Observatoire Géostratégique

numéro 290 / 6 juillet 2020

Humeurs

VUES SUR LACS, MONTAGNE ET PERSONNAGES…

Maintenant qu’on peut reprendre la route, plutôt que les avions, ce beau livre – Vue sur lacs1 – arrive à point nommé pour trois bonnes raisons au moins : pour la première fois, sont rassemblés les quatre lacs de Savoie (Aiguebelette, Annecy, Le Bourget et le Léman) ; on y découvre des « lieux » originaux et forts, des « lieux » à la manière de Jean Duvignaud – espace-temps avec le supplément d’âme de personnages quasi-chamaniques2 ; enfin, on tient en mains un exceptionnel carnet d’adresses, « abécédaire » qui permet au promeneur solitaire ou accompagné de choisir différents sentiers d’une anthropologie bien réelle de l’imaginaire. En fait, ce livre réalise une espèce de synthèse d’un Guide du routard distingué avec une prose du transalpin, version Blaise Cendrars, c’est-à-dire beauté, poésie et intelligence !

L’auteure – Marie-Christine Hugonot – est journaliste ; spécialiste de la montagne. Titulaire d’un master 2 en histoire de l’art et archéologie, elle a été critique d’art. On lui doit plusieurs livres d’art importants. Mais c’est la montagne qui a mobilisé toute son intentionnalité, lui inspirant de multiples reportages et plusieurs ouvrages : L’Art de vivre en montagne (Editions de La Martinière, 2011), Décoration chalet, le style Savoie Mont-Blanc (tome 1-2014, tome 2-2018 aux éditions Glénat) et Habiter la montagne (Editions Glénat, 2016). Auteure et réalisatrice de l’émission La Vie de chalet sur Montagne-TV et de Références, série d’émissions consacrées à l’architecture contemporaine en Haute-Savoie sur Montagnetv.com, elle anime aussi un site : lartdevivrelamontagne.com. Pas mal…

QUATRE LACS

Marie-Christine Hugonot nous… Continuer la lecture

LIVRE DE BOLTON : REGLEMENT DE COMPTES ENTRE VOYOUS…

« Les évènements font plus de traitres que les opinions » (François-René de Chateaubriand). On n’est jamais mieux trahi que par les siens. L’actualité quotidienne fourmille d’exemples d’hommes et de femmes qui, après avoir été les plus serviles et vils courtisans du Prince, décident de l’accabler de tous les maux de la terre. Un classique de la traitrise dans l’Histoire de Judas à John Bolton. La cohorte de ces renégats est impressionnante. Souvent mus par un souci de vengeance mêlé d’une volonté de rédemption, ils n’hésitent pas à toutes les bassesses, les lâchetés pour faire oublier leurs turpitudes passées en mettant l’accent sur celles de leur ex-mentor. Le registre de la victimisation tourne à plein régime. C’est au tour de l’ex-conseiller à la sécurité nationale de Donald Trump, l’homme à la moustache de cracher tout son venin contre l’homme à la mèche blonde dans un brûlot intitulé « The Room Where it Happened » (non encore traduit, « La pièce où ça s’est passé », Simon & Schuster).

Une charge à charge contre les travers du président des États-Unis qu’il a servi à partir de mars 2018 et a quitté en septembre 2019. En vain, la Maison Blanche a déployé tous ses efforts pour empêcher la parution de l’ouvrage prévue le 23 juin 2020, le New York Times et le Washington Post en publient quelques extraits.

Le conseil de John Bolton souligne que le livre a été expurgé de toute information pouvant porter atteinte aux intérêts américains afin de prémunir son… Continuer la lecture

ALGERIE : DE LA LIBERTE D’EXPRESSION AU TEMPS BENI DU HIRAK…

Je dois être honnête. Lorsque j’ai écrit mon récent livre « Qui sont ces ténors autoproclamés du Hirak algérien ? », je me doutais qu’il allait être bassement critiqué et que son auteur n’allait pas être épargné. Mon expérience avec les activistes printanistes arabes et leur concept unidirectionnel des libertés individuelles, lors de la sortie de « Arabesque américaine » en 2011, m’a appris que le romantisme révolutionnaire était souvent plus fort que la raison. Mais en ces temps-là, cela pouvait se comprendre : pour la première fois dans l’histoire moderne de cette région, des jeunes prenaient d’assaut les rues, bravant les interdits tout en demandant avec véhémence le départ d’autocrates rouillés par le temps et l’usure d’un pouvoir spolié.

Mais près d’une décennie après l’immolation de Feu Mohamed Bouazizi et l’embrasement de la région par cette funeste saison que les Occidentaux nous ont vendu comme un « printemps », j’avais espéré que mon nouvel ouvrage allait être un peu mieux reçu.

Que nenni !

Je n’ai jamais été aussi attaqué que par certains de mes « chers » concitoyens. Et tout y est passé : complotisme, anti-Hirak, pseudo-physique, misère de la pensée, régime, système, médias publics, éthique, ANEP, APS, AUF, Canada, Vietnam, cirage, carrière, magot, coupe-feu, gauche « madkhalie » et j’en passe…

Jamais, Ô grand jamais, je n’aurais pensé que le niveau des critiques de mes contradicteurs soit aussi pitoyable !

En agissant de la sorte, ces gens-là ne comprennent-ils pas qu’ils sont juste en train de confirmer que ce sont eux qui noyautent le Hirak béni pour l’emmener sur… Continuer la lecture

IL FAUT ABATTRE LA STATUE DE SULLY…

J’ai appris hier que certains réclamaient la destruction de la statue de Colbert qui orne d’un côté l’entrée monumentale de l’Assemblée Nationale à Paris. Qualifié pour la circonstances de l’élégante épithète de « fils de pute » pour avoir promulgué au XVIIe siècle le « Code Noir » qui réglementait la propriété et l’utilisation des esclaves dans les Antilles, cet odieux ministre de Louis XIV devrait être rayé de notre mémoire collective et sa statue vouée au concassage d’une disparition bien méritée.

Mais il ne faut pas s’arrêter là ! Car trône en face de lui en une parfaite symétrie la statue de Maximilien de Béthune, duc de Sully, ministre de Henri IV dont les petits écoliers de France psalmodient depuis plus d’un siècle la fameuse mais insupportable sentence économique : « Labourage et pâturage sont les deux mamelles de la France ». Sachant que les vaches n’ont qu’une mamelle à quatre pis, les brebis une mamelle à deux pis et que les truies ont huit mamelles, la phrase de Sully renvoie évidemment à l’image de la femme ainsi réduite à son rôle genré et domestique de femelle allaitante soumise à la domination patriarcale.

Donc, à la casse la statue de Sully dont le nom devra être définitivement rayé des livres d’histoire ! Pour Victor Schoelcher, c’est déjà fait. Des justiciers lucides ont abattu trois ou quatre de ses statues. Ce pusillanime ministre de la deuxième république a rédigé, signé et promulgué le décret d’abolition de l’esclavage en France en 1848. Mais, sans doute inexcusablement distrait ou peu… Continuer la lecture

LIBYE : DÉCLIN DE L’OCCIDENT, ESSOR RUSSE ET TURC…

« Qui sème le vent récolte la tempête »1. Celui qui provoque des différends risque la querelle. Autrement, quand on provoque de petits troubles, on en récolte de plus importants. Ce proverbe signifie également que quand on provoque le désordre, il ne faut pas s’étonner des conséquences2.Et c’est bien le moins que l’on puisse dire à propos de l’évolution de la situation en Libye depuis l’intervention occidentale, en 2011, dans ce pays au chaos indescriptible qui y règne depuis cette époque bénie pour les marchands d’armes et autres passeurs mais honnie par les faiseurs de paix et les chercheurs de paix et de stabilité dans le pays et dans la région. Les incendiaires ont allumé le feu dans un pays fracturé, ne tenant que par la main de fer du Guide libyen. Le résultat est là, devant nos yeux, une guerre de dix dont personne ne parvient à venir à bout. Après le moment occidental en 2011, vient le temps du duel russo-turc en 2020.

LA LIBYE DE KADHAFI EN 2011 : LE MOMENT OCCIDENTAL

Les succès d’un jour ne font pas les succès de toujours.

Un succès éphémère pour la coalition

Le succès de l’intervention en Libye s’apprécie sur le temps court et sur le temps long.

Les mirages du temps court. Agissant sous mandat de la Ligue des Etats arabes et de l’ONU (résolution 1973 du Conseil de sécurité du 11 mars 2011), l’opération « Unified Protector » est présentée comme un conflit « propre »,… Continuer la lecture