et des océans. Loin d’être arbitraire, ce choix éditorial nous semble – au contraire – correspondre à l’une des tendances les plus lourdes de la mondialisation contemporaine : aujourd’hui, la plupart des crises et conflits finissent par se déverser dans l’eau, provoquant une territorialisation grandissante de la mer, selon un processus d’« arsenalisation », concept que nous empruntons à Franck Maire3. Et cette évolution ne concerne pas seulement de lointains théâtres – mer de Chine méridionale, océan Indien, mer Rouge ou océan arctique -, mais aussi notre proximité : la Méditerranée.

Sur le sujet un livre important, sinon définitif est paru dernièrement4 et requiert une lecture attentive. Contre-amiral (2S), Jean-François Coustillière n’est pas un perdreau de l’année : il a servi dans plusieurs zones aéronavales de Méditerranée et du Proche-Orient. Il préside aujourd’hui l’association Euromed-IHEDN (Institut des hautes études de défense nationale). Ses analyses déconstruisent méthodiquement les conflits – religieux, armés et politiques – et tragédies environnementales, démographiques et économiques du Mare nostrum. Il restitue avec ma maestria le rôle et les coups tordus des puissances internationales et régionales qui rivalisent d’inventivité, sinon d’agressivité pour promouvoir leurs intérêts à nos portes maritimes… Continuer la lecture

DEFENSE EUROPENNE : L’AVION HISPANO-FRANCO-ALLEMAND VERRA-T-IL LE JOUR ?

« Nous vivons aujourd’hui dans un monde qui devient sans foi ni loi… Les rapports de forces purs dominent les relations internationales et la confrontation l’emporte sur le compromis…. L’Europe doit sortir de son innocence, elle doit cesser d’être naïve. Elle doit assumer ses responsabilités et ne pas avoir honte de ses forces, bien réelles. Dans le monde actuel, il faut se protéger contre les agressions stratégiques. C’est impératif. Je note que les choses évoluent positivement en matière de défense, par exemple, en 2019, à Bratislava, nous avions lancé une initiative. Beaucoup de nos partenaires nous observaient avec scepticisme. Aujourd’hui, les mêmes nous encouragent à aller plus loin et l’Union européenne vient de créer un fonds européen de défense, qui devrait être doté d’une enveloppe de près de 13 milliards d’euros pour soutenir le développement des moyens européens de défense… »1. En théorie, cette déclaration est parfaite. Et, le citoyen français, européen ne peut que se féliciter de cette volonté des Européens de prendre en mains leur destin en termes de sécurité et de défense. Et cela si l’on sait que depuis 1949, les Européens ont sous-traité leur défense à l’Alliance atlantique (OTAN), en un mot aux États-Unis. Leur défense en premier lieu mais aussi les outils pour l’assurer, en second lieu. Et, c’est là que le bât blesse ! En contrepartie de l’assurance tous risques qu’ils accordent à leurs alliés, les Américains d’eux qu’ils se fournissent exclusivement en matériels américains au nom de la sacrosainte interopérabilité. Rappelons rapidement que… Continuer la lecture

CENSURE : APRÈS LE SECTEUR DE LA RECHERCHE, C’EST AU TOUR DE L’INFORMATION !

« À force de tout voir l’on finit par tout supporter…

À force de tout supporter l’on finit par tout tolérer…

À force de tout tolérer l’on finit par tout accepter…

À force de tout accepter l’on finit par tout approuver ! »

(Saint Augustin)

Et, c’est bien ce à quoi l’on assiste aujourd’hui dans le domaine ô combien sensible de la défense des libertés publiques dans notre pays. Décidément, plus la Macronie se sent assiégée, plus elle se cabre comme le font traditionnellement les régimes autoritaires. Malheureusement, les exemples de cette dérive « illibérale » auraient tendance à se multiplier au cours des derniers mois, des dernières semaines. Nous avons eu l’occasion d’en informer nos fidèles lecteurs afin de les alerter sur ces facéties d’un régime qui est de plus en plus aux abois et qui pratique une forme pernicieuse de censure inacceptable de la part d’un pays qui s’autoproclame « patrie des droits de l’homme » et qui se présente comme un modèle à suivre de démocratie et d’état de droit. Dans la pratique, le moins que l’on puisse dire est que la réalité est plus contrastée. Un léger retour en arrière s’impose pour mieux comprendre l’état de la situation actuelle de la liberté d’expression dans notre pays : centres de recherche déviants, journalistes indiscrets, pressions sur les quotidiens régionaux libres et vaste plaisanterie de la récente loi sur les « infox ». Pour conclure, nous évoquerons la vérité de la République des bobards.

LA CENSURE DES CENTRES DE… Continuer la lecture