Observatoire Géostratégique

numéro 276 / 30 mars 2020

Humeurs

MOI ET LE RESTE DU MONDE

Les époques de confinement peuvent conduire à d’étranges pratiques – voire à dépenser son argent de façon inconséquente même si la somme en jeu (€22) demeure raisonnable. Mais comme au restaurant, quand ça n’est pas bon, c’est toujours trop cher.

Vingt-deux euros donc, la somme dont il fallait s’acquitter pour parvenir au Graal, rejoindre l’Olympe de l’élite intellectuelle et comprendre enfin le vaste monde grâce à la lecture des Mémoires de Gérard Araud1.

Car la première impression – qui ne vous lâche plus au fil des pages, c’est cet incroyable, incommensurable ego de l’auteur. On n’ose imaginer ce que serait le monde devenu si Araud n’avait pas été là, pressentant tout, résolvant tout ce que l’on voulait bien lui laisser résoudre, n’eussent été la bêtise, l’obscurantisme, l’aveuglement, la lâcheté etc. entravante de tous ceux qui ne pensaient pas comme lui. Un ego non pas teinté de fatuité mais tellement imprégné d’autosatisfaction qu’il en devient très vite dérisoire. Inutile d’en citer des exemples, ils suintent à chaque ligne.

Lorsque l’on en arrive finalement aux idées, on pourrait assez simplement les résumer de la façon suivante : la France, de fait, n’existe que par rapport aux Etats-Unis et à ses alliés les plus sûrs que sont Israël et le Royaume-Uni. Pourquoi ? « Parce qu’il faut être pragmatique ». « Notre diplomatie est appelée à s’adapter à la nouvelle donne qui se dessine ». En clair, notre diplomatie doit devenir capable de déduire ce qu’un Etat « pourrait ou ne pas accepter », et s’adapter selon. Il… Continuer la lecture

LIBAN : CORONA, ARGENT, CORRUPTION ET CHANTAGES POLITIQUES INTERNATIONAUX

Depuis les débuts de la résistance libanaise aux agressions israéliennes (1983) et, surtout, depuis ses victoires contre cet agresseur, qui débutèrent il y a une trentaine d’années, tous les Etats de ladite « coalition internationale » d’aujourd’hui et leur sbires, hommes politiques libanais, commencèrent à endetter le Liban, aux banques, pour faire de grands travaux de reconstruction, qui coûtèrent très cher, surtout en commissions pour les politiciens libanais et en corruption de leurs électeurs suivant les règles « nouvelles du libéralisme ».

Ces « grands travaux » ne s’arrêtèrent jamais, car ils ne servaient qu’à endetter l’Etat et payer la trahison des partisans cachés d’Israël, sous le voile de partisans d’Etats arabes et d’Occident. Nous en avons un exemple aujourd’hui dans la scandaleuse libération du traître et criminel pro-israélien Amer Fakhoury, à double nationalité américaine

Or, à force d’exagérer, on finit par attirer une réaction et les Libanais se soulevèrent et forcèrent le président du Conseil Hariri à la démission et ce fut la création d’un nouveau gouvernement de « technocrates » qui cherche à sauver le Liban du désastre financier, en commençant par revenir sur les dettes du gouvernement aux banques libanaises.

Ces dernières avaient déjà vendu à l’étranger une partie des dettes et certaines sont accusées d’y avoir fait fuir beaucoup de l’argent des déposants et surtout des fortunes amassées par quantité de dirigeants corrompus.

Ce qui fait que le gouvernement libanais aurait interdit aux banques de virer aux déposants libanais à l’étranger l’argent nécessaire à leur dépenses vitales pour eux et leurs familles.

Aujourd’hui,… Continuer la lecture

D’IDLIB À MOSCOU : POUTINE IMPÉRIAL !

« Prédicateurs de bonne aventure et docteurs ‘tant mieux’ »1. Comment mieux décrire la réalité de la situation actuelle dans « l’Orient compliqué », en particulier en Syrie ? Quel chemin parcouru en moins d’une décennie au Moyen-Orient par la Russie depuis le début des mal nommés « printemps arabes » ! Hier, elle était considérée comme un intru toléré dans la région. Aujourd’hui, elle s’est imposée comme un interlocuteur incontournable reconnu par tous les acteurs régionaux. Le dernier accord, que Vladimir Poutine a conclu avec son homologue turc le 5 mars 2020 à domicile (Moscou), pour tenter de mettre un terme à la crise latente à Idlib, en apporte la preuve éclatante2.

En dépit de ses inutiles gesticulations, l’Occident, qu’il s’agisse des États-Unis ou de l’Union européenne observent, en spectateurs incrédules, les trains passer, confortablement installés sur les quais de gare. Une fois encore, le monde riche et intelligent n’avait rien anticipé ni sur le plan sécuritaire et migratoire ou sanitaire avec l’épidémie de coronavirus3. Et cela en dépit des réflexions d’une kyrielle de centre de recherches (les fameux Think Tanks), de l’appui d’autant d’algorithmes et d’une pincée d’intelligence artificielle et autres gaités de l’escadron. Que font tous ces braves gens si ce n’est conforter le prince dans ses pensées, y compris les plus baroques.

L’ACCORD DE MOSCOU : LA PRÉGNANCE DE LA RUSSIE

Si, dans un environnement aussi instable que celui que connait actuellement le Proche et le Moyen-Orient, l’accord de cessez-le-feu conclu… Continuer la lecture

LE RÉVEIL DES SOMNAMBULES

« Vers l’Orient compliqué, je volais avec des idées simples » (Mémoires de guerre, tome1, Charles de Gaulle). Les simplistes sont légions dans notre Douce France. Qu’il est doux d’entendre, lors de la matinale de France Culturel le quatre mars 2020, les voix doucereuses d’un Bernard Kouchner1 ou d’un Bernard Guetta2, les deux Saint-Bernard commentant à bâtons rompus l’actualité moyen-orientale particulièrement denses !3 Béotiens que nous sommes, nous retenions notre souffle. En effet, nous étions en présence de deux grandes pointures de l’analyse des relations internationales, un humanitaire et un journaliste. Pas un « toutologue » cher à Régis Debray, pas un perroquet à carte de presse sévissant sur les chaînes d’abrutissement en continu. Non, deux pointures universellement reconnues pour la pertinence de leurs jugements. Enfin, quelle délivrance, nous allions comprendre les tenants et aboutissants du drame qui se joue actuellement entre Syrie, Turquie4 et Grèce sous l’œil attentif de la Russie. Depuis une décennie, ces deux Machiavel suivent au plus près les spasmes d’une partie du Moyen-Orient qui ne digère toujours pas encore les conséquences des « révolutions arabes » des années 2010-2011. Qui de plus qualifiés que ces deux experts pour jouer les pédagogues des masses incultes ? Surtout, lorsque l’on sait que ce ne sont pas les perdreaux de l’année qui avalent sans broncher bobards et autres « fake news ». Comme l’aurait dit Nicolas Sarkozy, avec eux c’est du sérieux. Par un miracle incompréhensible (celui du coronavirus ?), nos deux hommes,… Continuer la lecture

SYRIE : QUATORZE MINISTRES ÉTRANGERS AUX AFFAIRES !

« Prenez invariablement la position la plus élevée, c’est généralement la moins encombrée » (Charles de Gaulle). Aujourd’hui, nous en sommes encore loin. La guerre en Syrie, qui entre bientôt dans sa dixième année, donne lieu à son cortège des morts et de disparus (près de 500 000), de blessés, de déplacés mais aussi à son lot quotidien d’âneries de nos dirigeants incultes. D’Alain Juppé (qui a fermé notre ambassade à Damas) à Jean-Le Drian (qui joue à l’occasion le moralisateur) en passant par Laurent Fabius (qui déclarait en 2012 que les petits gars d’Al Nosra faisaient du bon boulot), nous aurons tout entendu en France. Rien ne nous aura été épargné surtout depuis que le régime syrien a entrepris de reconquérir la dernière poche de résistance d’Idlib ! C’est du n’importe quoi comme le soulignait Richard Labévière, dans notre dernier magazine1. Nous en avons aujourd’hui un nouvel exemple frappant avec la tribune sur la situation à Idlib cosignée par quatorze ministres des Affaires étrangères de pays membres de l’Union européenne dans Le Monde2. Un morceau d’anthologie qui mériterait de figurer dans l’Histoire universelle de la connerie3. Reprenons la quintessence de cette prose ministérielle qui nous permettra de mettre en lumières les quelques perles enfilées par ces quatorze imbéciles ! Nous formulerons quelques remarques générales sur leurs inepties.

***

DE QUELQUES PERLES ENFILÉES PAR QUATORZE IMBÉCILES

Après avoir enfoncé une porte ouverte (l’existence d’une « nouvelle catastrophe humanitaire »), nos démagogues à la petite semaine osent… Continuer la lecture