Observatoire Géostratégique

numéro 205 / 19 novembre 2018

« L’EXCELLENT SECRETAIRE A LA DEFENSE MATTIS », selon Bruno Tertrais à L’Orient-le-Jour, 15 novembre.

L’augmentation des moyens militaires américains pour défendre l’Europe est due à « l’excellent secrétaire à la Défense Mattis », explique le « très – très » pro-israélien Bruno Tertrais qui se demande « si la Russie estimerait à un moment donné que la famille occidentale est désunie au point de lui ouvrir des opportunités militaires ». Décidément toujours pro-OTAN, de plus en plus pro-israélien et anti-iranien, l’accidentel directeur-adjoint de la Fondation pour la recherche stratégique (FRS), multirécidiviste en matière de confusion « recherches/obsessions idéologiques » continue à infliger ses assertions dogmatiques dans une région qui a déjà tellement souffert des prédications néo-conservatrices. Il n’est pas étonnant que L’OLJ de Beyrouth – devenu le journal officiel de la droite et de l’extrême-droite libanaise, désormais appelé L’Orient-la-Nuit, relaye ce genre de carabistouille.

 

WASHINGTON BLOQUE LA FORMATION DU GOUVERNEMENT LIBANAIS – Richard Labévière, 15 novembre.

La plupart des difficultés concernant la répartition des portefeuilles ministériels ont été résolues, même l’attribution d’un marocain aux Sunnites du 8 mars. Plusieurs puissances régionales dont l’Iran et même l’Arabie saoudite ont levé leurs réserves quant à la finalisation de la formation du nouveau gouvernement libanais. Un dernier obstacle subsiste : encouragé par Tel-Aviv, Washington refuse de voir des ministres du Hezbollah participer au prochain gouvernement du Pays du Cèdres, ce qui ne serait pas vraiment une première. Mais avec son nouveau train de sanctions contre l’Iran, Washington veut rester à l’unisson avec Tel-Aviv et Riyad pour maintenir la pression sur Téhéran. Comme l’a rappelé dernièrement et à plusieurs reprise le conseil à la sécurité nationale John Bolton, « nous devons tout mettre en œuvre pour provoquer un changement de régime en Iran ». Décidément, les Américains n’ont rien appris de leurs derniers échecs en Afghanistan, en Irak et en Syrie. Et ils vont continuer jouer la carte du chaos pour le plus grand bonheur de leur complexe militaro-industriel…

 

DANS LA PRESSE IRAKIENNE :

En bref :

Le PM Adel Abdel Mahdi envisage de soumettre au vote de confiance les candidats aux ministères vacants même si le Parlement n’accorde pas sa confiance aux candidats à la défense et à l’intérieur. Par ailleurs, Barham Saleh, Président de la République, effectuera, aujourd’hui, une visite officielle en Jordanie (Sabah, p. 1).

Politique intérieure :

Le PM Adel Abdel Mahdi envisage de soumettre au vote de confiance les candidats aux ministères vacants même si le Parlement n’accorde pas sa confiance aux candidats à la défense et à l’intérieur. Aucune progression n’a été signalée quant aux pourparlers relatifs aux ministères vacants. (Sabah, p.1).

Hassan al-Yasseri, ex-président de la commission de déontologie, a démenti les informations l’accusant d’avoir une affiliation partisane et accuse les médias de diffamation. (Zaman, p.1).

Un éditorial dans Alem (p. 6) dénonce le silence de Moqtada al-Sadr et de ses députés vis-à-vis de la décision de Mohammed al-Halboussi, président du Parlement, d’allouer aux députés une somme mensuelle de trois millions de dinars irakiens (environ 2.500 USD) pour payer les loyers. « où en est-on de la prétendue réforme et de l’enquête demandée par Moqtada suite à l’élection « suspecte » d’al-Halboussi ? » s’interroge le chroniqueur.

Un éditorial dans Machrek (p. 8) affirme que les réflexes de l’époque de Saddam Hussein existent toujours dans les administrations publiques. Des responsables sont entourés d’hypocrites, intermédiaires pour faciliter les « pots de vin », gardes de sécurité pour satisfaire leur égo, etc. « Comment peut-croire qu’il y a eu un changement ? » s’interroge le chroniqueur.

Affaires sécuritaires :

Le ministère de la Défense a nié les informations faisant état d’une incursion irakienne en Syrie et d’un contrôle de 25 postes militaires syriens. (Alem, p. 1).

Arrestations des terroristes de Daech à Fallouja et à Hawija. (Adala, p. 3).

Politique étrangère :

Barham Saleh, Président de la République, effectuera aujourd’hui, jeudi, une visite officielle en Jordanie, selon un communiqué présidentiel. (Sabah, p.1).

Mohammed Ali al-Hakim, ministre des affaires étrangères, a reçu l’ambassadeur britannique en Irak. (Sabah, p. 4).

Mahdi al-Allaq, SG du conseil des ministres, a évoqué avec la coordinatrice des affaires humanitaires de l’UNDP le projet du rétablissement de la stabilité en Irak. (Sabah, p.2).

Une délégation parlementaire, conduite par Bashir al-Hadad, 2ème vice-président du Parlement, participe aux réunions annuelles de l’OTAN au Canada. (Sabah, p. 1).

Un éditorial dans Alem (p. 2) rappelle que les réfugiés irakiens qui s’étaient installés en Iran, après avoir fui l’Irak à cause du régime dictatorial de Saddam Hussein, ont été humiliés et maltraités par les différents services iraniens. Certains ont rejoint les formations islamiques militaires opposées au régime irakien. Après 2003, et après leur retour dans la patrie, ces anciens réfugiés qualifient cependant leurs séjours en Iran « d’années noires ».

Pour rappel, des anciens réfugiés occupent actuellement des postes importants dans « le nouvel Irak » et ces dirigeants ont fait appel à l’Iran dans la guerre contre Daech. Mais la participation de l’Iran dans la lutte antiterroriste est devenue un moyen pour dominer l’Irak. Il semble que la présence iranienne en Irak constitue « un autre enlisement » pour les réfugiés d’hier que sont les dirigeants irakiens.

 

L’IRAN AU PROCHE-ORIENT : UN HEGEMON INCERTAIN – François Nicoullaud, Ramsès 2019/IFRI.

La diplomatie de l’Iran reste modelée par la concurrence entre deux mouvances datant des débuts de la Révolution islamique. La première donne la priorité à sa sauvegarde comme État-nation, favorisant la pérennité du régime. Elle penche vers une pratique coopérative des relations internationales. La seconde renoue avec la tradition des révolutions à ambitions universelles. Cette fois-ci, il s’agit de répandre à travers le monde un islam rénové, pénétré par la pensée khomeyniste, mais aussi par celle d’idéologues comme l‘intellectuel iranien Ali Shariati, et à travers lui, Franz Fanon ou Che Guevara. En ces deux visions antinomiques, se retrouve l’éternel affrontement entre doctrinaires et pragmatiques.

Du côté des doctrinaires se trouve le cœur conservateur du régime, avec le Guide de la Révolution, Ali Khamenei, les Pasdaran, garde prétorienne du régime, le pouvoir judiciaire, la radio-télévision d’État, le vaste réseau des fondations pieuses : autant d’institutions directement placées sous l’autorité du Guide suprême, et échappant au contrôle du gouvernement. Du côté des pragmatiques, se retrouvent beaucoup de diplomates, de gestionnaires de l’économie, ainsi que les élus réformateurs et modérés, parfois dans l’opposition, parfois aux affaires : mais presque toujours en position subordonnée, tant le cœur du régime veille à conserver l’ascendant sur l’essentiel. Ceci est vrai en particulier de la politique régionale de l’Iran.

Celle-ci n’est toutefois pas exclusivement conduite dans un esprit doctrinaire. Personne n’est totalement doctrinaire ou pragmatique. Et entre les deux mouvances, il y a un dialogue permanent, même s’il est difficile. Il se noue au parlement et dans les cercles où les uns et les autres se rencontrent. Les consensus se cristallisent notamment au sein du Conseil suprême de sécurité nationale, qui regroupe tous les responsables concernés par les sujets stratégiques et de politique étrangère.

Les conservateurs les plus radicaux peuvent alors se laisser convaincre de mener des politiques coopératives, lorsque l’intérêt du régime est en jeu. Ceci s’est vu dans la conclusion de l’accord nucléaire de Vienne, dit aussi JCPOA (Joint Comprehensive Plan of Action). Bien que limité à la question nucléaire, il avait fait naître l’espoir d’une détente entre l’Iran et le monde extérieur, à commencer par ses voisins. Dans son préambule, les participants disaient ainsi s’attendre à le voir « contribuer positivement à la paix et à la sécurité régionales et internationales ». Il n’en a rien été.

Deux visées stratégiques, insupportables aux Occidentaux, continuent en effet d’inspirer la politique régionale de l’Iran : la première concerne la construction d’un « axe de la résistance » destiné à mettre en place une défense avancée du pays, puis à étendre son empreinte aussi loin que possible. Cet « axe » relie l’Iran à la Syrie de Bachar el Assad, au Hezbollah libanais, ainsi qu’au Hamas palestinien, en traversant l’Irak. Il doit faire pièce à Israël avec l’espoir, qui sait, d’entraîner un jour sa chute La deuxième visée cherche à assurer la primauté de l’Iran dans la zone du Golfe persique, ou en cas à empêcher qu’un autre pays, à savoir l’Arabie saoudite, ne s’en empare. Mais en même temps, soucieux de démontrer son ouverture, l’Iran prêche pour une mise en réseau des pays de la région et un dialogue sur les contentieux existants. Ce discours peine à convaincre.

Construire, puis consolider « l’axe de la résistance »

Avec l’élimination en 2002 de Saddam Hussein, les États-Unis faisaient à l’Iran le plus inespéré des cadeaux. De plus, en installant à Bagdad la démocratie parlementaire, ils garantissaient à la majorité démographique chiite la gouvernance de l’Irak. Enfin, en 2011, le départ des Américains offrait à l’Iran un glacis protecteur sur près de 1.500 kilomètres de frontière. Des perspectives nouvelles d’influence s’ouvraient dès lors dans la région le séparant de la Méditerranée.

Cet avantage engrangé, il n’était plus question de le perdre. Lorsque les mouvements djihadistes prennent en Syrie l’ascendant sur les rebelles modérés, il est clair pour les Iraniens que ces néo-Talibans, s’ils parvenaient à s’installer à Damas, chercheraient aussitôt à déstabiliser le Liban ami, et surtout l’Irak voisin, pour y installer des régimes à leur image. Ces mouvements n’étaient-ils pas soutenus par l’Arabie saoudite, comme ceux qui, au Pakistan, en Afghanistan, avaient imposé un islam rétrograde et fait la guerre aux Chiites ?

Une stratégie indirecte

Comment lutter contre cette menace ? l’armée iranienne, structurée pour la défense de son territoire et faiblement équipée, sinon en missiles balistiques de peu d’utilité en la circonstance, ne peut répondre au défi. C’est alors qu’entre en scène la division des forces spéciales du corps des Pasdaran ou Gardiens de la révolution, la force Qods. Elle avait déjà fait ses preuves en Irak, en menant la vie dure aux Américains. Mais c’est en Syrie qu’elle va pleinement déployer ses talents, conduite par un chef charismatique, le général Qassem Soleimani. Devant l’ampleur du danger face à la modestie de ses moyens, Soleimani adopte d’emblée une stratégie axée sur la constitution de milices, formées de Syriens, d’Irakiens et aussi d’Afghans, pour beaucoup immigrés clandestins en Iran et enrôlés contre la promesse d’une régularisation de leur situation. Et il fait surtout appel au Hezbollah libanais. Le Hezbollah jettera plusieurs milliers de soldats dans la bataille, et subira de lourdes pertes. Mais il jouera à plusieurs reprises un rôle décisif, notamment pour la reconquête d’Alep. Enfin, c’est Qasem Soleimani qui, à l’été 2015, convainc les Russes d’intervenir alors que la fourniture à la rébellion par l’Arabie saoudite d armes antichar efficaces fait vaciller l’armée de Bachar el Assad.

Mais Soleimani est aussi sur un autre front. A la mi-2014, l’organisation « État islamique », ou Da’esh, lance une offensive générale en Irak, conquiert Mossoul, Falloudja, arrive devant Bagdad, pénètre le sud de la région du Kurdistan, s’approche de l’Iran. La République islamique est alors la première à réagir, formant et armant à la hâte les milices chiites constituées à l’appel de l’Ayatollah Sistani, conseillant les Peshmerga kurdes, faisant même pénétrer en Irak les éléments d’une division blindée pour chasser les Jihadistes arrivés près de sa frontière. L’Iran peut affirmer avoir sauvé le régime de Bagdad. Il développe le discours selon lequel il combat sans concessions al Qaida et Da’esh en Syrie et en Irak, contrairement aux Occidentaux et à la plupart des royaumes de la Péninsule arabique. Ayant d’autre part fermement soutenu le pouvoir central irakien contre les velléités d’indépendance kurde, il peut aussi se présenter comme le meilleur garant de la stabilité de la région.

Faire pièce à Israël

Côté Liban, l’action de l’Iran est plus feutrée. Il s’y appuie, bien entendu, sur la communauté chiite, la plus importante du pays. Il apporte un soutien indéfectible au Hezbollah, qui le lui rend bien. En juin 2016, son secrétaire général, Hassan Nasrallah, déclarait: « Nous ne cachons pas le fait que le budget du Hezbollah, ses ressources, ses dépenses, ce que nous buvons et mangeons, ses armes et ses roquettes, viennent de la République islamique d’Iran »[1]. De fait, il semble que le Hezbollah ait accumulé, grâce à l’Iran, plusieurs dizaines de milliers de roquettes et missiles prêts à frapper Israël. Et sur un plan politique, l’Iran veille à préserver au Liban un équilibre propice au Hezbollah. Il retrouve ainsi face à lui l’Arabie saoudite. Cette confrontation a longtemps paralysé le fonctionnement des institutions. Au printemps 20I8, l’Iran est, sur ce terrain aussi, en position favorable, avec la victoire du Hezbollah et de ses alliés aux élections législatives libanaises, qui leur permet de contrôler le Parlement.

Enfin, sur la question palestinienne, l’Iran apparaît comme le dernier pays de la région hostile à la solution « des deux États ». Il considère « l’entité sioniste » comme illégitime et appelée à disparaître. Certes, les éléments pragmatiques du régime glissent mezza voce que l’Iran ne s’opposerait pas à une solution qui aurait l’accord des Palestiniens, mais Téhéran ne fait rien pour rapprocher les différentes factions. Au contraire, il soutient les deux mouvements refusant de renoncer à la lutte armée : le Hamas et le Djihad islamique. Ce soutien prend la forme d’argent, d’armes, de formation et de conseil. Il a été perceptible face à l’intervention israélienne « Plomb durci », en 2008-2009. Un temps interrompu pour cause de divergences sur la Syrie, il a finalement repris le dessus, l’enjeu principal l’ayant emporté sur les autres considérations.

Rivalités dans le Golfe persique

Sur les terrains syrien et libanais, l’affrontement entre l’Arabie saoudite et l’Iran est donc hautement visible. Mais il a ses sources ailleurs. La République islamique n’a jamais accepté la prétention de l’Arabie saoudite à régenter la Péninsule arabique, ni à exercer une sorte de Califat sur le monde musulman.

La rivalité entre les deux pays prend naissance dans des années 1970, avec le retrait britannique de la région. Le Chah se positionne alors en « gendarme du Golfe persique ». La Révolution islamique, elle, s’en prend aux dirigeants impies de son voisinage, fomente des troubles en Arabie saoudite, notamment lors des grands pèlerinages, voire des attentats. L’Arabie saoudite encaisse d’abord, puis contre-attaque, en redoublant de prosélytisme wahhabite dans le monde musulman, en créant le Conseil de coopération du Golfe, en soutenant, après une période d’hésitation, Saddam Hussein dans sa guerre contre l’Iran (1980-1988).

Il y a bien un effort d’apaisement après la mort de Khomeyni en 1989, mais le 11 Septembre et l’intervention américaine en Irak remettent tout en cause. L’Arabie saoudite ne supporte pas de voir des Chiites au pouvoir à Bagdad. Dès lors que la démocratie est invoquée dans la vague des Printemps arabes, elle supporte mal aussi le maintien au pouvoir en Syrie d’un clan issu de la petite minorité alaouite. Elle supporte encore moins que la signature en 2015 d’un accord nucléaire entre six puissances et l’Iran permette à celui-ci d’échapper à sa condition de hors-la-loi. Et à la faveur de la prise de pouvoir de facto du jeune prince héritier, Mohammed ben Salman, comme de l’arrivée de Donald Trump, l’Arabie saoudite abandonne sa politique prudente, presque timide, qui réfrénait jusqu’alors l’expression publique de son hostilité à l’Iran.

L’Iran, comme souvent, attend la faute de l’adversaire pour réagir. Lorsqu’en mars 2015, Mohammed ben Salman lance contre les rebelles houthis du Yémen une campagne de frappes aériennes, l’Iran vient discrètement à leur secours, juste assez pour maintenir une plaie saignante au flanc de l’Arabie saoudite. La campagne, qui devait être brève, dure toujours au printemps 2018. De même, lorsque l’Arabie saoudite, suivie par quatre autres pays, rompt en juin 2017 ses relations diplomatiques et économiques avec le Qatar, coupant ses liens de communication terrestre, l’Iran s’empresse de l’approvisionner par voies maritime et aérienne.

Entre ces deux épisodes, une crise sérieuse avait opposé les deux pays. En septembre 2015, un mouvement de foule au cours du grand pèlerinage à la Mecque entraîne la mort d’environ 2.000 personnes, dont plus de 400 Iraniens. L’Iran proteste, ravive sa revendication de voir la gestion des lieux saints transférée à une organisation panislamique. En janvier 2016, la justice saoudienne décapite pour activités terroristes un religieux populaire parmi les Chiites du royaume, qui avait pourtant toujours prêché la non-violence. C’en est trop pour les Iraniens. Des foules mollement retenues par la police mettent à sac l’ambassade saoudienne à Téhéran et le consulat de Machhad. L’Arabie saoudite rompt les relations diplomatiques.

L’Iran est-il allé trop loin ?

Au terme de ce tour d’horizon, quelles leçons tirer de l’action de l’Iran et des réactions qu’elle suscite ? Il est encore possible d’espérer qu’entre l’Arabie saoudite et l’Iran, les choses en restent à une guerre des mots, si l’on veut bien oublier les opérations relevant des guerres de l’ombre, comme les soutiens apportés à des minorités turbulentes, Chiites en Arabie saoudite, Baloutches, Arabes ou Kurdes en Iran. L’inquiétude s’élève en revanche à l’examen du théâtre syrien et de son environnement. L’Iran a pris en Syrie des positions qu’il n’est pas prêt à abandonner. Pour les Israéliens, cette présence est inacceptable. Ils l’ont démontré en frappant à de très nombreuses reprises les entrepôts d’armes iraniens en Syrie. Au printemps 2018, la tension est encore montée entre les deux adversaires et la perspective d’une escalade plus ou moins maîtrisée qui impliquerait le Hezbollah, donc le territoire libanais, n’est plus à écarter.

Téhéran, qui a engrangé de brillants succès dans sa région au cours des dernières années, serait-il allé trop loin ? Certes, il a renforcé ses capacités tactiques, grâce à l’expérience du combat acquise sur les terrains irakien et syrien. Son modèle d’intervention appuyé sur des milices est bien au point, et reproductible sur d’autres théâtres. Son allié le Hezbollah s’est aussi fortement aguerri et renforcé en moyens balistiques. Il forme aujourd’hui la plus redoutable menace pour Israël. Mais le coût humain et matériel de ces entreprises entraîne des réactions internes. Un certain malaise a pénétré les rangs du Hezbollah et des Chiites libanais, qui s’interrogent sur le bien-fondé de cette aide massive à Bachar el Assad. En Iran, comme l’ont montré les slogans entendus dans les manifestations nées dans tout le pays au tournant de l’année 2018, il existe une opposition diffuse aux aventures lointaines, avec le sentiment que ceci se fait au détriment de la population iranienne.

L’Iran y a-t-il au moins gagné en influence durable ? En Irak, même si l’on est reconnaissant du soutien apporté aux heures les plus sombres, il y a chez la plupart des Irakiens la volonté de ne pas se laisser instrumentaliser. À cet égard, le gouvernement de Haïdar el Abadi a pris soin de marquer sa différence avec le précédent gouvernement de Nouri al Maliki, très proche de Téhéran. Et les élections législatives de mai 2018 ont placé en tête le mouvement de Mouqtada al Sadr, qui veut maintenir à égale distance les États-Unis et l’Iran. Enfin, les hautes autorités du chiisme irakien ont toujours rejeté le modèle iranien de soumission du politique au religieux.

De même en Syrie, malgré l’appui décisif de l’Iran, il est impossible de distinguer l’émergence d’une relation intime, confiante, entre les dirigeants iraniens et le cercle de Bachar al Assad. Seule se voit une convergence d’objectifs et d’intérêts. Rien ne fait apparaître non plus une popularité des Iraniens chez les Syriens loyaux au régime. Quant au futur, on peut douter de la portée de l’influence iranienne dans un pays dévasté, dont les besoins de reconstruction vont bien au-delà de la capacité d’intervention de l’Iran. Le cas du Hezbollah est sans doute l’exception qui confirme la règle. Il se situe, il est vrai, dans une longue histoire de proximité entre Chiites iraniens et libanais. Il y a là fusion des doctrines et des volontés. Rien de ceci ne se retrouve dans la relation avec le Hamas et le Djihad islamique. Et le Hezbollah, si puissant soit-il, n’est pas tout le Liban.

En somme, l’Iran peut-il espérer installer son influence, voire son hégémonie, sur tout ou partie de ses voisins arabes ? L’ambition initiale de la Révolution islamique de restructurer à son image le monde musulman a clairement échoué. Reste l’ambition pérenne de l’Iran de peser sur son environnement en sa qualité de pays majeur, démographiquement, culturellement, historiquement. Autant d’attributs que très peu de pays de la région peuvent revendiquer. Mais comment peser ? Se retrouvent alors les deux écoles décrites en introduction. Les uns font le pari qu’à travers une politique coopérative, l’Iran exercera naturellement son influence. Le ministre des affaires étrangères iranien, Mohammad Javad Zarif, plaide ainsi en faveur d’une « région forte » plutôt que d’un « homme fort dans la région » du Golfe persique. Il propose d’ouvrir avec ses voisins un dialogue multiforme appelé à déboucher sur « un pacte régional de non-agression ». En sens inverse, s’entendent des rodomontades de responsables iraniens, affirmant par exemple que Bagdad est à nouveau la capitale de l’Iran ou que l’Iran contrôle quatre capitales dans la région : Bagdad, Damas, Beyrouth et Sana’a… elles produisent un effet désastreux auprès des populations concernées.

En réalité, pour exercer son influence sur le Proche et Moyen-Orient, l’Iran est plutôt handicapé par sa profonde singularité : langue, mœurs, culture, confession dominante… Pas mieux que le Shah, la République islamique n’est parvenue à apprivoiser ses voisins. Ses positions de principe radicales, notamment à l’égard d’Israël, ont tendu à l’isoler. Malgré tous ses efforts, elle paraît, aujourd’hui comme naguère, incapable d’exercer dans sa région une hégémonie à la fois positive et acceptée : deux conditions indispensables pour être pérenne.

[1] AFP, 24 juin 2016 

https://www.al-monitor.com/pulse/afp/2016/06/lebanon-hezbollah-banks.html

 

SELON LA CIA, MBS A ORDONNE L’ASSASSINAT DE KHASHOGGI – RFI, 17 novembre.

La CIA a conclu que le prince héritier saoudien a commandité l’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi à Istanbul le mois dernier, rapporte vendredi le Washington Post, citant plusieurs sources anonymes au courant des investigations. Cette information divulguée par le journal où collaborait régulièrement le journaliste critique de Riyad contredit les récentes affirmations du royaume saoudien qui a totalement dédouané le prince héritier Mohammed ben Salman. Contactée par l’AFP, l’agence américaine de renseignement a refusé de commenter. Pour parvenir à ces conclusions, précise le Washington Post, la CIA a examiné plusieurs sources de renseignement, notamment un appel entre le frère du puissant prince héritier, également ambassadeur saoudien aux Etats-Unis, et Jamal Khashoggi. Selon le quotidien de Washington, Khalid ben Salman a conseillé à M. Khashoggi de se rendre au consulat saoudien à Istanbul, lui assurant qu’il ne lui arriverait rien. Le quotidien ajoute qu’il avait passé ce coup de fil à la demande de son frère, ajoutant qu’il n’était pas clair que Khalid ben Salman soit au courant que M. Khashoggi serait ensuite assassiné. Khalid ben Salman a très rapidement réagi, sur Twitter, à ces accusations. « C’est une accusation grave qui ne devrait pas être laissée à des sources anonymes », a-t-il dénoncé, accompagnant son tweet d’un communiqué qu’il dit avoir transmis au journal. « A aucun moment le prince Khalid n’a discuté de quoi que ce soit avec Jamal à propos d’un voyage en Turquie », est-il notamment écrit. De son côté, le New York Times indique que des responsables américains ont averti que les agences de renseignement américaine et turque n’avaient pas de preuve évidente liant le puissant prince héritier à l’assassinat de M. Khashoggi. Mais, selon le journal new-yorkais, citant des responsables, la CIA estime que l’influence du prince est telle que l’assassinat n’aurait pu se produire sans son aval. Entré le 2 octobre dans le consulat saoudien d’Istanbul, le journaliste critique du pouvoir y a été assassiné. Le procureur général saoudien a admis jeudi que le journaliste avait été drogué et démembré sur place. Sur un total de 21 suspects, le procureur général a inculpé à ce jour 11 personnes qui seront déférées devant la justice. Il a requis la peine capitale pour cinq d’entre elles, avait annoncé son adjoint lors d’une conférence de presse. Le Trésor américain a annoncé le jeudi 15 novembre des sanctions ciblées contre 17 responsables saoudiens pour leur « responsabilité ou leur complicité » dans le meurtre de Khashoggi. La conclusion de la CIA qui diffère de celle présentée par le procureur général d’Arabie saoudite pourrait amener le Congrès américain à voter de nouvelles sanctions contre Riyad. Ce que redoute la Maison Blanche qui cherche au contraire à préserver les relations notamment commerciales avec l’Arabie saoudite. Pour Vincent Michelot, professeur d’histoire politique des Etats-Unis à Sciences Po Lyon, cette affaire risque de tendre encore plus les relations entre le président Donald Trump et le Congrès : « Les relations n’ont jamais été au beau fisse et elles vont se tendre de plus en plus dans la mesure où il est certain que le président Trump va résister sous toutes les formes possibles à même des sanctions qui soient relativement minimes ».

Print Friendly, PDF & Email